Hygiène des épidémies, courtes instructions pratiques pour se préserver sûrement des maladies contagieuses : choléra, fièvre typhoïde, croup et angine couenneuse, variole, rougeole, scarlatine, par le Dr Jousset de Bellesme,...

De
Publié par

impr. de J. Claye (Paris). 1873. In-16, 11 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1873
Lecture(s) : 18
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

HYGIENE DES ÉPIDÉMIES
COURTES
INSTRUCTIONS PRATIQUES
roun SE pnÉSEiiVEn SÛREMENT
DES MALADIES
//<^k)NTAGIEUSES
A '' v "CHOLÉRA — FIÈVRE TYPHOÏDE
\'CRr6Ù>/ET ANGINE COUENNEUSE — VARIOLE
ROUGEOLE — SCARLATINE
1' A K
LE Dr JOUSSET DE BELLESIE
TrofeESCur d'Hygiène à l'École inuniciliale Tnrgot
PARIS
IMPRIMERIE DE J. CLAYE
IU1E SAINT-BENOIT
1873
HYGIÈNE
DES ÉPIDÉMIES
CHOLERA. — FIEVRE TYPHOÏDE
CROUP ET ANGINE COUENNEUSE. — VARIOLE.
ROUGEOLE. —SCARLATINE.
I --_ \\.\ . je J I. — CHOLÉRA.
Le^bMS^est une maladie caractérisée par une diar-
rhée très-abondante, des vomissements, des crampes,
du refroidissement et des selles contenant de petits
flocons albumineux semblables à des grains de riz cuit.
Le virus qui transmet la maladie réside dans les ma-
tières des déjections et des vomissements; il est trans-
porté par l'atmosphère, mais plus souvent encore par
les eaux prises en boisson.
1°. Hygiène générale des gens bien portants en temps
d'épidémie. — Le choléra est surtout à craindre pour
les personnes qui se livrent à des excès de tout genre.
La vie, en temps d'épidémie, doit donc être particuliè-
rement régulière. Sans rien changer à ses habitudes, on
2 HYGIÈNE DES ÉPIDÉMIES.
évitera tous les excès et surtout les excès de boisson,
l'abus des aliments lourds et indigestes, des fruits, des
liqueurs alcooliques, l'irrégularité des repas.
Éviter soigneusement toute cause de dérangement
de corps, et spécialement le refroidissement du ventre
ou des jambes. Porter dans ce but une ceinture de
flanelle et un pantalon suffisamment chaud.
On doit aussi bannir autant que possible les émotions
morales trop vives et en particulier la peur de la mala-
die, qui n'est redoutable que pour les personnes im-
prudentes ou qui ne suivent pas les règles de l'hygiène.
Rappelons aussi que les plus légères indispositions ne
doivent pas être négligées, surtout chez les enfants.
2° Précautions spéciales à prendre dans les habita-
tions.— Aérer soigneusement les pièces habitées. Entre-
tenir plus que jamais dans les maisons la propreté. Ne
laisser séjourner aucun débris de cuisine. Laver tous
les jours les pierres d'évier avec de l'eau contenant
deux grammes^ par litre; d'acide phénique cristallisé, et
tenir les trous d'évier constamment bouchés. Répandre
deux fois.au moins par semaine dans les latrines un litre
de cette même eau. Éviter de mettre le soir ses chaus-
sures sous son lit où même dans sa chambre à cou-
cher, car on est exposé à marcher sur des déjections
cholériques. Veiller particulièrement sur l'eau qui sert à
HYGIENE DES EPIDEMIES. 3
la boisson. Ce point est très-important, puisque c'est
très-souvent de cette manière que la maladie se pro-
page. Mettre dans les fontaines filtrantes destinées à la
boisson : 1 gramme d'acide phénique cristallisé pour
7 litres d'eau, et ne pas faire usage d'autre eau.
3° Conduite à tenir en cas de dérangement de corps.
— Si la diarrhée est intense et qu'il y ait un malaise
général, faire appeler le médecin.
Si c'est une simple diarrhée sans malaise, garder la
chambre, se tenir chaudement, prendre peu de nour-
riture et des aliments légers, boire un peu d'eau de
riz et prendre trois fois par jour, un peu avant le
repas, 50 centigrammes de sous-nitrate .de bismuth. Si
la diarrhée ne se modère pas au bout de vingt-quatre
heures, faire appeler le médecin. Mais dans tous les cas
avoir soin de répandre dans les latrines, ou dans les
vases dont s'est servi le malade, de l'eau contenant
2 grammes par litre d'acide phénique cristallisé.
à° S'il y a eu dans la maison qu'on habile un cas de
choléra. — La désinfection des fosses d'aisances est
absolument nécessaire. Elle se fait comme nous l'avons
dit avec de l'eau contenant 5 grammes d'acide phé-
nique par litre. On en répand au moins un litre par
jour. Déplus, il est bon de se servir pour sa toilette

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.