Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Du même publieur

etc/frontcover.jpg

À MAITRE JEAN RICHEPIN

Les vieux maîtres
Dans les bouges fumeux où pendent des jambons,
Des boudins bruns, crevant leurs tissus de vessies,
Des grappes de poulets, des grappes de dindons,
D’énormes chapelets de volailles farcies,
Tachant de rose & blanc les coins du plafond noir,
En cercle, autour des mets entassés sur la table,
Qui saignent, la fourchette au flanc dans un tranchoir,
Tous ceux qu’auprès des brocs la goinfrerie attable,
Craesbeke, Brakenburgh, Teniers, Dusart, Brauwer,
Avec Steen, le plus gros, le plus ivrogne au centre,
Sont réunis, menton gluant, gilet ouvert,
De rires plein la bouche & de lard plein le ventre.
Leurs commères, corps lourds où se bombent les chairs
Dans la nette blancheur des linges du corsage,
Leur versent à jets longs de superbes vins clairs,
Qu’un rais d’or du soleil égratigne au passage,
Avant d’incendier les panses des chaudrons.
Elles, ces folles, sont reines dans les godailles,
Que leurs goulus d’amour, en flamands, en lurons,
Mènent comme au beau temps des vieilles truandailles,
Tempes en eau, regards en feu, langue dehors,
Avec de grands hoquets, scandant les chansons grasses,
Des jurons crachés drus, des luttes corps à corps
Et des coups assommés à broyer leurs carcasses,
Tandis qu’elles, le sang toujours à fleur de peau,
La bouche ouverte aux cris, le gosier aux rasades,
Après des sauts de danse à fendre le carreau,
Des chocs de corps, des heurts de chair & des bourrades,
Des lèchements subis dans un étreignement,
Toutes moites d’ardeurs tombent dépoitraillées.
Une odeur de mangeaille au lard, violemment
Sort des mets découverts ; de larges écuellées
De jus fumant & gras, où trempent des rôtis,
Passant & repassant sous le nez des convives,
Excitent d’heure en heure à neuf leurs appétits.
Dans la cuisine, on fait en hâte les lessives
De plats vidés & noirs qu’on rapporte chargés,
Des saucières d’étain collent du pied aux nappes,
Les dressoirs sont remplis & les celliers gorgés.
Tout autour de la salle, où rougeoient ces agapes,
Pendent à des crochets paniers, passoires, grils,
Casseroles, bougeoirs, briquets, cruches, gamelles,
Dans un coin, deux magots exhibent leurs nombrils,
Et trônent, verre en main, sur deux tonnes jumelles.
Et partout, à chaque angle ou relief, ici, là,
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin