Je savais qu'en Europe on ne tire pas sur les gens

De
Publié par

Fils d’un commerçant de Kaboul, Mortaza Jami a passé son enfance entre l’Iran et l’Afghanistan, au gré de l’avance des talibans et des rivalités interreligieuses qui ont bouleversé la région depuis l’invasion soviétique de 1979. En 2009, victime d’une fatwa et sous le coup d’un mandat d’arrêt, il décide de quitter son pays et de gagner l’Europe. Commence alors une longue errance, dont le but est encore incertain : Canada, Allemagne, France ?
A travers les montagnes du Kurdistan, la Turquie, la mer Egée, l’Adriatique, les Alpes, en camion, en bateau, à pied ou en train, il parvient enfin à gagner le territoire français, et le square Villemin où, dans le 10e arrondissement de Paris, se retrouvent les réfugiés qui ont connu des parcours semblables au sien.
Ce témoignage inédit est le récit de cette épreuve initiatique, qui est d’abord un formidable défi personnel. Et puis il y a l’émerveillement, la stupeur et l’ironie devant les réalités d’une société d’accueil dont la langue, les mœurs, les coutumes et les codes, qu’il s’approprie peu à peu, sont, pour lui, d’une totale étrangeté.
Publié le : samedi 28 mars 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782363581655
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Je savais qu'en Europe on ne tire pas sur les gens
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi