//img.uscri.be/pth/5eb4e27f204c3cd009660390fe13797cebc5e9fc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Inassouvies, nos vies

De
275 pages
Betty, la trentaine solitaire, passe son temps libre à observer les habitants de l'immeuble d'en face. Pas dans une intention de voyeurisme mais pour créer des liens. Son attention se focalise sur une vieille dame qui vit avec ses chats. A cause de son air joyeux, elle la baptise Félicité et se prend d'affection pour elle. Lorsque Félicité est envoyée dans une maison de retraite, Betty, bouleversée, remue ciel et terre pour la retrouver. Une véritable amitié est née.
Embrasser les joues ravinées d'une mamie, c'est tremper les lèvres dans un millésime de vie. Ça régénère ! Fatou Diomé
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Fatou Diome
Inassouvies, nos vies
Roman
Flammarion
Diome Fatou
Inassouvies, nos vies
ISBN numérique : 978-2-0812-4021-6
Le livre a été imprimé sous les références : ISBN : 978-2-0812-1353-1
Ouvrage composé et converti parNord Compo
Présentation de l’éditeur : Betty, la trentaine solitaire, passe son temps libre à observer les habitants de l’immeuble d’en face. Pas dans une intention de voyeurisme mais pour créer des liens. Son attention se focalise sur une vieille dame qui vit avec ses chats. A cause de son air joyeux, elle la baptise Félicité et se prend d’affection pour elle. Lorsque Félicité est envoyée dans une maison de retraite, Betty, bouleversée, remue ciel et terre pour la retrouver. Une véritable amitié est née. « Embrasser les joues ravinées d’une mamie, c’est tremper les lèvres dans un millésime de vie. Ça régénère ! » Fatou Diomé
DU MÊME AUTEUR
La Préférence nationale, recueil de nouvelles, Présence africaine, 2001. Le Ventre de l’Atlantique, roman, Anne Carrière, 2003 ; Le Livre de poche, 2005. Kétala, roman, Flammarion, 2006 ; J’ai lu, 2007.
À mes grands-parents, Parce que votre amour irrigue et fertilise mes déserts, Inassouvi, le livre qui ne dirait pas que je suis le fruit de votre jardin.
Ami, Depuis que le ciel d’Alsace te berce, Je ne cesse de lever les yeux. Inassouvie, la vie sans toi.