Ivoire(s)

De
Publié par

Comment parler adéquatement de son travail... Je souhaitais laisser cette rubrique en page blanche, sans doute parce qu'il y a trop de choses à écrire, expliciter.

Pour être bref et clair, cet opus est un texte hybride ou j'ai tenté d'entremêler des songes, réflexions, romances, choses autobiographiques, réminiscences variées, avec le souci d'un esthétisme poétique. Il n'a été conçu selon aucun plan prédéfini, la main se laissant guider par l'humeur des instants, au jour le jour.

Ce texte fait partie d'un vaste ensemble prenant forme au fur et à mesure des sensations, nouvelles lectures, idées, choses vues, etc.

Peut-être y trouverez vous un bouillonnement créatif qui saura répondre à vos attentes...


Publié le : mercredi 16 septembre 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332999634
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-99961-0

 

© Edilivre, 2015

Dédicace

 

 

A Alina Vlasova

Ivoire(s)

 

 

J. se réveilla péniblement, sa tête posée sur les paumes. Ils m’exploitent bien depuis deux semaines, deux mois, deux ans, se reposant pendant que les anonymes font les basses besognes, le sale boulot.

C’est une image classique, mais cadrant avec le sens de l’aventure de ta classe sociale, sa vision de l’effort. Mais comment pourrait-on se situer ?, puisque l’exemple donné par les nouvelles fratries polissonnes… Qu’on applique au pied de la lettre dans des mouvements de retrait et d’ouverture… A une échelle bien filandreuse, dégradant les maigres ressources afin de mieux les utiliser par la suite, à la moindre chance. Après avoir vu toutes ces diapositives dans un pavillon de la lointaine banlieue parisienne, les histoires de longues expéditions à travers les forêts serpentines, hagardes, -ou est-ce ce qui nous définit ?, bruissant avec tact et parcimonie, ce n’est plus un seul éveil mais des aurores-écrans surfant sur nos eaux internes avec une vitesse intéressante, titillant l’intimité, divaguent en paix sur ces courants vermillon.

Comme une infusion calme, caressante, façonnant à sa manière, autour du baryton officieux dont la voix coloriait les fenêtres. Le mobilier swinguait tout en demandant à la cheminée d’arrêter de tousser. Echapper aux dictateurs en herbe (certes talentueux) et recréer les ambitions de Summerhill pour que les plus démunis aient la possibilité de se reconstruire, poser leurs monocles sur un guéridon et revivre un par un les cauchemars des âges enfouis. A ce stade il se savait n’être qu’un spectateur parmi la masse, écoutant les prêches sur sa chaise roulante flashy qui détonnait d’avec les autres, eux pieds posés sur pierres revêches. Il serait malsain de dire qu’il n’attendait pas une revanche, puis une autre, et une autre. D’où des fumisteries macabres s’échafaudant dans la conscience. Il faut se troubler lors des points vitaux de développement ? Une haine enfantine d’abord étouffée puis… Le satyre aux bras d’étain, crachant des rivières lymphatiques ininterrompues, tourne autour de la scène des patries sans arches, ayant toujours loué nos patiences, lorsqu’il indiquait chaque martyr de traverse à approfondir et rendre palpable, chair aggravé.

Mais il ne faut donner crédit à ce qui obscurcit le champ d’action du nihilisme, déracinement volubile lèvres collées sur un des vitraux.

Ils nous ont enfermés dedans pour mieux passer à l’acte détruire une partie de cette pauvre population superstitieuse. Façon comme une autre de s’amuser,

Qui a dit que nous avions ici le clone de Gilbert le mauvais ?,

Puisqu’il y a de la perfidie créatrice dans leurs inepties. Et qu’on ne sait plus transmettre ce pour quoi nous jouissons.

Nous l’avons échappé de justesse, C’est tout à votre déshonneur, A nous belle vie dans les Limbes, et la solidarité forcée entre maisons décrépites et ces murs écaillées, ampoules roses, tableaux fendus en deux, mobiliers rongés par les mites und rideaux jaunis par la fumée des cigares tant hais, poussières éminentes, S’infiltrant dans les moindres recoins de votre intimité triomphante…, Sans lit ni chaise, puis débris d’une vaisselle inutile sur carrelage roux sang,

Le pont entre religion & communisme, bien qu’on ait de plus en plus de mal à supporter le voisinage.

On ne vous a jamais forcé à mettre la main à la pâte, Et vos fêtes semblent bien fades par rapport à ce qui se fait ailleurs, renseignez-vous. Elles laissent une vague impression d’être austères, craintives, crasseuses. C’est bien pour cela que les plus malins votent pour une cause hybride, se faufilant instar feux follets sur courbe dorée, entre minuit et dix heures du matin. Pour finir dans les bras d’une nymphomane, avec drogues classes, dans une des salles les plus reculés @ coulisses d’un after. Et c’est reparti qui n’a point rêvé d’une vie consacré à l’étude de la débauche, études interminables apportant chaque jour/soir leurs lots de fausses découvertes, leurs ébahissements mystérieux, épreuves psychologiques ignorées, jouant à cache-cache, pas encore assez diffuses pour s’appesantir sur une page moussaillon, temps plat, point de bizutage en vue. A part celui d’un ex-meilleur pote ‘voulant devenir votre pire cauchemar’. | (Viens me rejoindre, squelette malin et tendre se couchant sur les flancs des champs de sable, dans le cœur des satyres, criminels, violeurs, voleurs, écoute cette étincelle et fait de cette transcendance, de ce royaume du vice-mordillant des chênes en plastique, le brouillard des mauves fleurs, un lieu de fragmentation morale comme le réel devrait l’imposer.). Chef de file – proses incohérentes donc compositions roturières, orgueil induit par la reine des drogues. L’incident diplomatique est entériné. Il était plus petit que nous ne pensions. Mais plus aucuns d’entre nous ne voulait le prendre au sérieux, tellement il était isolé sur les zones de ses anciens exploits. T’inquiètes, tu ne frapperas jamais with main de fer au crâne pérenne de l’humanité, tomber dans la crevasse, avant de t’être dégraissé/désossé, et encore.

Il faut appréhender leurs sens du studieux lorsqu’on leur tend un index sans ongle…, cette envie que le métro quitte ses rails et s’envole. // Ils se mettent en action font grand cas de leur intelligence, ce qu’il en deviendra quand on passera devant le tribunal de la pensée puis des souvenirs. Celui des trois garces ?

Ou est-ce parce qu’on vous met toujours à la porte ?

Prendre la tangente, et nos potes nous ; toi et ton compagnon imaginaire, (- l’occupant tant et si bien qu’il oublie de problématiser l’ennui), les laissent chercher dans cette nuit de faux brouillard. On aime à se faire désirer. Dormir sur un banc sans tags car il n’y a plus de métro pour rentrer. Sa Majesté infaillible descend/fait apparaitre une poussée d’effroyable courtois, sur un air ska ou latino. Le sentiment mystique nait d’une pureté de l’instinct, si fort et habile qu’il en vient à se retourner contre lui-même, s’annihiler, dans un des éléments qu’il voudra choisir. Regarder à travers le judas le chaos du monde. La conscience de l’oubli est d’une logique réparatrice, enchantée.

Qu’est-ce qu’on était serré à l’intérieur. Cela en devenait étouffant. Cet éventail des jovialités semblaient déplacé et ennuyeux, pendant que les gérants et leurs ouailles se jouent de leurs clients et escroquent sans vergogne. Une raison de plus pour déguerpir. Faciès du crucifié sur les six murs de cette pièce, en profil, avec bougies formant des croix gothiques ou lorraines, devant nos bajoues entremetteur, inconsistances vaseuses, oiseaux de proie tenant plumes en mat d’osier et amphores brunes, moites, compromettantes.

C’est la dernière fois qu’on sera pris au piège, et dans la cour du lycée tous ‘les passants’ se figent, se créent statues de bronze. Choisir son plus beau costume, cravate dénouée, pour se déplacer dans cette galerie bronze et marbre, sans savoir ou va notre préférence, et si les attouchements peuvent encore être utiles. Couvrir des nudités irrésistibles avec la garde-robe de ses cousines. Vous payez aussi le cadre et l’hypnose, rencontres fugaces filant comme la poudre des fées ou les poussières de diadèmes @ néréides froides et rationnelles, calculant si bien le nombre d’écorchés vifs sur la place publique de cette ville sous-marine. Les portraits robots sont diffusés toutes les secondes. Quand l’heure est venue ils ne peuvent que dire adieu mes enfants dans une chanson étiquetée – fléau microscopique. Ce souffle prisonnier, invente, croit, tonne, se dépouille, ineffable, se corne, revêt la capuche, décolle l’abstraction d’un démiurge fair play… Placer en tant qu’épouvantail aux nombreuses portes, même si les étrangers depuis belle lurette ne rendent visite. Vous étiez éperdu face à l’expertise sans sujet autre que l’insignifiance sournoise ? Déchu de votre grade âmelette primitive vers un fumier davantage dense ? Le narrateur aux cent-vingt traités cherche en vain le chemin du retour, réfléchit sur du désir brimé, from him et par des principes autoritaires supérieurs, incarné dans une armée blanche de confesseurs/scientifiques vigoureux ne laissant la flamme d’une possibilité @ sensualité d’énergumène libre, atteindre ce Nautilus moderne qu’un oncle prête à ses heures perdues/par goût d’un dédain risible, mouvant notre scaphandre rouillé de bancs de sable en vieilles carlingues, trains échoués, boites de conserve géantes. On quitte le fanatisme de l’or profond des whiskey…, sirupeux, sinuer, sans rencontrer d’hôtel particulier sur notre route/prononcer un bye-bye, ou des bêtes intenables, autodidactes, comme ce frère en esquisse certainement when sa santé le lui permet. Avec un zest de persévérance tu pourras en faire de même. Les tirer hors états végétatifs, esclaves. Accéder à la pure originalité, peut-être la paix intérieure baragouineuse, pinailleuse. Il n’y a plus de lame à croire, ni de Bermudes à fantasmer, seulement des serrures à crocheter. Tu peux compter sur les amis de ton amie clandestine, leurs méninges et rares vœux. Il y aurait des attractions naturelles d’origine plus imperceptibles et étouffantes,… En fixant la réplique miniature du cercueil de Guillaume d’Orange entouré par des ermites en plomb-spectateurs aux félicitations insincères, mais crédules.

Avant d’abandonner/se mettre en retrait/s’allonger sur une table de dissection, sous les voix méfiantes des pastourelles oniriques, filant leurs barbichettes nylon, leurs cheveux crépus-laines rougeâtres tombant sur des épaulettes en papier kraft.

Il se murmure qu’il y a un énième sacre se préparant.

C’est sûr elle éconduit à merveille, et J. était loin d’être le seul à en avoir fait les frais.

Depuis qu’il est entré dans le pays sans nom & sans histoires, flottant comme un satellite in thy dark blue sky. Personne ne l’a jamais nommé, et tout le monde se trouve étranger par ici, et les géographies existantes ne suffisent pas pour définir et poser sur une carte. Telle qu’on les voyait sur les anciens grimoires, un pas en avant, dix en arrière…

L’imagination et son piquet de grève.

Il faudra reprendre les lettres poussives en toc, pas de deux, / encore trop empreint de solidarité, et en faire un roman, décrire l’émotion de l’émotion, l’enthousiasme de l’enthousiasme, si tu le permets…

Avec beauté d’un tournoi entre satyres faméliques.

Rongés par le froid et les nourritures avariés, si bien qu’ils ont l’impression que leurs colonnes vertébrales se déplacent ou se dédoublent, à côté, il fallait la main d’une maitresse aventureuse pour remettre en place. Puisqu’il a le goût des litanies fragmentées. C’est une fissure écarlate, et nous ne faisons que frapper avec marteau & clous sur des crânes. Instar automates, précision donc méthode.

Il fait rejaillir des vapeurs sur les tréfonds de son espace parsemé de rousseur et fausse naïveté. On avance donc sur nos chaises roulantes in nuit éthérée, attendant que les fins psychologues reviennent nous voir et agrémentent la soirée par cours magistraux, lectures de marchens, tracent un parallèle faux entre l’âge de décès d’Edgar et Arthur, ou soupçonne Mathilde d’entretenir en douce… Tout en nous interdisant de lire Jean Santeuil. Il est préférable de se tuer à un travail de copiste afin de vivre dans des âmes authentiques (non des érudits du dimanche), inventer des jeux pour lettrés pendant qu’ils croquent dans toutes les hosties, prennent l’argent de la collecte, fume des blondes avachis sur des prie-Dieu. Très inconfortables certes. Prennent les soutanes pour en faire des feux de camps, écrire pendant la nuit. Noirceurs devenue proverbiale. / Notre volonté est de s’attaquer à tout ce qui est ternaire, faire sortir l’histoire de l’art d’un guêpier irrésistible. De ce pouvoir transcendant ayant déjà tout donné/explicité. Les héritiers falsificateurs. Un drame que de ne devenir faussaire ? Hébreu solitaire ? Temps d’inverser la marche, animé le pur élan original. Revenir à l’originel, mais davantage en amont. Ah, tu as vu ces géants dans les rues de Créteil au début de ce centenaire. Il y a eu d’autres témoins ? Ja. Je t’avoue que je ne suis pas physionomiste. Et tant qu’il ne troublait l’ordre. Que notre synagogue était protégée. Mais géant comment ? Nous dépassant de plusieurs têtes ? Touchant les nuages afin de mieux les secouer, ou les pousser plus haut. Attrapant les aigles métalliques avec paluches poilues. Des sentinelles annonciatrices ? Vikings s’apprêtant à partir en virée à Montmartre ? Se ‘poker’ contre les premiers venus. Les deux facettes de cette lune coulante se tiennent droites, presque bâillonnée. Elles préfèrent s’échauffer/se tourner autour que de s’attaquer frontalement à ce qui provoquera leurs faillites. Avec un peu de chance on finira dans un bon Irish pub, et tu pourras écrire des playlists pour des radios underground, pirates.

Lors du thermidor infini,

On t’enverra une carte postale depuis l’abbaye @ Rocken ou nous vacanciers modernes installons nos quartiers d’hiver, puisque tu...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant