Epitre à l'anniversaire de Juillet par M. L***** fils aîné,...

Publié par

Paulin (Paris). 1832. In-8°. Pièce cartonnée.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1832
Lecture(s) : 9
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ÉPITRE
A L'ANNIVERSAIRE DE JUILLET
IMPRIMERIE DE AUGUSTE MIE ,
HUE JOCQUELET, N. 9.
ËPITRE
A L'ANNIVERSAIRE DE JUILLET,
PAR M. 1/****, FILS AINE,
MEMBRE DE LORDRE NATIONAL DE JUILLET.
Et la main, frissonnante des
rois allait jeter aux peu-
ples leur émancipation.
p..,i., „
PAULIN, LIBRAIRE, PLACE DE LA BOURSE,
ET CHEZ TOUS LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.
1832.
ÉPITRE
A L'ANNIVERSAIRE DE JUILLET.
JE TE SALUE , Ô IMMORTEL ANNIVERSAIRE !
France incline-toi, le soleil de juillet regarde
ton sol.
Ses rayons s'éteignaient sur le front humide de
cent mille soldats-citoyens se reposant sur les fais-
ceaux du combat, et les chants de l'hymne natio-
nal s'élevaient aux cieux, annonçant au monde un
triomphe éclatant : c'était le Vingt-neuf juillet.
(i
Sur leur vaste camp, que sillonnaient d'immor-
telles barricades, ces guerriers, complices de
trente millions d'hommes, avaient arraché à la
mitraille la souveraineté du peuple, et faisaient
voler à la face des potentats les éclats d'un trône
vermoulu, poussant ignominieusement pour la
dernière fois, à l'Océan, le dernier des soixante-
huit rois , qui avait excité sa colère.
J'ai dit la souveraineté du peuple ! Hélas !
il ne fut souverain qu'un jour Mais qu'il fut
grand et sage après la victoire et pendant son
règne ! Il n'eut pas de haine ; vainqueur généreux,
il l'eût déposée sur une branche d'olivier, pour
l'offrir aux vaincus.
Héros de juillet, vous donniez à la France les
glorieuses couleurs qu'avait arborées, dans toutes
les capitales de la vieille Europe, son ancienne
armée. Vous les eussiez portées au sommet des
Alpes ; les nations se fussent inclinées et les eussent
saluées comme le symbole de leur indépendance
et d'une étroite union; et là, sous le canon d'Aus-
terlitz et de Wagram, eussent été déchirés de
honteux traités (i). Déjà les rois fléchissaient le
(I) I.cs li-aités de 1815.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.