Heures perdues / retrouvées par A. Danis, D. Cacan et F. Salomé

De
Publié par

Petitot (Lille). 1852. 24 p. ; in-12.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1852
Lecture(s) : 14
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

15 Centimes la Livraison.
(12 pace. de texte et couverture.)
HEURES PERDUES,
RETROUVÉES
PAR A. DANIS,
D. CACAN ET F. simiiI
-: -- ,;
y
Livraison.
i
LILLE,
PETITOT, LIBRAIRE-ÉDITEUR, RUE NEUVE, 57.
i852.
15 Centimes la Livraison.
(12 pages de texte et couverture.)
HEURES PERDUES,
~~ca'!.r:.<2.)'.î?'sBt~
PAR A. DANIS,
!D, HJKEfiH ÏT 3". § £ M)IffiL
Livraison.
a
e
0
LILLE,
PETITOT, LIBRAIRE-ÉDITEUR, JWE NKI VE, 57.
1852.
~ARD ET CHARLOTTE,
V' -~ y
ou
"'LES LONGUES AMOURS.
Air : Dis-moi pourquoi, gentille Annette.
PREMIEn COUPLET. (Charlotte.)
Dis.donc, Gaspard, faut qu'te t'esplique
L'lems s'passe et cha m'donn' la colique,
L'jour est i venu, ch'est i l'dernier,
Allons-nous bientôt nous marier?
Gn'ara d'main douze ans qu'te m'cageoles,
Si de ch'plaisi là te raffoles,
D'tous tes biaux propos,
Mi, je n' n'ai plein l'dos.
1. re Livraison.
- 2 -
REFRAIN. (Gaspard.)
Allez, allez, vous n'êt's qu'unr.' sotte,
$ans vous fâcher, restez Charlotte;
Un jour, un jour,
Vous arez d'I'hazard ;
Un jour, un jour,
Vous s'rez l'femm' de Gaspard.
DEUXIÈME COUPLET. (Charlotte.)
Tout cha, ch'est bon, mais je m'rappelle
Gn'a douze ans, te m'dijos mam'zelle :
Si vous m'voulez pour amoureux,
Nous s'mari'rons bien sûr à deux.
Mi, ch't'aimos déjà comme unn' biête,
Sans carculer l'av'nir dins m'tiête,
J'ai dit sus l'momint,
Via min cœur contint.
Allez, allez, etc.
TROISIÈME COUPLET. (Charlotte )
Un jour, à l'fos, te m'intortille,
Et j'vos que j'vas faire unn' vieill' fille;
— 5
J'ai du corache et des bons bras,
Nous n's'rim's jamais dins l'imbarras.
lnfin, garchon, v'là ch'qui m'chagrine,
J'ai peur de coiffer saint' Catherine.
Marions-nous, Gaspard,
L'tems s'passe, il est tard.
Allez, allez, etc.
QUATRIÈME COUPLET. (Charlotte.)
Pour qu'te m'réponde, i faut qu'je m'fache,
Attinds, capon, j'vas m'mette in rache;
U bien tiens, non, j'dos l'respecter.
Pour ête haït, faut l'mériter,
Te m'as toudis laiché tranquille,
(irâce à ti, j'ai resté brav' fille;
Mais, pourquoi vouloir
Fair' min désespoir?!
Allez, allez, etc.
GASPARD (impressionné.)
T'nez, v'ià l'fin mot, il est sincère,
Vous l's'avezbien, j'ai là m'bonn' mère,
Elle a b'soin d'mi, dins ses vieux jours,
Ainsi, berniqu' pour les amours.
— 4 —
Min d'voifch'est d'rester tout près d'elle,
Pus tard, si l'malheur veut, mam'zelle,
Quell' ferm' ses yeux,
Nous s'mettrons à deux.
REFRAIN.
Allez, allez, restez m'maîtresse,
Laichez m'soigner m'mèr' dins s'vieillesse ;
Un jour, un jour,
Pus timpe ou pus tard ;
Un jour, un jour,
Vous s'rez l'femm' de Gaspard.
CONCLUSION.
Un jour, enfin, ô peine amère l
Gaspard perdit sa pauvre mère ;
Il priait Dieu, tout sanglottant,
Charlotte arrive sur l'instant,
Et lui dit: si l'amour d'unn' femme,
Peut calmer les douleurs de t'n'âme ,
Tiens, j'm'offre d'bon cœur,
Pour faire tin bonheur. ! !
REFRAIN.
Cinq ans plus tard, la bonne fille,
Avait déjà grande famille ;
— 5 —
Riant, disant
Vettiez qu'j'ai d'l'hazard;
Dansant, criant
J'suis l'femm' de Gaspard.
A. DANIS.
L'ÉBAHISSEMENT D'UN CITOYEN.
(16 JanNier 1832.)
Air : Du Dieu des bonnes gens (Béranger).
PREMIER COUPLET.
Pour mi canter, j'cach' dins min répertoire,
Etjustemint j'trouv' des sujets nouviaux.
Hier incore, au momint qu' j'allos boire
A m'n'ordinaire, unn' pinte au Quat'-Martiaux.
Comme j'passos tout près d'la Comédie,
Pour admirer l'abre d'la liberté ;
Je n'le vos pus !. v'la qu'aussitôt j'm'écrie,
Uch' qu'on l'l'a transporté. (Bis.)
DEUXIÈME COUPLET.
Mais je m'rapinse à l'abattoir de Lille,
Tous nos couronn's sont à ch'biau Panthéon.
- 7 -
L's'autorités craignott'nt que chTabre grille,
Et v'Ia pourquoi qu'on l'a cangé d'canton.
In vérité, dins l'été l'solei cauffe,
Et su chell' plache il arot bien brûlé.
A présumer qu'on l'l'a mis d'dins un coffe
Pour li passer l'été. (Bis.)
TROISIÈME COUPLET.
Tout in marchant, roulant tout çha dins m'tiête,
Busiant toudis, j'm'avos trompé d'quemin.
Incor unn' fos, bien pus surpris j'marrète,
Près d'Ia commun' veyant un fantassin.
Quoi par hasard d'not biell' Gard' nationale,
Tous les soldats arott't abandonné
Leu biell' carsern' ? j'vett'l'intré' principale,
J'vos que l'poste est cloé I I (Bis,)
QUATRIÈME COUPLET.
Veyant tout cha, j'avos mis m'main dins m'poche,
Et j'restos là, planté comme un colas;
Que j'ruminos, tout in chuchant min poche,
Mais pourquoi laiV m'imbarrasser d'tout cha ?
— 8 —
Je n'trouv' personn' pou m'donner des répliques,
Et je m'réponds : ch'l'abre là va servir
Bien sûr, à fair' des alleumett's chimiques ;
Là-d'sus j'min vas dormir. (Bis.)
D. CACAN.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.