Je suis juive mais je me soigne

De
Publié par

Vous les avez découvertes sur Jewpop ? Retrouvez les meilleures chroniques de SefWoman avec en bonus plusieurs inédits. Sa mère (qui n'a qu'une obsession : la caser), ses frères (dont le sens de la famille confine à la séquestration), le stagiaire de troisième, Patrick Bruel, les rencards qu'on préférerait oublier, le top des beaux partis qu'on a ratés, les phrases à ne pas prononcer lors d'un mariage juif, sans oublier deux, trois trucs pour gérer sa belle-mère et son rabbin : avec son regard drôle, décalé et sans concession, SefWoman répond à tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le judaïsme sans jamais oser le demander.
Publié le : mercredi 7 janvier 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782822211291
Nombre de pages : 163
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SefWoman
Préface d’Ariel Wizman
NIQUES CHRO ASHER RÈS C PAS T
SefWoman
JE SUIS JUIVE MAIS JE ME SOIGNE
À Laurent qui ne doute jamais qu’être juif relève de l’évidence.
« Dieu n’existe pas et nous sommes son peuple. » Woody Allen
« Reprends des boulettes. » Ma mère
SOMMAIRE
• Préface.................................................................................7 • « Mais maman, pourquoi on ne célèbre pas Noël ? » ........................................................................9 • Ma mère verbatim ........................................................... 12 • Les cinq phrases à ne jamais dire à sa belle-mère .... 15 • Les VRAIS dix commandements.................................... 19 • Lettre à Patrick Bruel ...................................................... 22 • Les petites annonces ..................................................... 25 • Tout sur mon frère........................................................... 27 • Le top des beaux partis qu’on a ratés, les meufs !..... 31 • Les quatre personnes que j’ai traitées – À TORT – d’antisémite ..................................................................... 35 • Le faire-part...................................................................... 38 • Tant qu’il y aura des Séfs, il y aura des légendes urbaines ................................................... 41 • Les goys sont des Séfarades et des Ashkénazes comme les autres............................................................ 45 • Le top 5 des raisons pour lesquelles la Séfarade veut épouser un Ashkénaze...................... 49 • Le top 5 des phrases à ne pas dire face au rabbin qui te demande de prouver ta judéité......... 52 • Les quatre pensées parasites quand tu te retrouves devant le mur des Lamentations ...... 55 • Ceux qui font chabbat..................................................... 58 • De quoi le philosémite est-il le nom ? .......................... 61 • Les quatre trucs dont on a un peu honte .................... 63 • Les raisons pour lesquelles la Séfarade qui a épousé un Ashkénaze force le respect............... 67 • Matsa blues...................................................................... 69 • Des livres et moi, première partie................................. 73 • Juif & gay.......................................................................... 76
4
• Les quatre phrases à ne pas prononcer pendant une soirée de mariage .................................... 79 • Le stagiaire de troisième................................................ 83 • Le compte est bon........................................................... 87 • Les trois déguisements à éviter à Pourim................... 90 • Les rencards que nous, les filles, on préférerait oublier ............................................................................... 93 • Lettre à Alexandre Arcady.............................................. 96 • Salon du livre juif : guide de survie à l’usage des auteurs .................................................................... 100 • Bar-mitsvah, bar-mitsvah dans la joie ....................... 103 • La typologie des rencards que les mecs préféreraient oublier..................................................... 106 • Y a un Juif dans ma télé !! ............................................ 109 • La honte de la famille.................................................... 111 • Les quatre personnes qui gâcheront la circoncision de ton fils.............................................. 114 • Tu ne mentiras point..................................................... 116 • Les trois personnes que je ne croiserai pas cet été car je ne pars pas en Israël ............................. 119 • Et tu feras partie du peuple juif... ou pas ................... 121 • Boube versus Mémé ..................................................... 124 • Crif, un dîner presque parfait....................................... 127 • Petit manuel de survie à Yom Kippour ....................... 130 • Lettre à Arthur................................................................ 133 • Il est mort le soleil ......................................................... 136 • Le top 4 des phrases à ne surtout pas prononcer lors de manifestations de soutien à Israël................ 138 • Dis-moi quelle kippa il porte, je te dirai qui il est... ... 141 • Jewish TV reality............................................................ 144 • Des livres et moi, deuxième partie ............................. 149 • Un rabbin peut en cacher un autre ............................. 153 • Cher Mark Zuckerberg................................................... 157
5
PRÉFACE
Le monde juif est une énigme... particulièrement pour les Juifs. Être transgenre, être maori, êtregeek, c’est assez facilement détectable et ça peut en cas d’urgence se résumer. Mais être juif... S’ils y consacrent des cauchemars, des livres de blagues, des congrès d’intellectuels et des millions de statuts Facebook, c’est bien qu’eux-mêmes, les Juifs, ne savent pas très bienà quoi correspond ce « truc », transmis avec autorité et anxiété... Jacob – alias Israël – lui-même, sur son lit de mort, devant ses douze enfants, finit par s’embrouiller quelque peu, et, d’après le plus grand critique littéraire de tous les temps, Rachi, déballa aux générations futures un discours peu clair. Selon les familles, être juif peut signifier : une petite gêne le soir de Noël, six cent treize mitsvot nécessitant chacune des semaines d’étude, deux recettes approximatives de cuisine (« du jaune, du rouge... »), un abonnement à EL AL, une pesante journée de jeûne par an, le poids infini du Temple détruit et le flip de l’exil qui s’en est suivi, ou de simples bouées autour des hanches. Lefaitquel’onnepuissepaspassersavieàfairedelamétaphysique est au fond le plus grand des problèmes liés à l’identité juive. Jean-Claude Milner raconte dansLe Juif de savoirla transformation du Juif d’étude en Juif de science et de connaissances, ou de révolution. Il faut bien avouer que, confrontés aux contraintes et aux grossièretés de la vie moderne, nous avons tous la nostalgie d’une vie, celle décrite par le Talmud, où l’on discutait d’une année sur l’autre de la bonne façon de faire un geste cultuel, ou de la raison profonde pour laquelle Abraham a tenu à payer un caveau pour sa femme alors qu’il aurait pu l’avoirà l’œil. Les conséquences de cette inadaptation au réel sont très variées : certains Juifs sont plus intellectuellement sophistiqués que Kant
7
et Mallarmé réunis, d’autres sont un mélange de Gypsy Kings et de candidats de téléréalité, convaincus qu’on les acceptera mieux comme ça. Et les deux se retrouvent autour de tables et de souvenirs, de mets et de chansons. Ensemble, ils ont « un truc », et cela ne représente en aucun cas à leurs yeux un « paradoxe ». C’est lorsqu’ils sortent du Tel-Aviv-Paris ou de la synagogue de leur quartier qu’ils peuvent à l’occasion, dans un regard de passant ou dans les colonnes d’un journal, s’apercevoir une fois de plus de l’attention qu’ils attirent, de leur caractère éternellement scandaleux, et pour tout dire inquiétant à leurs propres yeux. Obscurément, ils savent que si l’on parle autant de ce 0,1% de la population mondiale, c’est qu’ils ont quelque chose de spécial, mais au moment de le décrire à leurs enfants, afin qu’eux-mêmes le transmettent aux leurs, ils s’embrouillent eux aussi quelque peu. Ces Juifs, SefWoman, les a rencontrés, et mieux encore, elle les incarne,lesintègreetobéitaucommandementnonécritmaislisible partout en filigrane dans l’éthique juive: « Soyez intelligents, soyez drôles. » Si vous cherchez à savoir ce que nous-mêmes ne savons pas toujours, ne cherchez pas plus loin. La distance féminine, parisienne, l’intelligence un rien désabusée, le grand écart entre l’univers « tradi » et le vaste monde non juif, plein de mystères (la Sologne, le McDo, Bernadette Soubirous), tout ça est hautement délectable, et franchement bien vu. Et je pourrais, parodiant les introductions rabbiniques aux livres de prières, ajouter : « Nous félicitons notre collègue pour cette heureuse initiative, en espérant qu’elle profitera aux fidèles et constituera un guide précieux pour les autres. » Mais en réalité, si nous nous reconnaissons si bien dans les articles de SefWoman, ce n’est pas seulement pour sa version hilarante de la transmission, mais aussi pour un point commun profond avec elle: le mystère de son identité.
8
Ariel Wizman
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.