Garcilaso Shakespeare Cervantès

De
Publié par

Cervantès, Shakespeare, et le moins connu, Garcilaso de Véga, sont morts de façon quasi simultanée le 23 avril 1616, ignorants qu'ils resteraient à jamais comme d'illustres représentants de leur pays et de leur siècle... Dans un récit fictif, reposant sur des faits documentés ou vraisemblables, les auteurs ont tenté de les faire cheminer de concert vers l'au-delà.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782336391861
Nombre de pages : 180
Prix de location à la page : 0,0105€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
— més péruvîen espagnol, mémorîalîste de la cîvîlîsaon Inca et de la conquête du Pérou — est peu connu du grand publîc. Ces troîs personnages sont morts de façon sîmultanée ou quasî sîmultanée le 23 avrîl 1616, îgnorant qu’îls resteraîent à jamaîs comme d’îllustres représentants de leur pays et de leur sîècle… Dans un récît icf, reposant sur des faîts documentés ou vraîsemblables, les auteurs ont tenté de les faîre chemîner de concert vers l’au-delà. Ils se sont eForcés de conserver la fraïcheur du récît de Garcîlaso retrouvant le monde însolîte et merveîlleux de son enfance, monde que le séîsme de l’Hîstoîre avaît déjà détruît. Shakespeare, dramaturge pour lequel le monde ener étaît une scène, ne pouvaît dans la mort qu’y retourner et éluder encore de répondre à la queson quî l’avaît taraudé de son vîvant : « Quî suîs-je ? ». En ce quî concerne Cervantès, les auteurs ont suîvî un il conducteur quî leur paraït rendre compte de l’ensemble de son oeuvre, au rîsque de passer pour un peu plus psychopathophobes que ne l’étaît Cervantès.
Ex-scIenîiques, sans formaîon scolasîque, et ont été amenées dans ce texte à déroger à leur nature profonde hosîle au mélange de genres lITéraIres.
Yvanne Cerisier et Madeleine Sebald
et Madeleine SebaldGarcilaso, Shakespeare, Cervantès
Sur le chemin de l’au-delà, une fiction
Garcilaso, Shakespeare, Cervantès
Garcilaso, Shakespeare, Cervantès
Yvanne Cerisier et Madeleine Sebald Garcilaso, Shakespeare, Cervantès Sur le chemin de l’au-delà, une fiction
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06734-6 EAN : 9782343067346
«/¶+LVWRLUH WRXW HQWLqUH pWDLW XQ SDOLPSVHVWH JUDWWp HW UppFULW DXVVL VRXYHQW TXH F¶pWDLW QpFHVVDLUH
>«@ 7RXW FH TXL VH SDVVH HVW GDQV O¶HVSULW 4XRL TX¶LO DUULYH GDQV O¶HVSULW DUULYH UpHOOHPHQW >«@ /¶HVSULW GRLW HQWRXUHU G¶XQ PXU VDQV LVVXH WRXWH SHQVpe dangereuse ».
Éric Blair (dit George Orwell) (1903-1950) :1984
Nous remercions Emmanuel Cerisier pour O¶LOOXVWUDWLRQ GH FRXYHUWXUH.
INTRODUCTION
 Parfois disparaissent en même temps les victimes des colères de la terre (tremblements de terre, éruptions YROFDQLTXHV WVXQDPLV« RX FHOOHV GHV YLROHQFHV KXPDLQHV (guerres, attentats, terrorisme) ; ou encore celles des PDODGLHV LQIHFWLHXVHV YDULROH SHVWH FKROpUD pEROD« TXL RQW IDLW RX IRQW HQFRUH GHV UDYDJHV HQ O¶DEVHQFH G¶XQ DUVHQDO thérapeutique efficace ou disponible. Ces morts résultent de situations périlleuses auxquelles les humains sont exposés, le plus souvent involontairement : iO V¶DJLW GH PRUWV WRXFKDQW VLPXOWDQpPHQW XQ JURXSH G¶LQGLYLGXV YRLUH PrPH une fraction plus ou moins importante de la population.
$ O¶LQYHUVH, des individus disparaissent parfois le même MRXU GH OD PrPH DQQpH G¶XQH PRUW GLWH ©naturelle » après avoir vécu dans des espaces géographiques, linguistiques, ou culturels voisins ouGLIIpUHQWV &¶HVW DORUV TXH O¶RQ SHXW parler de morts simultanées au sens strict. De telles simultanéités sont-elles de simples coïncidences relevant du hasard ? Sont-HOOHV O¶DSSOLFDWLRQ G¶XQ GHVWLQ SUppWDEOL?
 Les fées qui, selon les dictons populaires, les légendes, viennent pencher leur front sur les nouveau-nés sont PXHWWHV VXU OD ILQ GH YLH WHUUHVWUH RX O¶DSUqV-vie de leurs SURWpJpV (OOHV Q¶RQW YRFDWLRQ TXH GH YHLOOHU VXU O¶HQIDQW TXL
7
leur est confié afin de lui garantir une destinée heureuse. MaisOHXU SRXYRLU SUpGLFWLI V¶DUUrWH Oj
 Nombreux sont ceux qui tentent de trouver des similitudes de destin entre personnes et célébrités±contemporaines ou non±qui ont un même jour anniversaire de naissance. Ce rapprochement, dont se sont emparés les DGHSWHV G¶XQ GpWHUPLQLVPH DVWUDO GH O¶H[LVWHQFH Q¶D SDV G¶pTXLYDOHQW GDQV OH FDV GHV GDWHV DQQLYHUVDLUHV GH GpFqV; pas même dans le cas de morts simultanées de personnages, TXH O¶RQ SRXUUDLW TXDOLILHU GH ©jumeaux dans la mort ». (W SRXUWDQW TXL Q¶a pas été surpris un jour, au hasard de VHV OHFWXUHV G¶DSSUHQGUH TX¶XQ WHO HW XQ WHO VRQW PRUWV OH même jour, de façon quasi-simultanée et ce, que de leur YLYDQW LOV VH VRLHQW FRQQXV RX QRQ TX¶LOV DLHQW pWp DPLV concurrents, diaboliquement amis ou ennemLV 4XH O¶RQ FURLW DX FLHO RX TXH O¶RQ Q¶\ FURLW SDV ±et les auteurs de ce WH[WH VH UDQJHQW GDQV O¶XQH HW O¶DXWUH FDWpJRULH ± on peut SDUIRLV VH SUHQGUH j UrYHU TX¶XQH PRUW WHUUHVWUH VLPXOWDQpH SHXW SHUPHWWUH j GH WHOV FRPSDJQRQV G¶LQIRUWXQH GH IDLUH ensePEOH XQ ERXW GH FKHPLQ YHUV O¶DX-delà.  On peut imaginer qu¶DORUVne se voient même certains SDV WRXW j OHXU WHUUHXU G¶rWUH SUpFLSLWpV GDQV OH 7DUWDUH; que G¶DXWUHV VH FURLVHQW PDLV V¶LJQRUHQW VXSHUEHPHQW ; que G¶DXWUHV HQ SURILWHQW SRXU UpJOHU TXHOTXHdifférent ; vieux TXH G¶DXWUHV enfin sont heureux de se connaître et de GLDORJXHU DORUV TX¶LOV Q¶HQ DYDLHQW SDV HX O¶RSSRUWXQLWp GXUDQW OHXU YLH WHUUHVWUH YRLUH PrPH TX¶LOV DYDLHQW LJQRUp O¶H[LVWHQFH GH O¶DXWUH ,O Q¶HVW MDPDLV WURS WDUG SRXU GRQQHU raison à Voltaire qui, le 30 juin 1760, a écrit : «Les beaux esprits se rencontrent».
8
 Nous avons établi un répertoire± certes limité±G¶KRPPHV RX GH IHPPHV FpOqEUHVles morts furent dont simultanées ; il a été pour nous source de surprise ou G¶DPXVHPHQW SDU H[HPSOH ORUVTXH O¶RQa découvert que deux hommes politiques moururent de façon simultanée plus de 20 ans après avoir été rivaux dans la course à une fonction dite suprême ! Mais le plus célèbre cas de morts simultanées ou quasi-simultanées est à notre connaissance FHOOH GH &HUYDQWqV G¶,QFD *DUFLODVR GH OD 9pJD HW GH William Shakespeare. Cet évènement improbable a quelque chose de fascinant. Car il était tout aussi improbable que la e quasi-rencontre en plein ciel au XX siècle de deux avions dans lesquels voyageaient un président des USA et un pape !
 Nous présentons au lecteur une rencontre fantasmée sur OH FKHPLQ GH O¶DX-delà de ces trois personnages. Une pGXFDWLRQ FKUpWLHQQH OHXU DYDLW LQFXOTXp O¶LGpH GH VXUYLH GH O¶kPH DSUqV OD PRUW HW FHOOHde résurrection à la fin des WHPSV ,OV Q¶DYDLHQW TX¶XQH YDJXH FRQQDLVVDQFH GHV LGpHV des textes très anciens tels que ceux duLivre des Morts tibétain* ou duLivre des Mortségyptien*, et ce, via des auteurs gréco-romains : Homère, Hérodote, Platon, Ovide«*Livre des Morts égyptien(littéralement : livre pour sortir au jour), Livre des Morts tibétain (littéralement OD JUDQGH OLEpUDWLRQ SDU O¶DXGLWLRQ SHQGDQW OH bardo). Dans leLivre des Morts tibétainest consignée la croyance bouddhiste tibétaineG¶Rrigine brahmanique desbardos (bar =; entre dodeux ; états transitoires, états incertains = survenant après la mort). Cette idée très ancienne ne fut formalisée dansO¶pFULW TXH e e tardivement au VIII siècle dans leBardo Thödol,accessible en Occident au XIX siècle VHXOHPHQW /LEUDLULH G¶$PpULTXH HW G¶2ULHQW - 0DLVRQQHXYH 3DULV   ,O H[LVWH G¶DXWUHV FRPPHQWDLUHV VXU FH OLYUH SDU H[HPSOH FHOXL GH 6RJ\DO 5Lnpoché (Le Livre tibétain de la vie et de la mort,Collection le livre de poche, Édition La Table ronde, Paris, 2003).
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.