Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,49 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Publications similaires

Les soirs après l'école

de editions-amalthee

Zone d'ombre

de editions-hurtubise

Vous aimerez aussi

Histoire deVivantLanon
PA RCS
LEPRINCE
DUMÊMEAUTEUR
Flammarion
CENTCHANTSAL'ADRESSEDESESFRÈRES
LESÉTATSDUDÉSERT(PrixMédicis1976)
LEROIDESFÉES
ChristianBourgois
Hachette
P.O.L
DEMFOLGTDEUTSCHERGESANGTOMBEAUDEHOLDERLIN
LESPLEURSOULEGRANDŒUVRED'ANDRÉABAJARSKY (LoindeDieul)(épuisé)
LATENTATIONDUTRAJETRIMBAUD(épuisé)
2O D ES
MORDECHAISCHAMZ(LoindeDieuII)
M EU R TR E
MarcCholodenko
Histoire deVivantLanon
roman
P.O.L 26,rueJacob,Paris6e
@P.O.Léditeur,1985 ISBN2-86744-046-7
J'avaisdix-septansetdemi.Jedormais.Jerêvais cecij'étaisdansunetourenflammes.Maisjen'avaisni peurnichaud.Jecomprenaispourquoi latourne flambaitpas,elleétaitfaiteenflammes,bâtiedefeu.Puis j'étaissortidelatour.Jenesaiscommentnipourquoicar jenelevoulaispas.Jemerendaismêmecomptequ'il fallaitquej'yretourneimmédiatement,carquelqu'uny étaitendangerparmafaute.Acemomentj'euschaudet peur.Maisquandjemedécidaiàbougerjenelepuspas. Enregardantautourdemoijecomprisquec'étaità caused'ungrandnombredepersonnesquiétaienten cercleetquimeregardaient.Plusprèsdemoi,mais encoreassezéloignée,unefemme,grande,tendaitlebras pourmemontrer.Alorsjevisquej'étaisnu.Lafemmese mitàrireetunegrandeflamme,droitecommeunjetde feu,s'échappademoioujustedevantmoijenevoyais quedurouge.Lafemmeritunesecondefois,encoreplus fort.Ceriremeréveillacariln'étaitpasseulementdansle
rêve.Ilcontinuaitdanslaréalité. Jerestaiimmobile,respirantàpeine,m'attendantà entendredesvoix,desmurmurespeut-êtreouaumoins desbruitsdepas.Maisiln'yavaitquelesilencedelamer etdelanuit.Cerirem'avaitsemblésiprochequ'àmon sensilnepouvaitvenirquedelaterrasse.Jeregardaima il montreétaittroisheures.Quiseraitpassésurla terrasse,auraitri,puisdisparu,àcetteheure?Biensûrce nepouvaitêtrenimamèrenilabonne,detoutefaçon j'auraisreconnuleurvoix.Jemedisquej'avaisété trompéparlaforcedemonrêveetquej'avaiscrume réveilleralorsquejedormaisencore,cequiarrive souvent,etjemetournaisurlecôtépourmerendormir. Alorslerirerecommença. Jemelevaid'unbond,j'écartailerideauetsortissur laterrasse.Jen'avaispaspenséquej'étaisnu.Jerentrai passerunpantalon.Jerestaipiedsnuspournepasfaire debruit.Jecommençaiàdescendrel'escalierquimenaità lamerleplusdoucementpossible.Moncœurbattaittrès fortetj'avaisdumalàcontrôlermarespiration.Jesavais pourtanttoutescesprécautionsinutilespuisqu'ilétait impossiblequejevoielafemmequiavaitrisansqu'elle mevoieaussi.Arrivéàlamoitiédel'escalier,envuedela crique,jemeredressai,je mislesmainsdansmespoches etcontinuaiàdescendreenregardantdroitdevantmoi, commesijemepromenais.Moncœurbattaitencoreplus fortetjen'osaispasregarderàdroite,verslacriquej'étaissûrqu'ellesetrouvait.J'attendaisqu'unbruitse produisequim'auraitdonnél'occasiondetournerlatête. Maisj'arrivaiàlaplagedanslesilenceleplustotal.Iln'y avaitpersonne. Maisilyavaitdelalumièresouslaportedelapetite