Extrait des registres de la commune de Choisy-sur-Seine. Adresse de la commune de Choisy-sur-Seine à ses concitoyens de Paris. Discours prononcé lors de l'inauguration de l'arbre vivace de la liberté de la commune de Choisy-sur-Seine... le 5 mai 1793, l'an II...

Publié par

1793. France (1792-1795). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1793
Lecture(s) : 9
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

EXTRAIT
DES REGISTRES
D E O M M U N E
@N. ,
- - -
D -' «»- _.-;JR-e
1 ! r , -.
A DR ESSE
DE LA COMMUNE
DE CHOISY-SUR-SEINE,
A SES CONCITOYENS DE PARIS.
CITOYENS FRERES,
PAR quelle fatalité arrive-t-il que le règne
de la liberté soit aussi celui des soupçons inju-
rieux ., des calomnies atroces, & des délations
éternelles ! Tout Citoyen honnête a droit. sans
doute, à l'estime publique ; sa réputation est
sa propriété, elle est inaliénable & sacrée ; la
ternir par de simples soupçons, est déjà un
crime; la lui ravir par des imputations fausses ,
2
est un attentat. Quel nom donner à ceg dé-
nonciateurs obscurs & perfides, qui , dans
l'accès de leur frénésie , ont répandu des bruits
aussi injustes qu'alarmants sur le patriotisme,
je ne dis pas d'un seul homme , mais d'une
commune entière ; qui, non contents de se-
mer le trouble & la division parmi les habitants
de Choisy sur-Seine, les ont encore calomniés
& taxés d'aristocratie dans les différentes Sec-
tions de Paris r
Citoyens de la première ville de l'univers,
dignes de la liberté dont vous avez été les
premiers & les plus intrépides défenseurs , fiers
Républicains , & nous nous faisons aussi l'hon-
neur de l'être, avant de nous juger, apprenez
à nous connoître.
La Commune de Choisy-sur-Seine, dès le
14 juillet, époque de la Révolution, a pris les
armes, elle est une des premières qui ait été
organisée & formée en garde nationale ; de-
puis , & toutes les fois que la chose publique
a été en danger, elle est touj ours restée ferme
à son poste. -
Convaincue que l'or est l'ame d'un Etat, &
le nerf de la guerre , elle a payé ses contribu-
tions avec la plus stricte exactitude.
Quoique par la révolution elle ait vu tarir
en un moment la source de son aisance, dis-
paroître ses travaux & son commerce, elle a
déposé sur l'autel de la Patrie 18000 livres en
dons patriotiques, & cent soixante-cinq marcs
en argenterie : à sa voix patriotique, l'élite de
sa jeunesse s'est transportée aux frontières ;

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.