//img.uscri.be/pth/c383dfcc15a05a694407be9dfc648609162ed220
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Français et créoles : du partenariat à des didactiques adaptées

De
207 pages
Cet ouvrage constitue les actes d'un séminaire international organisé aux Seychelles en 2006 par la Direction de l'éducation et de la formation de l'Organisation Internationale de la Francophonie qui visait à ouvrir une réflexion novatrice sur l'adaptation de la didactique du français aux situations de créolophonie.
Voir plus Voir moins

Sous la direction de
ROBERT CHAUDENSON

Français et créoles: du partenariat à des didactiques

adaptées

Organisation Internationale de la Francophonie Institut de la Francophonie

L 'HARMATTAN

~ L'Harmattan 2007 5-7 rue de l'École Polytechnique; Paris 5e www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo~fr ISBN: 978-2-296-03561-4 EAN : 9782296035614

ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE Direction de l'éducation et de la formation technique et professionnelle

Séminaire tenu aux Seychelles Victoria, Mahé, 11-15 décembre 2006

Allocution de Madame J. D'Offay, Correspondante nationale de l'Organisation Internationale de la Francophonie et Officier de liaison permanent de la Commission de l'Océan Indien. Madame le Ministre délégué, Monsieur le représentant de l'Organisation Internationale de la Francophonie Mesdames et Messieurs les experts, Invités distingués, Mesdames et Messieurs Chers participants, C'est un honneur pour moi, en ma qualité de correspondante nationale de l'OIF et d'officier de liaison permanent de la Commission de l'océan Indien, de vous souhaiter à tous la bienvenue au séminaire de réflexion sur les approches bilingues: le français et les langue(s) nationale(s), dans l'éducation de base, organisé par l'OIF. Les travaux de cette rencontre qui vous réunit, vous offrent l'occasion privilégiée d'analyser, ensemble, les stratégies didactiques, pour une meilleure prise en compte de la diversité culturelle et linguistique, l'une des priorités de l'OIF. Cet atelier, qui s'appuie sur une réflexion sur une pédagogie partenariale entre le français et le créole, permettra aux jeunes élèves de l'océan Indien, dès leur entrée en maternelle, de profiter d'un apprentissage du français, qui tienne compte de leur vécu culturel et linguistique. L'enseignement du français ainsi bien que d'autres langues, apporte une contribution considérable au développement de l'éducation d'un pays. 9

Nul doute que la gestion des langues doit devenir, une priorité de la coopération francophone, dans l'océan Indien comme ailleurs. Je suis convaincue qu'ensemble, vous saurez trouver les voies et les moyens pour la mise en place d'une pédagogie adaptée, non seulement à la situation du français dans l'océan Indien, mais aussi, dans les autres pays où le français coexiste avec un créole. J'exprime l'espoir que ces pistes de coopération pourront être approfondies et concrétisées. Dans ce sens, nous comptons beaucoup sur le travail que vous accomplirez durant ces quelques jours. Merci d'être venus ici pour nous donner votre temps et de nous permettre de tirer profit de votre compétence. Je terminerai en remerciant chaleureusement, l'OIF d'avoir organisé cette importante rencontre. Je souhaite plein succès à vos travaux qui posent les jalons d'une véritable politique linguistique, dans nos systèmes éducatifs, pour un enseignement et un apprentissage des langues de qualité. Je vous remercie de votre attention.

10

Allocution de Madame M. Mondon, Ministre Délégué

Monsieur l'Ambassadeur de France aux Seychelles, Monsieur le représentant de l'OIF, Mesdames et Messieurs les experts, Mesdames et Messieurs, Invités distingués, Chers participants, Permettez-moi tout d'abord de vous transmettre les salutations du Ministre Shamlaye, au nom duquel en tant que Ministre délégué, j'ai le plaisir de vous adresser la parole. En raison de sa participation au Sommet du Commonwealth, en Afrique du Sud, il ne peut être parmi nous aujourd'hui. D'emblée, je voudrais vous exprimer tout le plaisir que je ressens à vous souhaiter la bienvenue chez nous. Notre pays, est heureux d'accueillir, aujourd'hui, ce séminaire sur les « approches bilingues, français et langue(s) nationale(s), dans l'éducation de base », organisé par l'Organisation Internationale de la Francophonie, dans le cadre de son projet: « améliorer la prise en compte de la diversité linguistique dans nos systèmes éducatifs». L'enseignement du français, langue qui fait partie de notre héritage linguistique, est bien au cœur des préoccupations des éducateurs. Nous nous engageons donc à faire tout notre possible pour favoriser son épanouissement dans notre système éducatif. Il

Je vais maintenant m'adresser à vous en créole seychellois. « Pour sa lokazyion, mon pou dir zot osi detrwa mo an /creol akoz mon konvenki ki tou nou bann kouzen ek zanmi /creolofonn i konpran sa ki mon pe dir. Mon ere sak fwa ki nou zwen ansamn pour reflesir 10 lansennyman lalang franse ki kouzin avek nou lalang /creol. Pa kwar ki mon pe met dekote bann dimoun isi ki pa koz /creol, akoz zot osi zot fanmir ek nou par zot koneksyon ek lalang franse, sa lalang ki ini nou tou.». Cette réunion rassemblant des éducateurs de la région: lIe Maurice, Comores, Djibouti, La Réunion, Seychelles, et d'autres qui viennent de plus loin, Haiti, ainsi que les experts internationaux, revêt donc à nos yeux un intérêt particulier. Dans la mesure où il s'agit d'une toute première rencontre de ce genre, je suis très heureuse et fière que l'OIF ait choisi les Seychelles, d'autant que le français, l'une de nos langues nationales, est enseigné, dès le premier jour à l'école des tout petits. Comme nous le savons, la prise en compte de la diversité culturelle dans l'enseignement, est très souvent évoquée, aussi bien dans les réunions des instances de la Francophonie, que dans les organismes internationaux. En effet, depuis 1997, à l'article dix de la Charte de la Francophonie, l'AIF a eu le mandat de «contribuer au développement de la langue française et à la promotion des langues et cultures partenaires ». Dans le mémorandum de la conférence de la CONFEMEN, tenue à Maurice, en octobre 2004, les ministres et chefs de délégation ont exprimé clairement «leur volonté de voir se mettre en place une vraie articulation entre langues et cultures». Ils ont affirmé la 12

nécessité de privilégier la diversité linguistique et culturelle au sein des systèmes éducatifs, qui ont tout à gagner d'un point de vue linguistique, pédagogique et didactique, à élaborer des stratégies éducatives incluant le bilinguisme ou multilinguisme fonctionnel ». Comment mieux tenir compte de cette diversité linguistique et culturelle, qu'en bâtissant son enseignement, sur les forces de la parenté entre les langues en présence. La langue française est le vecteur de communication qui nous unit dans l'espace francophone. Nous savons tous que de nombreuses études tendent à démontrer que l'éducation bilingue favorise l'apprentissage du français, à condition que les méthodes pédagogiques soient bien adaptées à cette réalité du français langue seconde, ou même langue tierce, et que les enseignants soient formés à leur utilisation. Pour ce faire, le premier contact des jeunes élèves avec la langue française et leur langue maternelle, constitue un pas essentiel dans la réussite d'un apprentissage solide. Au cours des travaux qui suivront, vous allez donc vous pencher précisément sur l'enseignement de la langue française en milieu créolophone. Ensemble, vous allez réfléchir sur la mise en place d'une approche qui tienne compte de la parenté des deux langues, en mettant en valeur les avantages de cette proximité. De telles approches didactiques ne peuvent qu'avoir des retombées positives sur le développement global de l'enfant. Ensemble, vous allez trouver des solutions qui permettront un apprentissage plus efficace du français. Ce qui vous est donc demandé, à vous spécialistes de français, enseignants, chercheurs, décideurs, pédagogues: agents actifs dans l'éducation de nos enfants, que je 13

remercie infiniment d'avoir répondu à l'invitation de l'OIF, est d'éclairer grâce à votre compétence et votre connaissance de la réalité du terrain, cette réflexion sur l'enseignement précoce du français dans vos pays respectifs. Analysez ensemble toutes les propositions, qui vous sembleront propres à éclairer la politique de coopération, entre nos pays, afin que nos actions aient un effet démultiplicateur. Je forme le vœu que les débats de votre conférence soient productifs en vue de renforcer l'enseignement du français, en partenariat avec les langues nationales, dans nos systèmes éducatifs, pour une éducation de qualité. Je souhaite à toutes et à tous bon courage. Vous êtes ici chez vous. Que votre séjour parmi nous, puisse être à la fois fructueux et agréable. Mesdames et Messieurs, j'ai le plaisir de déclarer ouvert le séminaire sur les approches bilingues: français et langue(s) nationale(s) dans l'éducation de base. Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre aimable attention.

14

Allocution de Monsieur Ramsamy Rumajogee, représentant de l'Organisation Internationale de la Francophonie

Madame le Ministre délégué, Monsieur l'Ambassadeur de France, Madame la Correspondante nationale de l'Organisation Internationale de la Francophonie, Madame la Correspondante nationale de la CONFEMEN, Mesdames et Messieurs les experts, Invités distingués, Mesdames et Messieurs Au nom de la Direction de l'Education et de la Formation, je voudrais ici remercier très sincèrement Son Excellence Monsieur Bernard Shamlaye, Ministre de l'éducation et la jeunesse, pour avoir accepté d'accueillir aux Seychelles, ce séminaire de réflexion et de programmation sur l'utilisation et l'enseignement du français en milieu créolophone. Je voudrais aussi remercier Son Excellence Madame Mac Suzy Mondon, Ministre délégué, qui, en son absence, a bien voulu accepter d'ouvrir les travaux. Mes remerciements vont également à toute l'équipe du Ministère de l'éducation pour la qualité remarquable de l'accueil qui nous a été réservé. J'aimerais saluer tout particulièrement l'efficacité et la diligence de Madame Marie-Reine Confait qui a coordonné les préparatifs de ce séminaire.

15

Monsieur Clément Duhaime, Administrateur de l'Organisation Internationale de la Francophonie, se félicite de l'excellente collaboration entre l'OIF et le Ministère de l'éducation des Seychelles. En organisant ce séminaire dans un pays pionnier où les initiatives politiques, pédagogiques et didactiques dans le domaine de l'utilisation du créole dans l'enseignement ont été parmi les plus remarquables, l'OIF n'avait pas d'autres ambitions que de tirer des enseignements de nos expériences respectives, pour mieux avancer sur la question des langues et des systèmes éducatifs. Nous sommes tous conscients qu'après plus de cinquante ans de réflexion sur les politiques linguistiques et éducatives, qu'après plus de trente ans de travaux d'aménagement des langues au sein de la Francophonie, qu'après tant d'années d'expérimentation de l'enseignement bilingue, sans perspectives effectives d'extension et de généralisation, le temps n'est plus à la réflexion car il y a urgence. Pour ne citer que le rapport le plus récent de l'UNESCO sur le suivi de l'éducation pour tous, le taux d'échec, d'abandon et d'analphabétisme en Afrique subsaharienne francophone demeure parmi les plus élevés de la planète. Dans les Etats pour lesquels les données sont disponibles, le taux de survie en Se année du primaire dépasse à peine 38%. Dans la plupart de ces pays, le nombre d'élèves ayant atteint un niveau minimum de maîtrise du français reste au-dessous de 30%, d'où notre préoccupation au sujet de la qualité de l'éducation dans nos pays-membres et tout particulièrement pour ce qui touche à la langue d'enseignement.

16

Que faire? Ce séminaire, qui se veut non seulement de réflexion, mais aussi de programmation, comporte un objectif pratique. Il vise à permettre de produire, pour la première fois, un guide pour enseignants sur la transition langue première-langue seconde, transition qui ne peut faire abstraction des acquis préalables, linguistiques et cognitifs, des élèves. Nous comptons sur votre expertise, votre expérience et votre engagement pour réaliser cette ambition et mener à son terme les projets issus de ce séminaire. Lors de vos travaux, vous serez appelés à aborder toutes les composantes de ce qui pourrait être nommé une didactique convergente du français et du créole, même si cette démarche vous conduit à une forme de redéfinition de ce terme. de «convergence ». Une telle approche implique aussi bien la définition des stratégies de passage de l'oral à l'écrit que la conception d'outils pédagogiques et de modes d'appui audiovisuel au« bain de langue ». Le travail que nous entamons aux Seychelles, sur une didactique du français adaptée aux situations de créolophonie dans l'océan Indien, est un travail exploratoire et précurseur dans le domaine de l'enseignement bilingue. Il s'étendra sans doute aisément aux Caraïbes. On peut espérer aussi que certains de ses principes fondamentaux pourront être utiles dans d'autres contextes linguistiques de l'Afrique subsaharienne.

17

L'exercice qui vous attend est certes difficile, mais je peux vous assurer qu'à l'OIF, nous serons très attentifs aux débats qui seront les vôtres ici, comme aux propositions concrètes qui seront formulées au terme de ce séminaire. Je souhaite plein succès à vos travaux.

18

DEROULEMENT

DU SEMINAIRE

L'Organisation internationale de la Francophonie, dans le cadre de son projet «Améliorer la prise en compte de la diversité linguistique dans les systèmes éducatifs» a organisé aux Seychelles, du Il au 15 décembre 2006, un séminaire de réflexion et de programmation sur la diffusion du français langue seconde. Le programme de cette manifestation s'est déroulé alnsl. Lundi Il décembre 2006 Arrivée et accueil des participants à l'Hôtel « Coco d'Or» où ont eu lieu les travaux. Remise d'ouvrages et de documents de travail (R. Chaudenson, Education et langues: français, créoles, langues africaines, l'Harmattan, 2006 ; Etudes créoles (D. Fattier), 2006, n° 1 et 2). Lundi Il décembre 2006 14 heures 30 Cérémonie d'ouverture officielle Allocution de Madame Jeannette d'Offay (Ministère des affaires étrangères), correspondante nationale de l'OIF aux Seychelles. Allocution de Madame Macsuzy Mondon, Ministre de la santé, représentant Monsieur le Ministre de l'Education, en mission à l'étranger. Allocution de Monsieur Ramsamy Rumajogee, représentant de l'OIF. 19

Intervention de R. Chaudenson pour présenter la problématique et les finalités du séminaire. Au cours de cette séance d'ouverture a été remis à Madame le Ministre le premier exemplaire du livre de Pascale Canova, La littérature seychelloise: production, promotion, diffusion, paru le 8 décembre 2006 aux éditions de l'Harmattan dans la collection « Langues et développement» et publié avec le soutien de l'Organisation Internationale de la Francophonie. 120 exemplaires de cet ouvrage ont été donnés au Ministère seychellois de l'éducation afin d'être remis aux écrivains qui ont contribué à la préparation de cet ouvrage ainsi qu'aux établissements scolaires et aux bibliothèques des Seychelles. La séance d'ouverture s'est tenue en présence de Monsieur l'Ambassadeur de France et de Monsieur Christophe, Premier Conseiller. Etait également présent Monsieur Fréville, Directeur de l'Alliance Française de Mahé. Cette séance d'ouverture a été couverte tant par la télévision nationale des Seychelles (SBC) que par la presse locale (cf. revue de presse ci-dessous). 15 heures Pause café 15 heures 30 Ouverture des travaux. Participants: EI-Aziz Ben Ahmed (Comores) ; Abdourahmane Houssein (Djibouti); Jimmy Harmon et Rada Tirvassen (Maurice); Lambert-Félix Prudent (la Réunion); Magally Constant et Darline Cothière (Haïti) ; Mathilde Rakotozafy-Deverchin (Madagascar); Bendit Benoît Ouoba (expert, Burkina Faso); R. Chaudenson 20

(expert, France); Dominique Fattier (expert, France); Ramsamy Rumajogee (OIF) ; Marie-Reine Hoarau (Seychelles); Abdou Marinette (Seychelles); André Geneviève (Seychelles); Perreau Joëlle (Seychelles); Gédéon Eva (Seychelles) ; Nourrice Marie Flora (Seychelles) ; Delcy Merida (Seychelles). Plusieurs formatrices ou enseignantes seychelloises ont par ailleurs assisté à l'ensemble des travaux du séminaire. Des attestations de participation ont été remises à la fin du séminaire. Présentation générale des travaux prévus dans le séminaire (Robert Chaudenson). Exposé suivi d'une discussion. Tour de table: Diversité linguistique et systèmes éducatifs. Définition et approbation de l'ordre du jour. Mardi 12 décembre 2006 9 heures - 17 heures La journée a été consacrée à la présentation et à l'analyse des situations nationales, chaque participant disposant de vingt minutes pour présenter sa situation nationale. Les Seychelles ont fait ultérieurement l'objet d'une présentation spéciale plus longue, sur une demijournée. Les présentations se sont déroulées dans l'ordre suivant: Comores (EI-Aziz Ben Ahmed); Djibouti (A. Hossein); Maurice (Jimmy Harmon); Maurice (Rada Tirvassen), Réunion et Antilles (L.F. Prudent) ; Haïti (M. Constant, D. 21

Cothière) ; Madagascar (M. Rakotozafy-Deverchin) ; Burkina Faso (B. Ouoba). Chaque intervention a été suivie d'une discussion; les intervenants sont invités à prendre en compte, dans la version définitive de leur intervention, les questions qui ont été posées comme les réponses qu'ils y ont apportées. L'ensemble de ces communications figure dans le présent volume. Débats: les tendances lourdes des évolutions; les évolutions majeures depuis les années 50; éléments de stratégies; la pédagogie convergente, la typologie des actions en fonction des situations linguistiques comme de la structure des systèmes éducatifs (le français peut ainsi - par exemple - être soit médium partiel à partir de la troisième ou quatrième année, soit médium unique et total dès le début de la scolarisation, soit langue seconde comme simple matière d'étude). L'organisation de l'enseignement du français; les stratégies didactiques; les outils; les évaluations sommatives et/ou formatives. Pédagogie et didactique convergentes (R. Chaudenson) Les cas des aires créolophones. Didactiques des langues européennes apparentées aux langues créoles. Linguistique contrastive et didactique convergente (D. Fattier). Etude d'un exemple concret: les Petits lascars aux Seychelles. Mérites et inconvénients. Mercredi 13 décembre 2006 9 heures-I2 heures 30 Visite des classes de l'école maternelle de Beau Vallon en présence des enseignantes de cette école. Discussion avec les enseignantes. 22

Présentation et discussion avec des enseignants locaux des premiers éléments de propositions en matière de contenus pédagogiques, de formation des maîtres et d'élaboration d'outils pédagogiques (apprentissage oral précoce et premier livre de français pour le début de la lecture et de l'écriture). Déj euner 14 heures-l 7 heures La stratégie didactique. Principes d'élaboration des outils pour les débuts de l'enseignement du français; perspectives de conception et de lancement d'une expérience-pilote seychelloise en la matière. Information et formation; vers un site-portail sur le domaine. Le prétendu « bain de langue» ; une solution: vers un système audiovisuel universel? 19 heures. Réception et soirée culturelle offertes par le Ministère de l'éducation à l'Hôtel Coco d'or. Jeudi 14 décembre 2006 9 heures-12 heures 30 Relevé de conclusions en vue du rapport final. La stratégie globale de la didactique du français en milieu créolophone; les analogies ou différences avec les autres cas. Incidences de ces choix en matière de formation des maîtres et d'information du public (parents d'élèves) ; en matière de programmation pédagogique; 23

en matière adaptés. Déjeuner 14 heures-l 7 heures

de création

d'outils

pédagogiques

Présentation de la situation des Seychelles par la délégation seychelloise, avec la participation d'une dizaine d'enseignantes directement concernées par l'enseignement précoce et initial du français; discussion sur les premiers éléments de stratégie (didactique convergente) et de contenu. Questions et débat. Programmation et planification du projet retenu: 1. Mise au point d'un guide général exposant la problématique d'ensemble et esquissant des solutions en fonction de la typologie des situations nationales; 2. Préparation d'un premier livre de français pour les Seychelles dans la perspective d'une didactique du français fondée sur une approche contrastive et convergente avec le créole national (Pl et P2); 3. Préparation d'un livre du maître pour le livre de Pl et P2 seychellois. Première phase. Année 2007: Elaboration des outils; réalisation locale des éléments 2 et 3 du projet. Seconde phase. Année 2008. Expérimentation avec groupes-témoins; bilan. Fin 2008. Réunion de bilan.

24