Entretiens de Gallus : libération du territoire

De
Publié par

Librairie démocratique (Paris). 1872. 7 fascicules en 1 vol. ; in-16.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 14
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ENTRETIENS DE GALLUS
LIBÉRATION DU TERRITOIRE
LES
ASSURANCES
5 centimes.
PARIS
LIBRAIRIE DÉMOCRATIQUE
33, RUE MONTMARTRE, 33
1872
ENTRETIENS DE GALLUS
LIBÉRATION DU TERRITOIRE
LES ASSURANCES
GALLUS. — D'où viens-tu donc que tu es tout
bouleversé ?
AGRICOLE. — Ah quel malheur !... Quel mal-
heur!...
GALLUS. — Explique toi, tu m'effrayes.
AGRICOLE. — Cette nuit le feu a pris chez
mon voisin Nicolas. Tout a été détruit parce
qu'on n'a eu aucun moyen d'attaquer sérieuse-
ment le feu.
GALLUS. — Mais la pompe ?
AGRICOLE. — Vous ne vous rappelez donc pas
que ces infernaux Prussiens l'ont emmenée et
qu'elle n'est pas encore remplacée? La com-
mune est si pauvre, surtout depuis la guerre.
— 4 —
GALLUS. — C'est vrai. Ces brigands n'ont rien
laissé de ce qui pouvait être emporté. Quelle
guerre de sauvages et de pillards !...
AGRICOLE. — Mais le malheur est bien plus
grand encore. — Nicolas voulant sauver le der-
nier de ses enfants, qui était resté dans son ber-
ceau, s'est élancé au milieu des flammes, mais
n'est pas revenu. Il a péri avec le petit. — On
les retrouvera sous les décombres. — Sa femme
est folle de douleur. — Je crains que la raison
ne lui revienne pas. — Elle est chez moi avec
les trois qui lui restent. ■— La voilà donc ruinée
et sans soutien. — Que va-t-elle devenir?
Je vais chez M. le curé pour le prier de faire
une quête et de recommander cette malheureuse
famille dimanche à la grand'messe. Mais nous
sommes si à bout de ressources, qu'est-ce que
ça donnera?
GALLUS. — Rien ou à peu près. L'expérience
prouve que la charité ne fournit que des res-
sources absolument insuffisantes. — La charité
ou rien, c'est à très-peu près la même chose.
AGRICOLE. — Cependant M. le curé ne cesse
de nous prêcher sur la charité, disant que la
meilleure manière d'être agréable à Dieu et de
faire son salut est de faire l'aumône à son pro-
chain.
GALLUS. — Et lorsqu'après son sermon il fait
la quête, que reçoit-il?
AGRICOLE.— Quelques sols.
GALLUS. — Est-ce avec cette maigre recette
— 5 —
qu'il peut donner des secours efficaces à qui en
a besoin?
AGRICOLE. — Non.
GALLUS. — Ainsi, dans le cas actuel, crois-tu
que les ressources de la charité suffiront pour
aider la veuve de Nicolas à élever ses enfants, à
rebâtir sa maison, à racheter une vache, etc?
AGRICOLE. — Certes non. Dans le premier
moment, on va donner un peu; et encore, c'est
moi, qui ai reçu la famille, c'est moi qui ferai la
plus forte part. — Mais ça ne pourra durer long-
temps; la pitié se fatiguera. — Quant à moi, je
puis bien faire un effort de quelques jours, mais
n'ayant que mon travail, je ne puis me mettre
sur les bras cette malheureuse veuve et ses en-
fants.
GALLUS. — Alors, que deviendrat-elle?
AGRICOLE. — Elle ira mendier le long des
routes avec ses enfants.
GALLUS. — Mais si la mendicité est interdite?
AGRICOLE. — Que voulez-vous que je vous
dise? — Je n'en sais pas plus long.
GALLUS. — Je vois bien que tu n'en sais pas
plus long. — Mais ne vois-tu pas que la charité,
pratiquée comme elle l'est, c'est presque comme
si l'on ne faisait rien.
AGRICOLE. — M. le curé nous dit qu'autrefois
c'était beaucoup mieux, que les ordres religieux
qui possédaient de grands biens faisaient de
grandes aumônes et que tous ceux qui avaient
besoin étaient secourus.
— 6 —
GAIXTJS. —■ M. le curé commet une grave er-
reur. —; Plus les monastères furent riches, plus
le peuple devint pauvre. — Les paysans étaient
presque tous à la mendicité. — La vente des
biens du clergé et de ceux de la noblesse en
rendant les cultivateurs propriétaires du sol a
amené la prospérité dans nos campagnes. —
Mais voici M. le curé.
LE CURÉ. — Bonjour Messieurs.
GALLUS. — Bonjour M. le curé. — Vous êtes
dehors de grand matin, mais j'en devine la
causé.
LE CURÉ. — Vous savez le grand malheur.
— Nous avons une veuve et trois enfants à se-
courir, sans compter nos autres pauvres qu'il ne
faut pas abandonner. — Les besoins sont de
beaucoup supérieurs aux ressources, je vais donc
solliciter la charité de mes paroissiens.
GALLUS. — Et même celle de vos non parois-
siens, de moi, par exemple, qui ne vais pas sou-
vent à l'église et vous fais de l'opposition au
point de vue de renseignements par les Frères
ignorantins et par les Soeurs, qui ne sont pas
plus savantes.
LE CURÉ. — Et ce n'est pas ce que vous faites
de mieux. — Vous agissez de manière à prouver
à tout le monde que vous n'avez pas de religion.
GALLUS. — Que je n'ai pas de religion !... Et
qu'en savez-vous !
LE CURÉ. — Vous n'allez pas à l'église, vous
ne pratiquez pas, ce qui est un scandale de la

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.