//img.uscri.be/pth/b3b79956994071c73788680b1dba911d76a2a572
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Hors-piste en Roumanie

De
208 pages
De la Roumanie, on ne connaît au fond que le folklore et le mythe du vampire de Transylvanie. Ignoré, quand il n'est pas méprisé, ce pays, intégré dans l'Union européenne depuis 2007, fait l'objet de beaucoup d'a priori. Partant de ce constat, l'auteur, cinéaste de formation, a voulu s'en faire une idée neuve. De Bucarest, la capitale, à la campagne reculée, des forêts des Carpates aux plages qui bordent le Danube, l'auteur s'en est allé à la rencontre du hors-piste.
Voir plus Voir moins
s
s
G r é g o r y R A T E A U
HORSPISTEEN ROUMANIE R é c i t d u p r o m e n e u r Roman
Hors-piste en Roumanie
Grégory RATEAUHORS-PISTE ENROUMANIERécit du promeneurRoman L’Harmattan
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09359-8 EAN : 9782343093598
Il n’y avaiT rien que la nuiT, comme parTouT d’ailleurs, une nuiT énorme qui boufaiT la rouTe à deux pas de nous eT même qu’il n’en sorTaiT du noir qu’un peTiT bouT de rouTe grand comme la langue. ouîs-Ferdînand Céîne.Voyage au bouT de la nuiT.
Avant-propos de l’auteur
ï aît trîste et grîs, a umîère du caé agérîen d’en ace me aît cîgner de ’œî. Ce néon beu n’attend qu’une issure pour embraser a rue dans un îmmense eu d’artîice. Je suîs à Parîs, dans e quartîer un peu outoîr de Château rouge, un jour de puîe drue et de rebond gacé, dans un bureau quî, même écaîré, se couvre de nuages jusqu’au paond. Certaînes âmes à a sensîbîîté quî remonte sans itre des trîpes aux yeux pongent îttéraement avec e jour au cœur de a tourmente. es autres ne se aîssent qu’artîicîeement afecter par e temps, a puîe n’étant au ond qu’un sujet de paînte comme un autre. C’est dans ces moments d’entre-deux, qu’î ma donné d’entrevoîr une vérîté : ce que ’on ne peut mettre en bouche, avoîsîne souvent avec a vraîe dépres-sîon, cee qu’î est împossîbe d’îsoer dans un coîn de son corps ou d’aIcher sur des traîts expressîs, tendus comme des aces cownesques avec pour inaîté de se socîabîîser par mîmétîsme. Non, îcî on rumîne seu et en sîence ; même es armes sont întérîorîsées ; ees înondent es organes, ees ont lotter a merde quî remonte jusqu’à a surace sans trouver
7
d’îssue pour jaîîr. a noyade guette. C’est dans ce contexte que j’aî trouvé une aîe provîdentîee. e tééphone sonne ; ma îancée, Sarah, m’annonce a bonne nouvee. Un rîche mécène îbanaîs quî possède pusîeurs chanes de téévîsîon et de uxueux hôtes en Roumanîe nous învîte à-bas pour nous payer généreusement et nous commander des documentaîres en peîne nature. Je regarde par a enêtre, es rues n’ont pas changé d’un îota, toujours es mêmes égumes pourrîs quî surnagent comme des agues et, pourtant, j’aî une drôe d’împressîon. es corps rîpés sur esques a puîe vîent se coer sembent tous à présent se tourner vers moî. Je ne suîs pus încognîto ; îs savent, envîeux, que j’aî a ce pour me aîre a bee. J’essaye de reîner mon cœur quî s’embae au rythme épîeptîque du néon d’en ace, bîen décîdé à me panter à sans attendre es déaîs du préavîs ixé par ’entreprîse. Déjà, ’împosture de ce changement sî bruta auraît dû me mettre en garde sur a suîte, sur es retournements quî jaonnent înévîtabement une vîe en mouvement. Maîs à a vérîté, je croîs surtout que je n’aî rîen vouu comprendre ou devancer, juste me casser. Mes vaîses aîtes, mon père en armes à ’aéroport, j’étaîs dans e pétrîn jusqu’au cou, Sarah soîdement harponnée à mon bras. Je mets îmmédîatement en garde un ecteur éventue ; je ne me suîs pas contenté de tenîr un carnet de voyage sur a Roumanîe dans es pages quî vont suîvre sans se suîvre ou être reîées entre ees. Tour à tour cînéaste-documenta-rîste, voyageur, exîé, expatrîé, randonneur, chômeur, râeur, empoyé de bureau, je me débats comme je peux pour ne pas aîsser e temps efacer e bénéice des premîères perceptîons. e pîed posé sur a page du nouveau monde, on aîsse une
8
empreînte sacrée ; cees quî suîvent n’împrègnent pus e béton. Après, ’habîtude vîent outre son graîn de se quotî-dîen. a suîte de cette aventure apparat dîuée dans des textes dont a durée varîe en onctîon du rythme quî s’est împosé à moî de manîère quasî organîque. J’aî essayé de répondre à ’appe quî s’est aît des pus pressants, écrîre, me raccrocher à cette honnêteté de a page que ’on noîrcît pour se prouver que ’on exîste encore et que es choses autour de nous exîstent be est bîen. J’aîme es îvres, trouvant es heures où j’en suîs prîvé bîen trîstes et înutîes. J’en suîs arrîvé, au i de mes ectures, à a convîctîon qu’î n’exîste aucune ictîon. Je n’aî oî qu’en ce rée que ’on décroche d’un crochet du droît car on est, même sans e vouoîr, ’auteur quî raconte, se raconte. On ne peut pas être quequ’un d’autre. Même sî cette Roumanîe que je décrîs n’est pas cee de mon voîsîn de paîer, j’espère que par écho quequ’un se reconnatra dans ces împressîons, ces questîonnements, ces coups de gueue, paroîs tendres, paroîs pathétîques ou narcîssîques, î n’y a rîen de pus nî de moîns que a vîe et a poussîère que ’on remue sous nos pîeds. Sînon, ma tentatîve aura été vaîne et e chemîn de ce îvre un « hors-pîste » dont ’égarement aura été nu. J’aî néanmoîns a convîctîon qu’î n’y a rîen d’utîe dans e aît d’écrîre, on se doît ou non de e aîre ; aux ecteurs d’y trouver e sens quî, sans eux, manque înévîtabement à toutes es pages, même es pus umîneuses. GÉgOy RATEAÛ
9