Jean Dollon, un homme, une vie, un destin

De
Publié par

Ce livre regorge d’argent et de pouvoir. C’est une recherche du bonheur dans les paillettes luxueuses du monde de la nuit, un parfait manuel d’infiltration de la jet-set en milieu nocturne. Vous y trouverez de l’alcool et de l’excès, un océan de débauche et d’opulence, mais aussi de l’amour.


"Jean Dollon, Un homme, une vie, un destin", un titre qui prête à sourire tant par son côté banal que culotté. Pourtant il cache un deuxième degré plus cynique. L’auteur porte un regard critique sur ce milieu hors-mesure ainsi que sur lui-même. Se mettant à nu, il nous donne des leçons comme un vieil oncle mafieux conseillant, dans le fond, de ne pas faire les mêmes erreurs. Jean Dollon nous raconte aussi ce qui changea tout, les basses histoires de vengeance dans lesquelles il faillit perdre la vie. Toute son histoire forme une quête de l’équilibre parfois flamboyante, parfois triste. La vie en est ainsi.

Serge Visini

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789638897404
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
méMoires
Un homme Une vie Un destin
Je me souviens de cette chaleur. De mes pieds d’enfant qui brûlent sur cette dalle rouge surchauffée par le soleil d’été et puis la douceur de l’herbe qui m’efLeure.
Je m’assieds sur la balançoire. Une chaude brise disperse l’odeur du grand Leuve, et j’ai encore l’impression d’entendre son murmure dans les grands saules. Tout est si calme. Même les cigales se sont tues. Il fait si chaud. Je ne sais pas quelle heure il est. Peut-être trois… Peut-être quatre… Je me balance doucement, tout doucement. Il faut que je proIte de cet instant. Je sais qu’il ne dura pas et d’une seconde à l’autre je devrais retourner d’où je viens. Mais c’est tellement bon. Tout est encore si naïf, si tendre et innocent. Je lève la tête et quelques rayons de ce soleil jaune et brûlant transpercent le feuillage du noyer.
Ils sont encore tous là. Ils font la sieste dans la petite maison à côté. grand-mère, maman, Apa et les autres. Je pourrais presque les entendre respirer. Le petit grincement de la balançoire m’enivre peu à peu. Il ne faut pas que je m’endorme. Pas encore. Laissez-moi quelques secondes de plus. Je voudrais faire quelques pas, me lever, mais je sais que je ne peux pas. J’aimerais juste aller voir grand-mère qui dort calmement. Regarder une fois encore son doux visage et lui prendre la main.
J’entends au loin, des rires d’enfants, qui jouent sur les rives du grand Leuve. Bientôt on y sera aussi. Dès qu’ils se seront réveillés,
19
Mémoires
on ira au bord du grand Leuve. Et il y passera le grand bateau, celui qui fait ces énormes vagues.
Et puis ce soir, lorsque les dernières lueurs du soleil enverront leurs adieux, je m’endormirai gentiment dans ces draps doux et agréablement chauds, en écoutant au loin, la tendre berceuse de la brise dans les roseaux.
20
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Soudain, j'ai entendu la voix de l'eau

de editions-philippe-picquier

Le ventre de la fée

de editions-actes-sud