Épuration définitive des autorités constituées du département du Gard . Liberté, égalité, ou la mort. République française, une et indivisible. Au nom du peuple français. J. Borie, représentant du peuple, délégué dans le Gard et la Lozère pour l'organisation du gouvernement révolutionnaire...

De
Publié par

chez les républicains Kocher et Prost (Mende). 1794. France -- 1792-1795 (Convention nationale). Pièce (8 p.) ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1794
Lecture(s) : 18
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Il .",
£ }%ËRT £ , EGALITE, OU LA MORT.
v
1 .j
- -e
r' - -
RÈPCBUQUÊFRANÇOISE, UNE ET INDIVISIBLE.
1 - ~,
URATION
Définitive des Autorités constituées du
Département du Gard.
Du 2.5 floréal , an second de la République.
—L ■ IHi IIWWBBWHB
A U NOM
DU PEUPLE FRANÇOIS.
J. BORIE , Représentant du Peuple 5
délégué dans le Gard et la Lozère pour
l'organisation du Gouvernement révolu-
tionnaire , (i) investi des pouvoirs illi-
* mités dans les mêmes départemens.
D ÉSIRANT terminer l'épuration des
autorités constituées du Gard y et éloi-
(i) La l{Ji. m'autorisoit à nommer des agens.
Voyez à la suite du présent, leurs noms , les
pouvoirs que je leur avois délégué, et le temps
qu'ils ont été employés.
( 2)
gner des fonctions publiques 1, non seu-
lement les fédéralistes , mais encore les
ex-nobles , les prêtres 5 les jeunes gens
de la première réquisition s à moins qu'à
l'égard de ces deux derniers , il n'y ait
un arrêté formel qui motive la nomi-
nation ;
Désirant encore n'élire y ni conserver
en place aucun citoyen qui réunisse
deux fonctions publiques , à moins
qu'il n'opte , ni laisser dans le même
corps aucun parent, et enfin régénérer
les autorités , par des citoyens dont le
patriotisme , le désintéressement 5 la
probité y et l'attachement aux intérêts du
peuple, ayent été constamment le mobile
de leurs actions , j'ai envoyé des agens
dans les communes, chef-lieu de canton
et de campagne , où je n'ai pu me rendre
moi-même pour prendre des informations.
Je me suis entouré par-tout des lu-
mières des sociétés populaires ; je n'ai
enfin procédé aux épurations qu'après
avoir pris les renseignemens des agens
nationaux y épurés 3 et présumant que
malgré toutes ces précautions 3 il a pu
se glisser quelques erreurs dans le travail
déjà fait; qu'il est possible que faute
de renseignemens y il reste encore
quelques citoyens à éloigner des fonctions

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.