Hommage à Miguel Hernández

Publié par

Au printemps 2010, année consacrée au poète espagnol Miguel Hernández (1910-1942), la Fondation qui porte sonnom, et dont le siège se trouve à Orihuela, ville natale du poète, a contacté la direction du Centre d'Études Hispaniques d'Amiens(CEHA) / Centre d'Études des Relations et Contacts Littéraires et Linguistiques (CERCLL) et lui a exprimé son souhait de collaborer à l'hommage que l'Université avait prévu de rendre au poète. Cet événement a eu lieu en octobre 2011.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 7
Tags :
EAN13 : 9782336342252
Nombre de pages : 215
Prix de location à la page : 0,0120€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
HOMMAGE À MIGUEL HERNÁNDEZ (1910-1942)
HOMMAGE À MIGUEL HERNÁNDEZ (1910-1942)
Francisco ArocaetCarmen Vásquez (Coordination)
Avec la participation deJuan José Sánchez Balaguer (Director de la Fundación Cultural Miguel Hernández) -Claude Le Bigot(Université de Rennes 2) -Francisco Esteve Ramírez(Universidad Complutense de Madrid) -Carole Viñals(Université Charles de Gaulle-Lille III) -Aitor Larrabide Achútegui(Asesor de la Fundación Cultural Miguel Hernández) -Claudie Terrasson (Université Paris-Est-Marne-La-Vallée) -Bénédicte Mathios(Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand II) -Mercedes López-Baralt(Universidad de Puerto Rico) -Francisco Aroca(UPJV-CEHA/CERCLL)-Carmen Vásquez(UPJV-CEHA/CERCLL)
INDIGO
Publié avec le concours du Centre d’Études Hispaniques d’Amiens Direction : Carmen Vásquez Coordination : Rica Amran
Centre d’Études des Relations et des Contacts Linguistiques et Littéraires (CERCLL) Fundación Cultural Miguel Hernández (Orihuela)
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l’éditeur.
© INDIGO & Côté-femmes éditions 55 rue des Petites Écuries 75010 Paris http://www.indigo-cf.com er Dépôt légal, 1 trimestre 2012 ISBN 2-35260-084-7 EAN 9782352600848
CENTRE D’ETUDES HISPANIQUES D’AMIENS (CEHA/CERCLL) COLLECTION
Carmen Vásquez : Direction Rica Amran : Coordination
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS INTÉRIEURES
Rica Amran (UPJV-CEHA/CERCLL) Francisco Aroca Iniesta (UPJV-CEHA/CERCLL) Jean-Philippe Barnabé (UPJV-CEHA/CERCLL) Elisabeth Delrue (UPJV-CEHA/CERCLL) Bruce Kohler (UPJV-CEHA/CERCLL) Ernesto Mächler Tobar (UPJV-CEHA/CERCLL) Kevin Perromat (UPJV-CEHA/CERCLL) Philippe Reynès (UPJV-CEHA/CERCLL) Carmen Vásquez (UPJV-CEHA/CERCLL)
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS EXTÉRIEURES
José Luis Abellán (Ateneo de Madrid) Alfredo Alvar (CSIC, Madrid) Juan Arana (Universidad de Sevilla) Marita Caballero (Universidad de Sevilla) José Manuel Camacho (Universidad de Sevilla) Luisa Campuzano (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Pierre Civil (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) François Delprat (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Jean-Paul Duviols (Université de la Sorbonne/Paris IV) Arturo Echavarría Ferrari (Universidad de Puerto Rico) Paul Estrade (Université de Paris VIII) Milagros Ezquerro (Université de la Sorbonne/Paris IV) Claude Fell (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Eve-Marie Fell (Université de Tours) Luis Fernández Cifuentes (Harvard University) Juan Gelpí (Universidad de Puerto Rico) Roberto González Echevarría (Yale University) Gustavo Guerrero (Université de Cergy Pontoise) José Hinojosa Montalvo (Universidad de Alicante) Jacques Joset (Université de Liège) Conrad Kent (Ohio Wesleyan University) Luce López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Mercedes López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Pablo Montoya (Universidad de Antioquia, Medellín)
5
Fernando Moreno Turner (Université de Poitiers) Nancy Morejón (Casa de las Américas, La Habana) Michèle Ramond (Université de Paris VIII) Augustin Redondo (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Rubén Ríos Avila (Universidad de Puerto Rico) Julio Rodríguez Puértolas (Universidad Autónoma, Madrid) José Ignacio Ruiz Rodríguez (Universidad de Alcalá de Henares) Enrico Mario Santí (University of Kentucky) Yolanda Wood Pujols (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Iris Zavala (Universiteit Utrecht)
6
SOMMAIRE
Avant-propos : Carmen Vásquez .............................................................. 9 Préface : Francisco Aroca .......................................................................... 11
Juan José Sánchez Balaguer(Director de la Fundación Cultural Miguel Hernández) La prensa oriolana en tiempos de Miguel Hernández ......................... 14
Claude Le Bigot(Université de Rennes 2) La escena poética en la poesía de Miguel Hernández: desdePerito en lunashasta los poemas del ciclo de “Sino sangriento” ........................ 37
Francisco Esteve(Universidad Complutense de Madrid) Miguel Hernández, periodista en el frente ........................................... 50
Carole Viñals(Université Charles de Gaulle-Lille III) La poétique de l’émotion de Miguel Hernández : de la création d’un territoire commun à l’invention d’un “entre-deux ” ............................ 69
Aitor Larrabide Achútegui(Asesor de la Fundación cultural Miguel Hernández) La recepción de la obra de Miguel Hernández en Argentina durante 82 los años 40 y 50 ...................................................................................
Claudie Terrasson(Université Paris-Est-Marne-La-Vallée) Jeux et enjeux de la répétition dans la poésie de Miguel Hernández : 99 El rayo que no cesaetCancionero y romancero de ausencias...........
Bénédicte Mathios(Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand II) 114 Réflexions sur la poétique dans la poésie de Miguel Hernández.........
7
HOMMAGE À MIGUEL HERNÁNDEZ(1910-1942) Merce es López-Bara t(Universidad de Puerto Rico) La Medusa de hielo contra el toro de España : El duelo mítico deEl Rayo que no cesa................................................................................ 129
Francisco Aroca(UPJV-CEHA/CERCLL) Cárcel y vuelo en la voz hernandiana .................................................. 157
Carmen Vásquez(UPJV-CEHA/CERCLL) Miguel Hernández y Alejo Carpentier : historia de una voz .............. 188
ANNEXES ....................................................................................... 199
Collection du CEHA ........................................................................ 203
8
AVANT-PROPOS
Carmen VásQuez (Université de Picardie Jules Verne - CEHA/CERCLL)
Le Centre d’Études Hispaniques d’Amiens (CEHA), affilié au Centre des Relations et Contacts Littéraires et Linguistiques (CERCLL) de l’université de Picardie Jules Verne, à Amiens, a organisé un colloque sur la vie et l’eouvre du grand poète espagnol Miguel Hernández (1910-1942). Ce colloque a eu lieu le lundi 17 et le mardi 18 octobre 2011 à l’UFR de Langues et Cultures Etrangères. Comment et pourquoi ce colloque a eu lieu mérite ici une explication. En 2010, à l’occasion du centenaire de la naissance de Miguel Hernández, une délégation de la Fondation qui porte son nom, créée en 1994, et dont le siège est à Orihuela, Espagne, s’est déplacée à La Havane où a eu lieu un colloque en hommage au poète au Centre Culturel Pablo de la Torriente Brau. C’est à La Havane que les « Hernandianos » –comme on a l’habitude d’appeler les spécialistes de la poésie d’Hernández – ont appris que j’avais entre mes mains un enregistrement unique de la voix du grand poète. Je n’aborderai pas ce sujet ici puisque je l’ai traité dans la communication que j’ai lue au colloque, et qui est publiée dans ce volume. L’important est de savoir que les membres de la Fondation Miguel Hernández ont appris que j’avais une copie de l’enregistrement qu’Alejo Carpentier avait fait de la voix de Miguel Hernández dans les prestigieux Studios Foniric de Paris en 1937. Parallèlement, un groupe de professeurs de l’université de Puerto Rico (UPR) s’est déplacé à Orihuela où il a tenu un colloque en hommage à Miguel Hernández. Parmi les collègues portoricains se trouvait Mercedes López-Baralt, spécialiste, entre autres, du poète. Les membres de la Fondation lui ont demandé si elle me connaissait et si elle avait mon adresse. Or, Mercedes et moi avons été de très proches amies depuis notre enfance et adolescence. Nous avons également étudié ensemble au Departement d’Études Hispaniques de la UPR où nous avons découvert l’oeuvre magnifique et la vie courageuse du grand poète. Elle donna mon adresse aux membres de la Fondation.
9
HOMMAGE À MIGUEL HERNÁNDEZ(1910-1942) Un our, à Par s, ’a reçu un appe té ép on que e Juan José Sánc ez Balaguer, directeur de la Fondation. Il s’est présenté et m’a raconté le voyage à La Havane ainsi que celui des Portoricains à Orihuela. C’est alors qu’il m’a proposé d’organiser un colloque en hommage à Miguel Hernández dans le cadre du CEHA. Tout de suite, ma réponse a été positive. Nous avons confirmé nos échanges téléphoniques par courriers électroniques. C’est ainsi que, en tant que responsable de l’équipe, j’ai proposé aux membres du CEHA d’organiser le colloque Miguel Hernández. Le projet a été approuvé à l’unanimité. Inmédiatement, j’ai invité Francisco Aroca notre spécialiste de poésie espagnole moderne et contemporaine, à assurer la coordination du colloque avec moi, d’autant plus qu’il avait déjà des publications sur le poète. Nous nous sommes mis à l’oeuvre. Joyeuse coïncidence, car l’oeuvre de Miguel Hernández est incluse dans les programmes de l’Agrégation externe et interne en France. Cet événement nous a encouragé encore plus à organiser le colloque et à publier les actes dans la collection du CEHA, chez Indigo & Côté-femmes éditions, à Paris. En effet, il s’agit du vingt-huitième volume de notre prestigieuse collection, commencée en 2002. Par la suite, nous avons pris contact avec Juan José Sánchez Balaguer qui, au nom de la Fondation, a invité quelques spécialistes « hernandianos » d’Espagne. Puis, Francisco Aroca a contacté d’autres spécialistes français. Pour ma part, j’ai contacté Mercedes, qui a tout de suite accepté, comme elle l’avait fait dans des occasions précédentes, de participer à l’activité du CEHA. Malheuresement, elle n’a pas pu assister en personne pour cause de santé, mais elle a été présente avec nous tout au long du colloque. En invitant les spécialistes, nous n’avons pas voulu imposer des sujets précis, laissant toute liberté à nos collègues participants. D’où la grande variété des sujets abordés et analysés. Le colloque a fini avec la présentation de la voix de Miguel Hernández écoutée debout par les invités avec beaucoup d’émotion. En organisant ce colloque sur Miguel Hernández, nous avons voulu rendre hommage à l’un des plus importants poètes de la langue espagnole ainsi qu’à l’une des très courageuses victimes – une autre étant Federico García Lorca – du fascime espagnol et de la dictature franquiste. Nous remercions tous nos collègues « hernandianos » d’avoir été présents à Amiens et de nous procurer ces textes que nous publions dans ce volume.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.