Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
Écrits de la Lune
Véronique AUDELON
Écrits de la Lune
~~~~ Auteure-Éditrice ~~~~~ ~
DU MÊME AUTEUR
Chez TheBookEdition LES AMANTS ÉTERNELS, poésie. L’INSOUCIANCE PERDUE, poésie. LE MONDE DES PETITES FÉES-Tome 1, poésie. LE MONDE DES CARESSES, poésie. LES ACROS SE TICHENT !, poésie. SYMPHONIE BLEUE, poésie. LETTRES D’UN POILU, témoignage. PARFUMS D’ÉTERNITÉ, poésie. JEU DE LANGUES !!!, poésie, nouvelle édition. PLUME DE FÉE, poésie. LES P’TITES CHRONIQUES. JE PENSE... NE VOUS EN DÉPLAISE !, pensées. EMMURÉE, roman.
Des extraits de mes livres sur un-univers-de-mots.blog4ever.com
Illustration : © Artur Gabrysiak - Fotolia.com Conception : VeronikA - veronika2011.com
Nouvelle édition © Véronique AUDELON, 2011 ISBN : 978-2-918794-04-2 Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des pa-ragraphes 2 et 3 de l'article L. 122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que les « analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information », toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L. 122-4). Cette re-présentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, consti-tuerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
À touÀs  lmesa  enfants. faÀmillei.. To
rrement de Llenitnest ituteur
T out le monde est là. Les habitants ont déserté le village pour venir rendre un dernier hommage au cher instituteur disparu. Chacun y va de louanges pour cet homme aimable qui a vu défiler sur ses bancs d’école les rejetons de ses amis d’enfance, puis les enfants des enfants de ses amis. Quand même, c’est pas Dieu possible cet accident stupide ! Et qui pourrait en vouloir à cette enfant d’avoir laissé traî-ner ses billes dans l’escalier ? Et chacun de verser une larme en regardant pitoya-blement Marie, qui depuis ce jour, ne dit mot... Bien sûr, c’est normal. La pauvrette est choquée et doit se sentir tellement res-ponsable...  Marie observe, de son regard clair, tout ce monde sans parler. Qui pourrait devi-ner ce que cachent ce mutisme et cet air absent ?
11