Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Frontière barbare

De
431 pages
En tant qu’exovétérinaire, David Sarella parcourt l’univers de monde en monde, pour le compte de l’Organisation des planètes unies. Sa mission : pacifier et réhabiliter les exomorphes belliqueux, une fois les conflits terminés. Il est aidé par sa femme, Ula, qui possède
elle-même des gènes extraterrestres. Leur nouvelle mission les entraîne sur la planète Mémoriana, où un cessez-le-feu semble sur le point d’être négocié. Sur place, toutefois, les exomorphes ne s’en laissent pas conter et la situation s’avère plus dangereuse que prévu.
Pour son grand retour à la science-fiction, Serge Brussolo nous offre une aventure palpitante au cœur d’un monde inconnu, tout en continuant à explorer, avec l’imagination débordante qui lui est propre, les profondeurs de la psyché humaine.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

F O L I O
S C I E N C EF I C T I O N
Serge Brussolo
Frontière barbare
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2013.
Écrivain prolifique, adepte de labsurde et de la démesure, Serge Brussolo, né en 1951, a su simposer à partir des années 1980 comme lun des auteurs les plus originaux de la sciencefiction et du roman policier français. La puissance débridée de son imaginaire, les visions hallucinées quil met en scène lui ont acquis un large public et valu de figurer en tête de nombreux palmarès littéraires. Le Syndrome du scaphandrier, La Nuit du bombardierouBou levard des banquisestémoignent de lefficacité de son style et de sa propension à déformer la réalité pour en révéler les aberrations sous jacentes. Son nouveau roman,Frontière barbare, paraît directement en poche, dans la collection Folio SF.
1
David Sarella scrutait lherbe depuis dix minutes à la recherche dun indice qui aurait pu trahir la nature réelle de cette prairie si verte, si paisible.Il ne parvint quà mettre en fuite un lièvre qui, en trois bonds, se propulsa hors de portée de cet étranger dont émanaient des phéromones chargées dangoisse. « Pas la peine de vous user les yeux, doc, lâcha le sergent. Vous ne verrezrien. Vous nentendrez pas la moindre détonation, pas le plus petit cri dagonieTout ça est filtré, recyclé. Létanchéité est totale. Même les animaux nont pas conscience de ce qui se passe sous la terre. » David sébroua, honteux de sêtre conduit en tou riste. Certes, il nétait pas un débutant, il savait à peu près tout ce quil y avait à savoir sur les RUCA Restricted Underground Conflict Areas, autre ment dit les zones de conflit souterraines, mais il ne pouvait sinterdire déprouver la même stupeur mêlée démerveillement à chaque nouvelle visite. « Daccord, soupira le soldat. Respectons la procé dure. Je vais vous débiter le topo habituel comme my oblige le règlement. Je suis le sergent Bram Carmody,
9
matricule 10346789, de lUSMC, je serai votre guide et votre ange gardien durant la mission. Sous nos pieds sentassent les dix étages du plus grand bunker jamais construit. Voyez ça comme un immeuble enterré, un immeuble composé de salles gigantesques dont cha cune mesure cinq kilomètres de long, trois de large. Le plafond de chaque local culmine à trente mètres. Et à lintérieur de chacune de ces sallesSe déroule une guerre, compléta David. Exact. Une guerre conventionnelle, moderne, voire archaïque, selon la méthode choisie par les belli gérants. Les salles sont hermétiques et conçues pour résister aux explosions. Elles ne laissent filtrer aucune radiation, gaz toxique ou virus. Bref, on peut sy exterminer sans embêter ses voisins ! Comme vous dites, doc. Mais cest ce quon a imaginé de mieux pour empêcher que les guerres ne détruisent flore, faune et populations à la surface de la planète. Depuis laccord 37 de New Tokyo, tous les conflits doivent désormais se dérouler en champ clos, dans une enceinte sécurisée où saffrontent les cham pions des nations belligéra ntes. Quand deux factions ennemies veulent régler une querelle, se livrer à une quelconque épuration ethnique, elles louent un local à lintérieur de la RUCA, y descendent soldats, matériel, munitions, et sy enferment pour sentretuer sans pol luer la nature. De cette manière, on évite les cultures contaminées par la radioactivité, les champs truffés de mines antipersonnel, les villes en ruineLa surface de la planète reste intacte, préservée. Toutes les horreurs se déroulent dans le soussol, loin du regard des popu lations. »
10
David laissa une fois de plus son regard courir sur la plaine. Dans la trouée dun buisson, une biche lobser vait. Il retint un juron. La première fois quil était venu ici, il sétait préparé à découvrir une terre empoisonnée par les infiltrations toxiques suintant du soussol. De lherbe jaune, des ronces, des rats pelés zigzaguant au fond dinterminables crevasses. Un paysage de film dépouvante. Au lieu de quoi, il avait déambulé dans un décor champêtre sorti dun dessin animé aux cou leurs trop vives. Ny manquait quune BlancheNeige, des pinsons gazouillant perchés sur la tête ! Aujourdhui encore, il naimait pas le sourire gogue nard du sergent qui, à lévidence, prenait un malin plai sir à se payer sa fiole.
« Excusezmoi, doc, grogna Carmody, mais je nai pas très bien compris en quoi consistait votre spécia lité ? Vous êtes toubib ? chirurgien ? » David sefforça de dissimuler son agacement, sa las situde. Combien de fois lui poseraiton la même ques tion ? « Je suis exovétérinaire, fitil dun ton quil espérait aimable. Jétudie et je soigne ce quordinairement on appelle desmonstres. On fait appel à moi dès quil sagit de modérer les ardeurs de certains spécimens. Ou plus exactement quand on souhaite lesdomestiquer. Vous savez que depuis la loi 634 votée par lOrganisa tion des planètes unies on na plus le droit de supprimer les exomorphes sans quune commission denquête ait au préalable statué sur leur potentiel destructif ? Ouais, grogna le sergent. On nous la assez rabâché pendant nos classes. Même que ça nous a pas mal compliqué le boulot sur les mondes non affiliés à
11
lOPU, là où un bon lessivage naurait pas été de trop ! » David ne releva pas. Il ne se sentait nullement le cou rage dentamer une polémique aux arguments usés jus quà la corde. La plupart voyaient en lui un benêt, un apôtre confit en naïveté et qui naspirait quà enfourner sa tête dans la gueule du lion. En réalité, il navait pas droit au titre de « docteur » dont on laffublait systémati quement. Aux yeux des mandarins de la faculté, il nétait quun rebouteux, un tripatouilleur de drogues, un chi miste fumeux et suspect qui sefforçait de transformer en moutons des tueurs pathologiques. Les exovétérinaires nétaient appréciés ni de la populace ni des intellectuels. La profession restait menacée, il aurait suffi dun décret pour linterdire. Chaque fois quun exomorphe « réha bilité » oubliait de prendr e ses médicaments, pétait les plombs et massacrait la clientèle dun supermarché, la controverse refaisait surface dans les médias et les réseaux sociaux. Les exovétérinaires étaient montrés du doigt, accusés de complicité criminelle. David nignorait pas que ses propres enfants, Kevin et July, quatorze et douze ans, avaient honte de lui. Quand on leur demandait la profession de leur père, ils répondaient « dentiste ». Son épouse, Ula, infirmière dans la même branche, était la seule à le soutenir, sans toutefois nourrir dillusions quant à leur valeur profes sionnelle. De temps à autre, après lamour, lorsquils reposaient peau contre peau sur le lit humide, elle allu mait une cigarette euphorisante et soupirait : « Faut dire la vérité. On est des ratés, toi et moi. On a pris cette orientation parce quon nétait pas assez doués pour faire de la médecine de combat. La chirur gie de champ de bataille, ça, cest la voie royale ! Savoir
12