Explication des tableaux, dessins, sculptures et antiquités exposés au musée d'Orléans, ouvert pour la première fois le 4 novembre 1825...

Publié par

imp. de Darnault-Maurant (Orléans). 1828. In-12.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1828
Lecture(s) : 30
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 211
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Il' v. S s
EXPLICA TiON
DES
TABLEAUX, DESSINS,
SCULPTURES, ANTIQUITÉS
ET CURIOSITÉS,
EXPOSÉS AU MUSÉE D ORLEANS,
OUVERT, POUR LA PREMIÈRE FOIS, LE 4 NOVEMBRE 1825, J6Un DE
LA SAINT-CHARLES , FÊTE DU ROI.
Ingenuas didicisse fidelifer artes emollit
mores, nec sihit esse feros. (OVIDII.)
NOUVELLE ÉDITION, REVUE ET AUGMENTÉE.
PRIX : 1 FRANC.
ORLÉANS,
IMPRIMERIE DE DARNAULT- MAURANT.
wvvwvvwvwwvvw
1828.
AVERTISSEMENT.
Ce livret contient quatre divisions, indiquées
en titre, ainsi qu'au haut des pages, par l'un
de ces mots : TABLEAUX, DESSINS, SCULPTURES ,
ANTIQUITÉS et CURIOSITÉS.
On a cru devoir, autant qu'il a été possible,
faire mention de la date et du lieu de la nais-
sance des artistes, ainsi que de l'époque de leur
mort, et rien n'a été négligé pour donner aux
notes explicatives l'étendue et l'intérêt dont
chaque sujet était susceptible.
On trouvera à la fin de ce catalogue une liste
alphabétique des peintres et autres artistes ,
avec le numéro de leurs productions. La lettre
initiale qui précède le numéro indique la
division où il se trouve.
Cet énumération des objets dont le Musée
s'est enrichi depuis sa création, doit à juste
AVERTISSEMENT.
titre causer l'étonnement, lorsqu'on réfléchit
--. sur les moyens qui ont procuré d'aussi grands et
d'aussi brillans résultats. En effet, il est bien
peu de villes où de semblables établissemens
n'aient coûté à l'administration des sommes
considérables pour l'acquisition des tableaux ,
dessins, etc. tandis que notre Musée a été,
pour ainsi dire , érigé par les Orléanais eux-
mêmes, qui ont fait, dans ce but, tous les
sacrifices individuels que peuvent inspirer le
goût éclairé des arts et la conviction profonde
des avantages inappréciables qu'en retire la
société, partout où ils sont en honneur. Leur
émulation, qui ne s'est pas un seul instant re-
froidie , sera toujours un noble exemple pour
ceux qui nous suivront et l'un de leurs plus
beaux titres à la reconnaissance de la ville et à
l'estime des étrangers.
Les noms des donateurs sont consignés dans
un registre soigneusement conservé dans les
archives de la mairie d'Orléans.
C'est avec lbeaucoup de regret que l'admi-
nistration se voit encore dans la nécessité d'a-
AVERTISSEMENT.
journer l'exposition d'un assez grand nombre
de tableaux, précieux pour la plupart. L'on ne
doit pas douter de son empressement à en faire
jouir le public aussitôt qu'il y aura possibilité,
et c'est une dette, particulièrement envers les
donateurs, dont elle s'acquittera avec le plus
grand plaisir.
;;¡¡ ;:;-
La lettre H signifie la hauteur du tableau,
et la lettre L sa largeur.
La collection des Médailles et celle des
Estampes se voient à la Bibliothèque publique.
(Traduction de l'épigraphe : Le propre des arts est
de civiliser les hommes, en leur donnant des mœurs
plus douces. )
(-'<E!
EXPLICATION
DES
TABLEAUX.
1. Les disciples d'Einmaiis reconnais-
sant Notre-Seigneur à la fraction
du pain.
Par Marie Vien, né à Montpellier, en 1716,
mort à Paris, en 1809.
H. 12 p. a p. ; 1. 8 p. 1 p.
2. Saint Benoît recevant le viatique
à l'article de la mort.
Par Jean-Baptiste Deshaies , né à Rouen,
en 1729; il fut successivement élève de Restout
et de Carle Vanloo. A son retour de Rome f
Boucher lui témoigna l'estime qu'il faisait de
ses talens, en lui donnant sa fille en mariage.
Il fut reçu à l'académie, en 1758, 11 exposa au
8 TABLEAUX.
salon son tableau représentant saint Benoit
recevant le viatique à l'article de la mort, qui eut
alors le suffrage des amateurs. L'on y remarque.
nne composition sage et bien entendue , un
pinceau mâle et plein d'expression. Avec
quelle vérité il a su peindre ce saint entre les
bras de la mort, se ranimant, s'efforçant de
recueillir un souffle qui s'échappe, et soulevant
sa tête pour recevoir l'hostie où la foi lui pré-
sente un Dieu qui descend jusqu'à lui !
Ce tableau, admiré de tout le monde, passe
aujourd'hui pour l'un des plus beaux de ce
maître. Son talent distingué fait regretter sa
xngrt prématurée , arrivée à Paris, en 1765,
dans la 34e année de son âge.
H. 8 p. 11 p. ; 1. 5 p. 11 p.
Saint Benoît fut l'un des premiers institu-
teurs de la vie monastique, en occident. Né en
48o, dans le territoire de Narsie, ville du duché
de Spolette, en Italie. Il se retira sur le Mont-
Cassin, et y bâtit un monastère de ce nom. Ce
fut là qu'il composa sa règle, et qu'il jeta les
fondemens d'un ordre destiné à être dans les
temps les plus difficiles l'asyle du sayoir et de
TABLEAUX. 9
la piété, le dépositaire et le restaurateur des
plus précieux monumens de la tradition de
l'église. Il mourut en 544.
( Extrait du Dict. ecclésiastique. )
3. L'archevêque Flavien demandant
à Théodose la grâce des habitans
çTAntioche qui avaient renversé et
mutilé les statues de cet empereur.
Peint par Hallé, né à Paris, en I65I , mort
dans la même ville, en 1736.
H. 8 p. 11 p. ; 1. 5 p. 11 p.
Nota. =. Dans la première édition on a donné
une autre explication à ce tableau. Comme les
connaisseurs ne sont pas tous d'accord sur le
sujet, nous joignons ici les deux explications.
Saint Martin à la Cour de Valenti7-
nien Ier.
Ce prince qui favorisait l'idolâtrie, informé
que Martin venait solliciter en faveur de la
religion chrétienne, lui interdit l'entrée de son
palais; mais un ange lui ayant ordonné d'y re;
*
ÏO TABLEAUX.
tourner et ayant dissipé ses craintes, il entra
sans éprouver de résistance. L'Empereur, per-
suadé que le pouvoir céleste était intervenu
dans cette occasion , accorda au Saint tout ce
qu'il demandait.
4. La résurrection de Notre-Seigneur
Jésus-Christ.
Par M. Vien. ( Ecole française. )
H. 12 p. 2 p. ; 1. 8 p. a p.
5. Jacob quittant la terre de Chanaam
pour se rendre auprès de Joseph,
en Egypte.
Par Alexandre Magnaschi, né à Gènes,
mort à Milan; il vivait en 1686. (Ecole d'Italie.)
H. 3 pieds ; 1. 4 p. 6 p.
6. Le prophète Nathan au moment
où il prononce à David ces paroles
foudroyantes : tu es ille vir.
Par Antoine - Marie le Bustini, né à
Cosmes ; il vivait en 1615.
H. 2 p. 9 p. ; 1. 3 p. 7. p.
TABLEAUX. 11
7. Entrevue d'Eliéser et de Rebecca.
Par Magnaschi. ( Ecole d'Italie. )
H. 3 pieds; 1. 4. p. 6 p.
8. Le Feu, représenté sous une forme
allégorique. Feux d'artifice , illumi-
nations et tournois.
Dans la notice des tableaux du château de
Richelieu, faite par M. de Yignier, imprimée
en 1676, les figures de ce tableau, ainsi que
celles des n° 11, io4 et 164, dont on trouvera
l'explication au présent livret, sont attribuées
à Dervet, et les paysages à Claude le Lorrain
( Claude Gelée , dit le ), né en 1600, dans le
diocèse de Toul, mort à Rome, en 1682.
Dervet, né à Nancy, en 1611, mort en 1642*
H. 3 p. 6 p. ; 1. 8 pieds.
9. Joseph racontant ses songes à ses
frères.
Par Magnaschi. ( Ecole d'Italie. )
H. 3 pieds ; 1. 4 p. 6 p.
12 TABLEAUX.
10. Joseph vendu par ses frères à des
marchands Ismaélites.
Par le même.
H. 3 pieds ; 1. 4 p. 6 p.
11. L'Air, représenté sous une forme
allégorique.
( Voir la notice n° 8. )
H. 3 p. 6 p. ; 1. 7 p. 11 p.
Madame de Lorraine et les dames de sa
cour, montées sur de superbes chevaux , pre-
nant le plaisir de la chasse aux oiseaux.
12. Une vue de Hollande.
Par Jean Van-Goyen, né àLeyden, en
1596, mort à La Haye, en 1656. (Ecole hol-
landaise. )
H. 1 p. 2 p. ; 1. 1 p. 7 p.
13. Paysage (soleil levant) orné de
figures et animaux.
Attribué à Claude Lorrain. ( Ecole fran*-
çaise. )
H. 1 p. 1 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 7 p.
TABLEAUX. 13
14. Tête de vieillard.
Dans le style de l'Espagnolet. ( Ecole napo-
litaine. )
H. 1 p. 10 p. ; 1. i p. 6 p.
15. Un buste de saint François.
( Ecole d'Italie. )
H. 1 p. 11 p. ; 1. 1 p. 7 p.
16. Un pontife tenant un calice.
Par Jules - César Procacini, né à Bo-
logne, en 1548, mort à Milan, en 1626.
(Ecole lombarde.)
H. I p. 11 p. ; 1. I p. y p.
17. Saint Janvier, évèque.
( Ecole d'Italie. )
H. 1 p. 11 p. ; 1. 1 p. 7 p.
18. Portrait de Louis xi, roi de France.
( Maître inconnu. )
H. ï p. 9 p.; 1. ! p. I p.
Ce portrait ornait une ancienne maison à
Cléry, que l'on croit avoir été habitée par
ce monarque.
Louis xi, roi de France, était fils de Charles
14 TABLEAUX.
vu et de Marie d'Anjou, fille de Louis il, roi
deNapIes; il naquit à Bourges, le 3 juillet 1 423,
succéda à son père, le 2 juillet 1461. Il s'était
distingué par plusieurs expéditions avant de
monter sur le trône, et avait obiigé les Anglais à
lever le siège de Dieppe. Il mourut au Plessis-
les-Tours, le samedi 3o août 1483, et fut en-
terré à Notre-Dame-de-Cléry.
Le titre de roi très-chrétien, donné à ce
prince, en 1469, est devenu un titre permanent
dans ses successeurs.
19 Une femme lisant une lettre qu'un
commissionnaire vient de lui ap-
porter.
Par Gérard Terburg , né à Zwol, dans
la province d'Over- Issel , en 1608, mort à
Deventer, en 1681. (Ecole hollandaise. )
H. 1 p. 10 p.; 1. 1 p. 6 p.
20. Jeanne d'Arc , dite la Pucelle
d'Orléans.
Par Fragonard, peintre vivant. ( Ecole fran-
çaise. )
H. 15 pieds ; 1 9 p. 10 p.
TABLEAUX. 15
Jeanne d'Arc à cheval et accompagnée de
son écuyer, de son page et des principaux guer-
riers de l'armée fidèle, arrive aux portes d'Or *
léans, où elle est reçue par les magistrats qui,
en lui présentant un dais , expriment l'inten-
tion d'honorer son entrée dans la ville par une
pompe et une distinction dignes du respect et
de l'admiration qu'elle inspire. Son bras, élevé
vers le ciel, indique qu'elle rapporte à Dieu
toute la gloire de ses succès et les honneurs
qu'on veut lui rendre.
21. Notre-Seigneur chez Marthe et
Marie.
( Ecole de Jouvenet, célèbre peintre fran-
çais. )
H. 2 p. 3 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 5 p.
22. Calixte iii.
Par Dosso de Ferrare, mort en i56o, élève
de Lorenzo Costa. ( Ecole lombarde. )
Calixte ni était de la maison de Borgia , il
n'a été pape que trois ans et quelques mois.
Il fut élevé à la chaire de St Pierre, en i455,
il ordonna la même année, par des bulles
16 TABLEAUX.
adressées à Jehan, archevêque de Reims, Guil-
laume , évêque de Paris, Richard, évêque de
Constance , et M. Jehan- Brehaut, inquisi-
teur de la foi, la révision du procès de Jeanne
d'Arc.
Voici ce que rapporte Sébastien Roviliard,
avocat au parlement, auteur de l'histoire de la
ville de Melun :
Cl Comme je suis venu à reconnaître tant
« de preuves et informations, et de plus de
« trois cents témoins , tous d'éminente qua-
« lité, princes, prélats, évêques, abbés, reli-
« gieux de tous ordres, présidens, sénateurs,
cc seigneurs, gentilshommes et personnages
« d'autres nobles professions, qui ont déposé
« ce qu'ils avaient vu et su , avec autant de
* sincérité de conscience que certitude de
« pleine vérité ; que j'ai appris que là-dessus
« les sieurs délégués, par leur sentence du 7
« juillet 1456, - avaient cassé les procédures
« données par les Anglais contre cette pucelle,
« - appelé Jéhanne d'Arc , l'ont déclarée inno*-
cc cente, et sa mémoire suffisamment purgée
« des cas à elle faussement imposés, »
j
TABLEAUX. 17
23. Un choc de cavalerie au passage
d'une rivière.
Par le Honte. ( Ecole française. )
H. 2 p. 2 p. 6 lig ; 1. 2 p. 10 p.
24. Le portrait de Pothier.
Par M1!e Marie-Pauline Lebrun, (artiste de
cette ville. )
H. 3 p. 4 p. 6 lig. ; 1. 3 p. 10 p.
Robert-Joseph Pothier, né le 9 janvier
1699, à Orléans, où il est mort le 2 mars
1772, doyen de MM. les conseillers du roi,
juges-magistrats au bailliage et siège présidial
d'Orléans, docteur régent et professeur en
droit français de l'université de cette ville.
Sur la demande des habitans d'Orléans et
d'après l'autorisation du roi, les restes de ce
célèbre jurisconsulte, inhumés au Grand-Cime-
tière de cette ville, le 4 mars 1772, ont été
exhumés avec beaucoup de pompe et de solen-
nité, le 17 novembre 1823, et déposés le même
jour au milieu d'une chapelle de la cathédrale,
qui précède le passage conduisant à l'évêché,
18 TABLEAUX.
en entrant dans l'église par la porte latérale
du nord.
Les ouvrages de ce grand homme l'ont rendu
célèbre dans toute l'Europe. Sa mémoire sera
toujours l'objet d'une profonde vénération dans
la cité qui l'a vu naître, et qu'il a honorée par
son génie et ses éminentes vertus.
a5. Psyché et l'Amour.
( Ecole française. )
H. 3. p. 4 p. ; 1. 3 p. 6 p.
a6. La charité romaine.
( Ecole française. )
H. 2 p. 4. p. ; l- 3 p. 4. p. 6 lig.
27, Portrait, en pied, d'Anne-Mar-
guerite d'Acigné, femme d'Armand-
Jean Duplessis , duc de Richelieu.
Par Paul Mignard, né à Avignon, en 1610,
mort à Lyon, en 1691.
H. 5 p. 10 p. ; 1. 4 p. 4 P. 6 lig.
28. Volailles, gibiers et comestibles.
Par G allé. ( Ecole française. )
H. 3 p. 2 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 1 p. 6 lig.
TABLEAUX. iq
ag. Une jeune fille tenant un oiseau
sur le doigt.
Par Kraus , élève de Piazetta, né à Augs-
bourg, en 1706, mort à Dijon , en 1754.
( Ecole allemande. )
H. 8 pouces 6 lig. *, 1. 6 pouces.
3o. Un paysage orné de figures.
Par Gabriel Pérelle, né à Paris, en 1648.
On ignore l'époque de sa mort. ( Ecole fran-
çaise. )
H. 7 pouces 6 lig. ; 1. 1 p. 2 p.
r TTn 1A11T1P a on ",h..n.f.-I- X , -
--. J un00 ^nuuiiuiii. Ci une
chauffrette qu'elle tient sur ses
genoux.
Ce tableau fait le pendant du n° 29.
Par Kraus. ( Ecole flamande. )
H. 8 pouces 6 lig. ; 1. 6 pouces.
32. Le portrait, eii pied, de Louis XIV,
roi de France.
D'après Rigaud. ( Ecole française. )
H. 3 p. ii p. ; 1. 2 p. 11 p.
20 TABLEAUX.
33. Hercule étouffant le lion die Némée.
( Ecole de Rubens. )
H. 6 p. 5 p. 6 lig. ; 1. 5 p. 7 p. 6 lig.
34. Portrait , en pied , d'Elisabeth
de Lorraine , princesse de Guise,
deuxième femme de Louis-François-
Armand Duplessis, duc de Riche-
lieu.
( Ecole française. )
H. 5 p. 9 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 4 p. 6 lig.
35. Bacchus, au moment de sa nais-
sance , confié par Mercure à des
Nymphes, filles d'Atlas.
Par Gaspard Crayer, né à Anvers, en
1582, mort en 1669.
( Ecole flamande. )
H. 6 pieds ; 1. 3 p. 2 p. 6 lig.
36. Les enfans de Niobé.
Par Verdier, né à Paris, en 1691, élève de
TABLEAUX. 21
Le Brun, mort dans la même ville. en 1730.
( Ecole française. )
H. 6 p. 11 p. ; 1. 5 p. 4 p. 6 lig.
Niobé, fille de Tantale et femme d' Am-
phion, ayant eu quatorze enfans , elle osa se
préférer à Latone, ce qui irrita tellement cette
déesse quelle fit tuer, par Apollon et par
Diane, ses sept fils et cinq de ses filles.
37. Divers oiseaux : un paon, un coq,
une poule , deux canards et leurs
petits.
Par Jean - Baptiste Oudry, né à Paris,
en 1686, mort à Beauvais, en 1755. (Ecole
française. )
H. 5 p. 7 p. 6 lig. ; 1. 3 p. 11 p. 6 lig.
38. Festin de Balthazar, dernier roi
des Babyloniens.
Par Martin de Vos, né à Anvers, en i 5ao,
mort dans la même ville, en 1604. ( Ecole
flamande. )
Dans un festin qu'il donnait à ses femmes,
22 TABLEAUX.
à ses concubines et aux seigneurs de sa cour,
Balthazar ayant bu dans des vases d'or et
d'argent que son père avait enlevés du temple
de Jérusalem, il vit une main qui traçait, sur
les murailles de la salle, ces trois mots : Mané
Thecel, Pharez. Daniel, qui fut appelé pour en
expliquer le sens, dit au Prince qu'ils signi-
fiaient que ses jours étaient accomplis, que ses
actions venaient d'être pesées, et que son
royaume serait divisé et deviendrait la proie
des Mèdes et des Perses. Balthazar fut tué dans
la même nuit où Cyrus se rendit maître de
Babylone. (538 ans avant Jésus-Christ. )
39. Portrait de Philippe, duc d'Or-
léans, régent, dans sa jeunesse.
( Ecole française. )
H. 2 p. 4 p. 6 lig. ; I. 1 p. 9 p. 6 lig.
40. Une Sybille.
( Ecole du Dominiquin. )
H. 3 p. 11 p. ; 1. 2 p. 4 p.
41. Le martyre de saint Laurent.
( Ecole flamande. )
H. 1 p. 3 p. 6 lig. ; 1. Il p. 6 lig.
TABLEAUX. 23
4. Loth et ses filles.
Par Corneille Poêlembourg, né à Utrecht,
en i586 , mort dans la même ville, en 1660,
élève de Bloemaërt. ( Ecole hollandaise. )
H. 10 pouces; 1. 1 pied 6 lig.
43. Un cuisinier donnant à manger à
des poules.
Par David Téniers, né à Anvers, en 1610,
mort à Bruxelles, en 1694. (Ecole flamande.)
H. 1 p. 2 p. ; 1. 11 pouces 6 lig.
44. Paysage orné de fabriques et de
plusieurs figures.
Par Both et Baudwuin, l'un et l'autre nés
à Bruxelles, en 1660. (Ecole flamande.)
H. 1 p. 3 p. 6 1. ; 1. 1 p. 9 p.
45. Un bassin contenant des fruits :
raisins, pêches, etc.
Par Voosmer. ( Ecole flamande.)
H. 1 p. 4 p. 6 1. ; 1. 2 pieds 6 lig.
24 TABLEAUX.
46. Paysage orné de figures.
Par Glauber, né à Utrecht, en 1646, mort
en 1726, élève de Nicolas Berghem. (Ecole
allemande. )
H. 3 p. 1 p. ; 1. 2 p. 5 p. 6 lig.
47. Autre paysage faisant le pendant
du précédent.
Peint par le même artiste.
H. 3 p. 1 p. ; 1. 2 p. 5 p. 6 lig.
48. Portrait de Mme la marquise de
Pompadour.
Jeanne-Antoinette Poisson, marquise de
Pompadour , était mariée à M. d'Etiolés,
quand elle succéda, auprès de Louis xv, à la
faveur de madame de Châteauroux. Elle con-
serva son crédit jusqu'à sa mort, arrivée le
i5 avril 1764.
Par Hubert Drouais , né à la Rogue,
petite ville de Normandie, en 1699, mort à
Paris , en 1775. (Ecole française. )
H. 1 p. 11 p. ; 1. 1 p. 7 p.
TABLEAUX. 25
2
49. Portrait de M. Dupuy, gentil-
homme de Mgr le duc d'Orléans,
régent.
Par Hyacinthe Rigaud, né à Perpignan, en
1559, mort à Paris, en 174.3.(Ecole française.)
H. 2 p. 5 p. ; 1. 1 p. 11 p.
50. Une femme menaçant de mettre
le feu à un baril de poudre, au
moment où des révolutionnaires se
présentent pour l'arrêter.
Par un peintre du temps. (Ecolefrançaise.)
H. 1 p. 7 p. ; 1. 1 p. 11 p.
51. Paysage orné de fabriques et de
plusieurs figures.
Ce tableau fait le pendant du n° 44.
Par Roth et Baudwin. (Ecole flamande.)
52. La salutation angélique.
Par Jean Restout, né à Rouen, en 1692,
mort à Paris, en 1768, élève de Jouvenet.
H. 8 p. 3 p.; 1. 5 p. 10 p.
26 TABLEAUX.
53. Naissance de la sainta Vierge.
Par M. Pierre (Jean-Baptiste - Marie ), né
en 1720, mort en 1780. ( Ecole française. )
H. 7 p. 10 p. ; 1. 5 p. 11 p.
54. Baptême de Notre-Seigneur, par
saint Jean-Baptiste, au bord du
Jourdain.
Maître inconnu. ( Ecole française. )
H. 7 p. 8 p. ; 1. 4 P- 11 P-
55. La présentation au temple.
Par M. Pierre. (Ecole française. )
H. 7 p. n p. ; 1. 5 p. 11 p.
56. La fuite en Egypte.
Par M. Hailé. ( Ecole française. )
H. 8 p. 10 p. ; 1. 5 p. 10 p.
57. Vue intérieure d'une église de
Flandre , éclairée à l'effet du jour.
Par Peter-Neefs, né à Anvers, vers l'an
i58o. (Ecole hollandaise. )
H. 4 P- 2 P* î 1. 5 p. 4 P-
TABLEAUX. 27
58. La pèche miraculeuse.
Par Louis Boulogne, né à Paris, en 1654,
mort dans la même ville, en 1734. (Ecole
française. )
H. 3 p. 8 p. ; 1. 6 p. 10 p.
5g Loth et ses deux filles se retirant
dans le pays de Zoor, après l'em-
brasement de Sodôme.
Par Guido Pieni ( dit le Guide ), né à Bo-
logne, en 1575, mort dans la même ville, en
1642. ( Ecole d'Italie. )
H. 3 p. 7 p. ; 1. 4 p. 6 p.
60. La résurrection de Lazare.
Par Louis Boulogne , ( Ecole française. )
d'après ? ainsi que le tableau indiqué
sous le n° 58.
H. 3 p. 6 p. ; 1. 5 p. 11 p.
61. Cincinnatus recevant, au moment
de son repas, les députés du sénat
de Rome, qui viennent lui annoncer
qu'il a été nommé dictateur.
Par Martin Çléef, né à Anvers, vers 1533.
28 TABLEAUX.
On ignore l'année de sa mort. ( Ecole fla-
mande. )
H. 3 p. 7 p.; 1. 5 p. 2 p.
62. Paysage (soleil couchant) orné de
figures et animaux.
Par Cornille Huismans , surnommé Huis-
mans de Malines, né à Anvers , en 16.48, mort
en 1727. Il fut élève de Van-Artois. ( Ecole
flamande. )
H. 1 p. 10 p. ; 1. 2 p. 3 p. 6 lig.
63. Choc de cavalerie entra les Turcs
et les Allemands
Par Charles Breydel, surnommé le Che-
yalier, né à Anvers, en 1677. On ignore
l'époque de sa mort. (Ecole flamande. )
H. 1 p. 10 p.; 1. 2 p. 3 p. 6 lig.
64. La Peinture, figure allégorique.
Par Jean-Baptiste Santerre, né à Magny,
près Pontoise, en 1651, mort à Paris, en 1717.
( Ecole française. )
H. 2 pieds ; 1. 1 p. 8 p.
TABLEAUX. 29
Tout homme doit être étonne à la vue d'une
superficie plate , qui, par le moyen des traits
et des couleurs, lui présente des objets saillans;
s'il voit dans un tableau les chefs-d'œuvre de
la nature , disposés de manière à surprendre ,
à enchanter ses sens , il est ravi d'admiration ;
mais si les objets dont il a admiré la saillie et
l'éclat enchanteur, parlent à son ame en lui
offrant ou un être qu'il chérit, ou un fait qui
lui inspire le goût des plaisirs innocens , du
courage ou des vertus ; si enfin le tableau excite
en lui la plus noble émulation, alors il devient
passionné pour cet art, qui établit un des
points de son bonheur dans l'état de société.
Telle est la définition, tels sont les effets de
la peinture. ( Ext. du Dict. de peinture de
M. Watelet. )
65. Paysage (soleil levant) avec figures
et animaux.
Par Paul Paderno, né à Bologne, en
1649, mort en 1708; il fut formé à l'école du
Guerchin. ( Ecole d'Italie.)
H. 1 p. 9 p. ; 1. 2 p. 2 p.
30 TABLEAUX.
66. Tobie conduit par un ange.
Par Benedetlo Luli, né à Florence, en 1666,
mort à Rome, en 1724. (Ecole d'Italie. )
H. 2 p. 1 p. ; 1. 2 p. 4 p.
67. La présentation de Notre-Seigneur
au temple.
Par Laurent de Lahyre , né en 1606, mort
en 1656. ( Ecole française. )
H. 2 pieds, 1. 2 p. 6 p.
68. Portrait, au pastel, de Charles
Coypel.
Peint par lui-même. Cet artiste, né à Paris,
est mort dans la même ville, en 1753, âgé de
58 ans. ( Ecole française. )
H. 1 p. II p. 6 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig.
69. Paysage présentant l'entrée d'une
forêt, orné de figures et animaux.
Par Roland Savery , lié à Courtray, en
1576, mort à Utrecht, en 1639. (Ecole fla-
mande. )
H. 1 p. 6 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig.
TAELEAUX. 3l
70. La sainte famille dans un beau
paysage orné de plantes et de
fleurs.
Par Jean Van-Kessel, né à Anvers, en
1626. On ignore Tannée de sa mort : il fut imi-
tateur de Breugehl de Velours. (Ecole fla-
mande. )
H. i p. 6 p. ; 1. 1 p. II p.
71. Divers fruits placés sur un socle,
fond de paysage.
Par François Desportes , né au village de
Champigneul en Champagne , en 166* , mort
à Paris, en 1743. (Ecole française. )
H. 1 p. 6 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 11 p.
72. Paysage orné d'architecture et de
figures.
Par Patel père, né en. 1654. On ignore
l'époque de sa mort. ( Ecole française. )
H. 1 pied 3 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig.
Ce tableau faisait partie de la collection de
M. le président Raudry.
32 TABLEAUX.
73. Paysage orné de plusieurs figures
et animaux.
Par Van-Romeyn , élève de Vander-Velde.
On ignore le lieu et l'époque de sa naissance.
( Ecole hollandaise. )
H. 1 pied 3 lig. ; 1. 1 p. 3 p.
Ce tableau faisait également partie de la col-
lection de M. le président Haudry.
74. Paysage (soleil levant) orné d'ar-
chitecture, figures et animaux.
Par Patel père ( Ecole française. )
Ce tableau, qui est le pendant du n° 72,
faisait aussi partie de la collection de M. le
président Haudry.
75. Intérieur d'une écurie, avec figures
et animaux.
Par Pierre Van-Laar, dit le Bamboche, né
en 1613, à Laar , village près de Narden, en
Hollande, mort à Harlem, en 1675. (Ecole
flamande. )
H. 1 p. 7 p. ; 1. 1 p. 10 p. 6 lig.
TABLEAUX. 33
76. Léda, et Jupiter métamorphosé
en Cygne.
Maître inconnu. ( Ecole française. )
H. 1 p. 7 p. ; 1. 1 p. 3 p.
77. Ce tableau représente une vallée
dominée par de hautes montagnes,
embellie d'une riche végétation et
de cascades. Le paysage est animé
de diverses figures.
Par Dunouy, peintre vivant. (Ecole fran-
çaise. )
H. 1 p. 6 p. ; 1. 2 p. 2 p. 6 lig.
78. Une marche de cavalerie.
Par François Simonini, né à Parme , en
1689. ( Ecole du Bourguignon. )
H. 11 pouces ; 1. 1 p. 2 p. 6 lig.
79. Ce tableau représente un médecin
qui, à l'inspection d'une fiole d'urine,
donne sa consultation à une femme.
Par Zorg ( Henri Rokes surnommé ), né à
34 TABLEAUX.
Roterdam, en 1621 , mort en 1682. (Ecole
hollandaise. )
H. 1 pied; 1. 9 pouces.
80. Halte de cavalerie à la suite d'un
combat.
Ce tableau fait le pendant du n° 78.
Par Simonini. ( Ecole du Bourguignon. )
H. Il pouces; 1. 1 p. 2 p. 6 lig.
81. Une marine représentant un gros
temps.
Par Guillaume Vander - Velde, né à
Amsterdam, en i633, élève de son père; mort
à Londres, en 1707. ( Ecole hollandaise. )
H. 1 p. 2 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig.
1
82. Un incendie.
Des villageois, placés sur des échelles, j
dirigent des secours sur la toiture d'une maison
incendiée ; d'autres puisent de l'eau dans une
rivière.
Par Vander-Poel. ( Ecole hollandaise. )
H, 1 p. 1 p. 3 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig. 1
TABLEAUX. 35
83. Vue de l'ancien Grand-Cimetière
d'Orléans, prise d'une porte qui est
aujourd'hui renfermée dans la cour
d'un café de la halle au blé.
Par M. Rabigot, professeur adjoint à l'école
gratuite de dessin de cette ville.
H. i p. 4 p. 6 lig. ; 1. 1 p. i p. 6 lig.
84. Une meute de chiens aux prises
avec un ours.
Par François Desportes , né en 1661 ,
mort en 1743. ( Ecole française. )
H. 1 p. 7 p. ; 1. 1 p. 11 p. 3 lig.
85. Saint Mathieu , évangéliste.
Par Jean-Baptiste Piazetta , né à Venise,
en 1682 , mort dans la même ville, en 1754.
( Ecole vénitienne. )
H. 5 p. 3 p. ; 1. 3 p. 4 p.
0
86. Totila aux pieds de saint Benoît.
( Ecole d'Italie. )
H. 8 p. 1 p. ; 1. 5 p. 2 p.
Totila, Roi des Goths, passant dans la
36 TABLEAUX.
Campanie, voulut voir saint Benoît, et, pour'
éprouver s'il avait le don de prophétie , comme
on le disait, il lui envoya son écuyer revêtu
des habits royaux : le Saint le reconnut.
Totila vint visiter lui-même le serviteur de
Dieu; dès qu'il le vit, il se prosterna par terre
et y resta jusqu'à ce que Benoît l'eilt relevé. Il
fut bien étonné quand le Saint lui parla de la
sorte : « Vous faites beaucoup de mal, et je
« prévois que vous en ferez encore d'avantage.
« Vous prendrez Rome ; vous passerez la mer;
« et régnerez neuf ans ; mais vous mourrez
« dans la dixième année et serez cité au tri-
« bunal du juste juge , pour lui rendre compte
« de toutes vos œuvres. » Toutes les parties de
de cette prédiction furent vérifiées par l'évé-
nement.
( Extrait du Diction nle hist. de Chaudon et
Delandine, et des OEuvres de Godescard. )
87. L'enlèvement de Déjanire par le
centaure Nessus.
Belle copie d'après le Guide. ( Ecole d'Italie.)
H. 4 p. 11 p. ; 1. 3 p. 11 p.
TABLEAUX. 37
88. La canonisation de saint François
d'Assises.
( Ecole d'Italie. )
H. 7 p. xi p. ; 1. 5 p. 10 p. 6 lig.
On voit dans ce tableau un pape à genoux
aux pieds d'un saint. Ce pape est accompagné
d'un cardinal et de plusieurs religieux de l'ordre
de saint François.
89. Saint Marc , évangéliste.
Par Piazetta. ( Ecole vénitienne. )
Ce tableau fait pendant au n° 85.
H. 5 p. 1 p. ; 1. 3 p. 1 p. 6 lig.
90. Une femme occupée à ouvrir des
huîtres.
( Ecole flamande. )
H. 2 p. 5 p. 6 lig, j 1. 2 p. 10 p.
91. Saint Charles Borromée.
( Ancienne école lombarde. )
H. 2 p. 1 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 7 p. 6 lig.
9'2. La sainte Vierge faisant lire l'en-
fant Jésus.
Par le Guerchin ( Gio Francesco Barbieri
38 TABLEAUX.
dit ) , né à Cento, en i5go , mort en 1666.
( Ecole d'Italie. )
H. 2 p. 2 p. ; 1. 1 p. g p.
93. M. l'abbé Desfriches, en costume
de docteur de l'université.
Par François de Troy, né à Toulouse, en
1645, mort à Paris, en 1730. (Ecole française.)
H. 2 p. 8 p. ; 1. 2 p. 2. p.
94. Tableau allégorique : le Temps
coupe les ailes de l'Amour.
( Ecole de Jordans. )
H. 3 p. 4 p. 6 lig. ; 1. 2 p. II p.
g5. Jean Duplessis : portrait où le
personnage est représenté armé de
pied en cap.
( Ecole de Rubens. )
H. 6 p. 6 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 8 p.
96. Un riche paysage, site d'Italie.
Par Bourgeois, les figures par Taunay.( Ces
deux artistes sont vivans. ) * - /.-„«,
Il. 3 p. 10 p. ; 1. 5 p. 10 p.
TABLEAUX. 39
Ce paysage, que traverse une rivière, est
orné de fabriques et de masses d'arbres d'un
effet agréable et varié.
Différens personnages dansant sur la pe-
louse , au son d'une guitare, plusieurs autres
dans diverses attitudes et parmi lesquels on
remarque un berger conduisant.son troupeau,
animent cette charmante composition.
97, Tableau composé de quatre figures.
Par Schalff. ( Ecole allemande. )
On ignore le lieu et l'époque de sa naissance.
H. 3. p. 2 p. ; 1. 4 p- 2 p. 6 lig.
Une femme lient une lanterne à la lueur de
laquelle une autre femme cherche à ôter une
flèche de la cuisse d'un jeune homme placé sur
le premier plan du tableau, et presque totale-
ment dans l'obscurité. Le quatrième person-
nage , qui occupe le fond de la scène , paraît
éploré.
98. Le Samaritain.
Par Frosté, artiste vivant. (Ecole française.)
IL 7 p. 6 p. ; 1. 10 p. 11 p.
40 TABLEAUx:
Tout le monde connaît cette sublime para-
bole de l'évangile.
99. Tableau allégorique : l'Etude et
la Vigilance.
Par Michel Gobin. (Ecole allemande. )
H. 3. p. 9 p. 6 lig. ; 1. 3 p. 7 p. 6 lig.
Iot).l>ortrait, en pied, de madame la
duchesse du Maine. Plusieurs Génies
lui présentent des corbeilles de
fleurs.
Par Jean-François de Troy, né à Paris,
mort à Rome, en 1752, âgé de 76 ans. (Ecole
française. ) î
H. 6 p. 8 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 8 p. 6 lig. i
1
101. Les Scribes et les Pharisiens pré- j
sentant à Jésus-Christ le denier de
César,
D'après Annibal Carrache. (Ecole d'Italie.)
H. 2 p. 8 p. ; 1. 3 p. 6 p.
i
*
TABLEAUX. 41
102. Le portrait d'un financier.
Par Hyacinthe Rigaud. ( Ecole française. )
H. 2 p. 6 p. ; 1. 2 pieds.
103. Portrait de Louise-Henriette de
Bourbon Conti, duchesse d'Orléans,
née à Paris, le 20 juin 1726.
Par E. Pothier. ( Ce portrait a été gravé par
Petit. )
H. 2 p. 5 p. ; 1. 1 p. 11 p.
104. L'Eaureprésentée sous une forme
allégorique.
( Voir la notice du n° 8. )
H. 3 p. 6 p. ; 1. 7 pieds.
Vers la droite du spectateur, on distingue
une promenade triomphale sur la mer. Une
princesse, qui paraît être Marie de Médicis ,
est assise dans une riche et immense gondole
autour de laquelle on aperçoit un grand nombre
de Néréides. L'autre partie du tableau présente
des diverlissemens sur la glace.
42 TABLEAUX.
105. Fleurs et fruits. -
Par Fontenay (Jean-Baptiste Blain de),
né à Caen, en i654, mort à Paris, en 1715.
( Ecole française. )
H. 3 p. 1 p. ; 1. 4 p. 2 p.
106. Le tombeau d'Alexandre, éclairé
par une lampe.
Par Antoine Houasse., né à Paris , mort
dans la même ville, en 1710, âgé de 65 ans ;
il a été directeur de F académie de Rome.
( Ecole française. )
H. 1 p. 7 p. ; 1. 2 pieds.
Alexandre le Grand, fils de Philippe, roï
de Macédoine et d'Olympias, naquit à Pella,
356 ans avant J.-C. Dès sa jeunesse il dompta
le cheval Bucéphale ; il devint l'admiration
des capitaines les plus expérimentés, et gagna
l'affection des peuples par ses libéralités.
Ayant succédé à son père, à l'âge de 20 ans ?
il conquit laThrace etrillyrie, ruina Thèbes,
soumit avec une extrême rapidité ja Lydie ,
l'Ionie , la Carie, la Pamphilie et la Capa
doce. Il marcha contre les Juifs qui l'avaiept
TABLEAUX. 43
irrité; il alla en Egypte, et y bâtit Alexandrie.
Il défit Darius à la bataille d' Arbelles. Enfin ,
ayant défait le roi Porus, assujetti toute l'Asie,
et les Indes même , il mourut, par le poison, à
Babylone 1324 ans avant J.-C., âgé de 32 ans.
( Extrait du Dict. hist. de l'abbé l'Advocat. )
107. Paysage orné de fabriques, figures
et animaux.
Attribué à Karel du Jardin , né à Am-
sterdam, en 164.0, mort à Venise, en 1674.
( Ecole hollandaise. )
H. 1. p. 3 p. ; 1. 1 p. 1 p.
108. Une marine.
Par Breughel de Velours, mort en 1642
âgé de 77 ans. ( Ecole flamande. )
H. 5 pouces; 1. 7 pouces 6 lig.
109. Des patineurs (soleil d'hiver).
Par Jean Van-Goyen , né à Leyden , en
15961 mort à La Haye, en 1656. (Ecole hollan-
daise. )
H. 11 pouces; 1. 10 pouces 6 lig.
44 TABLEAUX.
no. Paysage avec fabriques de Pi-
cardie.
Par M. Rabigot, professeur adjoint à l'école
gratuite de dessin de cette ville.
H. ii pouces; 1. 1 p. 2 p.
m. Paysage orné de plusieurs figures.
Par Breughel de Velours. ( Ecole flamande. )
Fait le pendant du n° 108.
H. 6 pouces 6 lig.; 1. 9 pouces.
112. Bivouac hollandais. j
Des soldats jouent aux cartes sur un tambour.
Par Jean Diest, habile peintre, sous lequel
s'est formé Palamède.
H. 2 p. 2 p. 6 lig ; 1. 3 p. 1 p.
113. Un paysage orné de figures et
fabriques, dont la réflexion, dans
la rivière qui embellit cette com-
position, a été rendue avec un art
merveilleux.
Par Jean Decker , imitateur de Jacques
Ruisdaël.
H. 2 p. 6 p. ; 1. 2 p. 8 p.
TABLEAUX. 45
Ce tableau faisait partie de la collection de
M. le président Haudry.
114. Fleurs et fruits.
Par Jean Van-Duynum , né à Amsterdam,
en 1682, mort en 1749' ( Ecole hollandaise.)
H. 1 pied ; 1. 8 pouces 6 lig.
115. Un bassin, une aiguière et une
corbeille de fleurs.
Par Gobelin ( signature sans date, école
française ).
H. 2 p. 8 p. ; 1. 3 p. 6 p.
116. Portrait de M. le cardinal de
Coislin.
( Ecole française. )
H. 1 p. 9 p. 9 lig. ; 1. 1 p. 7 p.
117. Diane et Apollon.
Par Pierre Eiken , surnommé le Vieux,
natif d'Anvers. On ignore l'époque de sa nais-
sance et de sa mort.
Dans le bas du tableau sont de jeunes enfans
conduits par l1 Amour.
H. 1 p. 7 p. ; 1. 1 p. 2 p,
1
^6 TABLEAUX.
r 18. Portrait deVan-Dyck, peint par
lui-même.
Celte copie a été faite par Jeaurrat, peintre
de l'académie , et gardien du cabinet du roi,
sous Louis xv ; mort à Versailles, en 1789, âgé
de 92 ans.
H. 1 p. 9 p. ; 1. 1 p. 6 p. 6 lig.
Le tableau original est au Musée royal, à Paris.
Van-Dyck, peintre célèbre, né à Anvers,
en i5gg , mort à Londres, en 1641, était
élève de Rubens.
119. La Madeleine pénitente.
Par Jean Lanfranc , né à Parme , le même
jour que le Dominiquin, en 1581, mort à Rome,
en 1647- Il fut élève du Carrache. (Ecole d'Ital.)
H. 6 p. 3 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 7 p. 6 lig.
120. Un Silène entre deux Amours.
Par un peintre flamand. (Ecole de Jordans.)
H. 3 p. 5 p. ; 1. 3 p. 6 p.
121. Porirait de M. de Jarente, ancien
évêque d'Orléans.
( Ecole française. )
H. 2 p. 7 p. ; 1. 2 P 1 p.
TABLEAUX. 47
122. Portrait de M. Cabanon, membre
de l'ancienne académie.
Par Duplessis, de l'académie de peinture,
né à Carpentras. Il a fait un très-beau portrait
de Louis xvi, en pied.
H. 1 p. 5 p. ; 1. 1 p. II p.
123. Un cuisinier entouré de gibier,
de volailles et d'ustensiles de cui-
sine.
Par G. Legi, mort a Milan. Il vint fort
jeune à Gênes, et fut élève de Jean Rosa.
H. 2 p. 4 p. 6 lig. ; 1. 4 p. 4 p.
124. Une bataille entre des Persans et
des Turcs ( effet de nuit ).
( Ancienne école flamande. )
H. 1 p. 11 p. 6 lig. ; 1. 3 p. 2 p.
125. Un rabbin dans son cabinet.
Par Léonard Bramer, né à Delft, en
1596. On ignore l'année de sa mort. (Ecole
allemande. )
H. 1 p. 5 p. 9 lig. ; 1. 1 p. 1 p.
48 TABLEAUX.
126. Portrait en miniature de M. Bar-
din, ancien professeur de Fécole
gratuite de dessin d'Orléans.
Par Mme Molière, sa fille.
H. 2 pouces 3 lig.; 1. 2 pouces 3 lig.
127. Portrait du peintre Mathieu, sur
émail.
Fait par lui-même. ( Ecole française. )
Pierre Mathieu fils, de Dijon, peintre
d'histoire; 'ïl a peint sur émail. Il est mort
en 1719 1 âgé de 62 ans.
H. 5 pouces ; 1. 4 pouces.
128. La sainte Vierge, saint Joseph,
saint Jean-Baptiste et l'Enfant Jésus.
Par François Stella , né à Malines, en
i563 , mort en i6o5. ( Ecole Française. )
H. 5 pouces 9 lig. ; 1. 4 pouces.
129. Un paysage (soleil couchant).
Dans le style de Claude Lorrain. ( Ecole
française. )
H. 1 p. 1 p. 9 lig. ; 1. 1 p. 6 p.
TABLEAUX. 49
3
130. Notre - Seigneur interrogé par
CaYphe.
Par François Franck (dit le Vieux ). Il fut
admis parmi les peintres d'Anvers, en 1561, et
mourut dans la même ville , en 1666. ( Ecole
flamande. )
H. 6 pouces 6 lig. ; 1. 5 pouces.
13 1. Jeanne d'Arc , dite la Pucelle
d'Orléans.
Célèbre héroïne , née à Domremi. Elle fit
le siège d'Orléans , défit Talbot à la bataille
de Patay, et fit sacrer le roi Charles vu à
Reims, le 17 juillet 1^29 ; enfin elle fut la
victime de la haine des Anglais , le 3o mai
1431.
Ce portrait, en pied, est peint par un maître
inconnu, de l'école française ; il ornait la galerie
du Palais - Cardinal, aujourd'hui le Palais-
Royal , à Paris.
H. 6 p. 8 p. ; 1. 3 p. 5 p.
132. Un paysage montagneux et pitto-
resque où l'on remarque deux per-
50 TABLEAUX.
sonnages dont l'un est occupé à
pêcher à la ligne.
Par Gabriel Perelle, né à Paris, en 1648.
On ignore l'époque de sa mort. ( Ecole fran-
çaise. )
H. i p. 3 p. ; 1. 11 pouces.
133. Ce tableau représente un aigle qui
vient de fondre sur un mouton, et
paraît vouloir l'enlever dans les airs.
Par llér artiste vivant. (Ecole française.)
H. i p. 2 p. ; 1. 1 p. 5 p.
i3/j.. Vue de la maison de la Motte,
et d'une partie des bords du Loiret.
Par M. Salmon, professeur de dessin , et
notre compatriote.
H. 1 p. 6 p. 6 lig. ; 1. 1 p. 10 p. G lig.
135. Vue prise de la porte Bourgogne,
à Orléans.
Par M. Rabigot, professeur adjoint à l'école
gratuite de dessin de cette ville.
H. 1 p. 5 p. ; 1. 1 p. 8 p.
TABLEAUX. 51
136. Un bœuf, un âne et des moutons;
fond de paysage.
( Ecole hollandaise. )
H. i p. i p. 6 lig. ; 1. 11 p. 6 lig.
137. Paysage montagneux et pitto-
resque.
Attribué à Le Prince. ( Ecole française. )
H. 10 pouces 9 lig. ; 1. 1 p. 4 p. 6 lig.
138. Site montagneux et pittoresque
représentant un désert, où 110n voit,
à l'entrée d'une grotte , la Madeleine
pénitente.
Par N. Monsiau, en 1795, artiste vivant.
( Ecole française. )
H. 8 pouces 6 lig.; 1. 5 pouces. 6 lig.
139. Une marine ; vue de la Méditer-
ranée.
Par Lacroix, né à Paris, mort en 1770,
( Ecole française. )
H. 1 p. 9 p. ; 1. 2 p. 5 p. 6 lig.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.