Funambules

De
Publié par

Des villes reliées par des lignes qui ne sont plus transatlantiques, où des destins se dressent au milieu des décombres, quand hier hantait déjà demain, comme un fil tendu entre deux tours.

À Cherbourg ou à New York, le temps se consume, entraînant à sa suite des vies qui le traversent et des bâtiments qui s’effondrent ou que l’on déserte.

Ces deux nouvelles dessinent des parcours fragiles empruntés par des voyageurs immobiles.


Publié le : vendredi 30 janvier 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332857460
Nombre de pages : 46
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-85744-6

 

© Edilivre, 2015

Perdre les eaux

« Il avait cet air las et épuisé des navires qui s’en reviennent du bout du monde, et non sans cause, car dans son court voyage il avait été très loin, jusqu’à entrevoir même les côtes de l’Au-delà, de ce grand inconnu d’où jamais navire ne revint pour rendre à la poussière du continent les marins de son équipage. »

Joseph Conrad – Typhon

 

Seules les bombes, la pluie et les mouettes tombent du ciel ici…

Il a 26 ans. Il est caporal de la quatrième division d’infanterie américaine. Il a débarqué à Utah Beach le 6 juin 1944. Il porte un uniforme propre et a pris sa première douche hier depuis plus d’un mois qu’il est sur le sol français. Il vient de naître. Le premier conflit mondial s’achève. Il est nu comme un ver dans les bras de son oncle à la synagogue. Son père est en France, quelque part, déjà. Il a 51 ans. Il se marie pour la deuxième fois. Il n’y croit pas. Il a 85 ans. Eté 2013. Il va mourir seul en France dans ce pays qui ne l’a jamais quitté. Entre Juno et Utah Beach, par un été brûlant, comme si l’enfer ouvrait déjà sa gueule. Il a 22 ans. Il se prend pour Scott Fitzgerald, un sergent-major traque le moindre faux pli sur son uniforme sur mesure. Il a 50 ans. Son père vient de mourir. Il est trop vieux pour faire la révolution. Il ne sait pas quoi écrire, ni slogan ni condoléances. Il cherche de l’essence pour aller dans sa maison de Normandie. Il a 44 ans il divorce. Il écrit à ses parents qu’il ne viendra pas cet été à New-York. Il a 11 ans. Il patine dans la rue. Des souvenirs d’enfants, un bonnet rouge cerise et tout le reste blanc. Demain son père va perdre son travail. Ils retourneront vivre chez ses grands-parents. Il a 29 ans. Il se marie pour la première fois. Des affaires qui ne seront jamais les siennes. Il a 24 ans, c’est le 18 janvier. Il embarque pour l’Angleterre. Il est sûr qu’il va mourir. Il a 7 ans. Il porte un horrible costume marron qui le gratte. Il embrasse enfin sa cousine Clara. Il a 48 ans. Il divorce pour la deuxième fois et écrit son premier roman. Ses deux ex-épouses sont furieuses. Il a 35 ans. Sa fille vient de naître. Elle restera la femme de sa vie. Il a 63 ans. Une autre révolution en France il paraît, 1981. Il ne comprend pas les révolutions, les français et les femmes non plus d’ailleurs. Il a 4 ans. Il se casse la jambe en patinant sur la mare gelée devant la maison. Premier souvenir d’enfance. Un des seuls. Il a 73 ans. Il est à l’Hôpital de...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant