Karak, le haut-roi nain

De
Publié par


 Le roman Karak le haut-roi nain se déroule sur la planète Gerboisia, entre 2700 et 2940. Les trois puissances dominantes de ce monde sont les humains, les nains et les elfes.

 Le roman se concentre sur la société naine. Sur certains aspects, la technologie naine est moins avancée que celle des humains de la Terre d’aujourd’hui :  les nains se déplacent à pied ou sur des poneys, et ils utilisent pour se battre des haches ou des épées. Toutefois la société naine bénéficie des apports de la magie, pour soigner, et la création d’objets aux propriétés surnaturelles. Ceux qui critiquent les nobles, les religieux, et les rois dans la société naine prennent de très gros risques.

 De plus, de nombreux nains se comportent comme des fanatiques, et considèrent comme de la vermine ceux qui refusent d’adorer les dieux traditionnels nains. Heureusement, Karak va apporter plus de liberté dans certains domaines.

 Mais cela ne l’empêche pas d’avoir un côté sombre, la parole de Karak est fluctuante selon les circonstances. Karak et ses compatriotes guerroient beaucoup, mais le haut-roi nain sait aussi s’occuper de son peuple : il a réformé la justice, s’est occupé des agriculteurs nains,  a statué sur les lépreux etc.


Publié le : jeudi 16 août 2012
Lecture(s) : 33
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782362521911
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

 

 

 

 

 

 

 

 

KARAK, LE HAUT-ROI NAIN

—————————————————————

 

 

 

 

Julien MARTIN

Karak, le haut-roi nain

 

 

 

 

 

 

 

 

Éditions Mélibée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Éditions Mélibée, 2012

9, rue Sébastopol – BP 21531 – 31015 Toulouse Cedex 6

 

Fabrication numérique : I-Kiosque, 2012

 

EAN numérique : 9782362521638

 

Confiez-nous votre talent :

info@editions-melibee.comwww.editions-melibee.com

 

Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article L.122-5, d'une part, que « les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l'article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines opinions, notamment celle de Karak sur l'avortement, ne reflètent pas le point de vue de l'auteur, qui est pour l'avortement.

TABLE DES MATIÈRES

Vengeance du père

Description des nains

Étiquette

Autorisation ou interdiction

Inquisition

Description de Broka, le royaume de Karak

Nécromancie et démonologie

Capture du messie

Couronne

Divorce

Mini-jupe

Association

Mouvements de protestation

Demi-orques

Bataille contre les orques

Parjure

Lépreux

Conflits religieux

Royauté

Souverain indigne de régner

Bataille contre les gobelins

Intégration difficile

Avortement

Loi sur les livres

Ortie

Prophétie

Baiser

Les sceptiques

Retraite

 

VENGEANCE DU PÈRE

Les nains ont failli dominer tout Gerboisia, en -600 avant Janaé, ils avaient conquis tous les royaumes elfiques et les territoires dominés par les humains. Les elfes étaient terriblement diminués à cause d'une épidémie de peste rouge, et les humains avaient un équipement militaire à cette époque risible comparé à celui des nains. Le dernier obstacle qui se dressait sur la route du haut-roi nain Grim poing de fer, était la forêt de Brocélia. Il commit l'erreur de sous-estimer les fées, il paya de sa vie son arrogance, la reine Mésula et ses compatriotes invoquèrent un gigantesque ouragan, qui causa la mort d'un million de nains, dont celle de Grim. La succession de Grim fut mouvementée, le prince héritier un simple d'esprit ne sut pas imposer son autorité. Résultat son royaume fut scindé en plusieurs morceaux, une épouvantable guerre civile opposa les nains influents. Les alliances se défaisaient du jour au lendemain, sur un simple caprice parfois, les trahisons et les coups tordus se succédaient. Lorsque la paix revint, les armées naines étaient exténuées, leur effectif avait été divisé par plus de mille. Les elfes et les humains en profitèrent pour reprendre le contrôle de leurs anciennes terres, ils infligèrent des défaites mémorables aux nains. Karak, le haut-roi des nains, rêve de rebâtir un royaume nain comparable à celui de Grim à son apogée, cependant cela semble impossible, sur le plan militaire les elfes et les humains surpassent les nains. Une loi internationale gêne le développement d'armes puissantes, et les espions du haut-roi des elfes Arthur surveillent très activement les laboratoires et les universités naines. Pourtant Karak garde espoir, il a entendu parler des livres sur les armes de la Bibliothèque sans fin du dieu Luthérus, il espère mettre la main dessus. Pour arriver à ses fins, il a discrètement mais activement noué des liens avec les luthérustes, pour obtenir l'accès à la Bibliothèque. Heureusement pour les elfes, Arthur possède de bien meilleures relations que Karak avec les luthérustes, résultat la possibilité d'entrer dans la Bibliothèque a été refusée au haut-roi nain. Karak pour remédier à cette situation, a envoyé les meilleurs voleurs et mages nains à la recherche des livres qu'il convoite, mais tous ont échoué.

Bien que profondément déçu, Karak reste ambitieux, par la ruse et la négociation il a réussi en cent ans à presque doubler la taille de son royaume. En plus son appétit de conquête demeure fort, s'il ne peut pas acquérir de nouvelles possessions au détriment des humains et des elfes, il reste les orques à asservir. La première cible de la guerre anti-orque de Karak fut la cité de Strimine où son père Anderson barbe noire a péri. Bien que mortellement blessé Anderson a mené une charge qui a permis aux habitants de la ville, ainsi qu'à son épouse et son fils, de quitter sans encombre la cité. Le comportement héroïque de son père, a profondément marqué l'esprit de Karak, qui a juré de tuer tous les orques qui infestent Strimine, et de récupérer la dépouille de son père, quitte à laisser la vie dans cette quête. La tâche s'annonce très rude, les orques possèdent un avantage écrasant du point de vue du nombre. Cependant les nains peuvent compter sur leur discipline face aux armées orques chaotiques et désordonnées, et l'avantage de la surprise. Les éclaireurs nains sont formels, les orques n'ont pas découvert les passages secrets qui permettent d'accéder à partir des puits de Nottam et Grimba, à des tunnels menant à divers points de Strimine. Les premiers combats se passèrent sans que les nains n'aient à déplorer un seul mort, ils réussirent tous à pénétrer à Strimine, cependant le plus dur restait à accomplir, les adversaires restaient dix fois plus nombreux. L'état de la cité s'avérait déplorable, la ville était remplie de déjections et de déchets, une odeur forte et nauséabonde était omniprésente, les orques et l'hygiène cela fait deux. L'absence d'entretien des routes pleines de trous, les murs et les toits couverts de mousse, les jardins remplis de mauvaises herbes navraient les nains. Strimine du temps de sa splendeur faisait leur fierté, son délabrement renforça l'indignation et la haine des nains. Karak a un plan pour l'emporter sur les orques, grâce à un nain du nom de Herbert qui a servi dans la cité comme esclave, il sait où se trouvent les tentes de Brise nuque et de ses lieutenants. Le chef orque doit son nom à sa manie de casser le cou de ceux qui le contrarient, sa nature susceptible lui a fait briser les os de centaines de ses semblables. Une fois Brise nuque et ses principaux subordonnés mis en pièces, les nains battent en retraite, et reviennent quelques semaines plus tard. D'après Herbert sans Brise nuque, les orques se déchireront entre eux, il a observé à de nombreuses reprises des manifestations de tension extrême entre eux. Pour maintenir un semblant de discipline et de cohésion, Brise nuque doit se montrer très autoritaire. Une fois que les orques se seront mutuellement étripés, il sera facile de prendre le contrôle de Strimine.

Lorsque les nains chargèrent sur les tentes de Brise nuque et ses lieutenants, ils eurent une surprise de taille. Elles étaient vides, même les plans les plus minutieux comportent des failles, Herbert s'avérait un traître. Il avait trahi ses compatriotes en échange de sa liberté et, la promesse d'être couvert d'or, Brise nuque ne tint pas ses engagements, il envoya Herbert dans l'au-delà. Les orques avaient tendu une embuscade à Karak et ses soldats, mais les mages nains réagirent promptement, ils provoquèrent l'apparition de trous profonds et de fossés où les orques tombèrent en masse. Profitant de la confusion les troupes naines battirent précipitamment en retraite. Hélas des gobelins les attendaient, certes ils ne sont pas très forts, un gobelin costaud peine à soulever un objet faisant 10 kilos. Les gobelins ont une allonge inférieure aux nains, du fait qu'ils mesurent entre 40 à 60 centimètres, et s'avèrent encore plus indisciplinés que les orques. Mais les soldats gobelins savent très bien se servir d'un arc, les régiments gobelins comptent des sorciers, et leur cavalerie est redoutable. Ils montent des poneys lilliputiens mutants hauts de 50 centimètres, leur vitesse est égale à celle des chevaux de guerre les plus entraînés, et ils sont munis de crocs qui leur permettent de laisser de profondes morsures. En outre ils disposent de la capacité de carboniser une cible se trouvant à 20 mètres de distance, grâce à un souffle enflammé, ce qui leur permet de semer la panique chez leurs adversaires. Tout semblait perdu pour les nains, les soldats étaient épuisés par leur fuite précipitée, les mages nains s'ils tentaient encore d'user de magie risquaient la mort par épuisement, les gobelins bloquaient l'accès aux passages secrets. Mais alors que les orques allaient se mettre à crier victoire un évènement imprévu les surprit. Les gobelins se mirent à les assaillir de flèches et, lançaient des sorts de renforcement de la vigueur sur les nains, pour qu'ils soient de nouveau en pleine forme. Les nains pour éviter que les sortilèges gobelins n'aient qu'un effet médiocre sur eux, avaient pris de l'urtipa, une potion qui abaisse la résistance magique. Les gobelins possèdent certains sorts magiques connus d'eux seuls, notamment des sortilèges qui amoindrissent la fatigue. Il ne faut pas s'étonner que les gobelins trahissent les orques. Ils sont ignobles à l'égard des gobelins, en outre les gobelins changent souvent de camp selon les circonstances, l'expression traître comme un gobelin est pleine de vérité. En échange de la moitié du butin des orques, les gobelins ont promis leur aide aux nains. La trahison des gobelins plongea les orques dans une colère noire, mais l'alliance entre nains et gobelins leur permit de remporter la victoire. Même si les orques s'avéraient plus nombreux, et plus forts du point de vue musculaire que les nains et les gobelins, les nains étaient beaucoup plus rapides qu'eux. Les soldats nains ont des réflexes très aiguisés, il est courant qu'un soldat nain expérimenté arrive à rattraper avec ses mains un carreau tiré par une arbalète. En outre les gobelins faisaient pleuvoir un déluge de projectiles sur les orques, pour l'occasion ils avaient fait d'énormes réserves de flèches, chaque gobelin présent à Strimine disposait de plus de 500 flèches. Après cinq heures de combats éprouvants, il ne resta que cinq orques vivants, les nains avaient souffert, mais leurs pertes s'avéraient faibles. Ils étaient très fatigués, mais la joie d'avoir gagné, leur permit de participer à une fête mémorable. Les gobelins s'occupèrent de la nourriture, Karak prudent ordonna à des goûteurs nains de tester les plats cuisinés par les gobelins. Ils ne détectèrent rien de suspect, des chefs gobelins s'offusquèrent de la méfiance des nains. Mais le haut-roi avait raison d'être précautionneux, à plusieurs reprises, les gobelins avaient joué des tours de cochon aux nains. D'ailleurs les oreilles attentives, des mages nains dont l'ouïe s'avère amplifiée par la magie, avaient intercepté une conversation entre Azor et Ayyalon, deux chefs gobelins. Ils étaient très tentés d'empoisonner les nains, mais un autre dirigeant du nom de Josué les a dissuadés d'agir. Lorsque la dépouille de Herbert fut retrouvée, les avis sur la manière de la traiter furent partagés, certains voulaient la laisser aux chiens, d'autres l'enterrer décemment. Finalement ce fut Karak qui trancha, le haut roi nain cracha sur la dépouille du traître, et ordonna qu'il brûle avec les cadavres des orques. La conquête de Strimine eut un immense retentissement chez les nains, non seulement elle auréola de gloire Karak, mais elle enrichit considérablement le haut-roi et ses sujets, les orques avaient accumulé un butin considérable. Karak retrouva les ossements de son père, il lui donna une sépulture décente dans le caveau familial, à Azamar le temple principal de Grim, qui sert aussi de dernière demeure pour les haut-rois nains. Les haut-conseillers nains enhardis par le succès de l'armée de Karak, décidèrent de lancer une guerre sans merci à l'encontre des orques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DESCRIPTION DES NAINS

Les nains mesurent généralement entre 80 centimètres et un mètre 20, par contre ils sont plus trapus que les humains, en outre un nain moyen possède la force physique de 4 à 5 humains. Les nains vivent en moyenne 400 ans, les plus vieux atteignent l'âge vénérable de 800 ans. Les guerriers nains sauf cas particulier, sont spécialisés dans le maniement de la hache. Les armées royales naines se caractérisent par leur discipline, et un règlement très strict, ainsi le fait d'avoir somnolé durant un tour de garde, est sanctionné de 20 coups de fouet. Quasiment tous les soldats nains grimiens possèdent une médaille en or, en argent, ou en bronze, où sont représentés les deux symboles du roi Grim l'ours et la hache, même les plus négligents possédant cet emblème en prennent extrêmement soin. Il existe deux courants de pensée en matière d'art martial chez les nains, les maîtres du courant vif apprennent à frapper vite et fort. Tandis que les enseignements du courant élégant sont beaucoup plus axés sur la parade et la feinte. Les élégants surnomment les vifs les brutes épaisses, qui donnent le surnom de chochottes aux élégants. Karak a une préférence pour le style des vifs. Les sorciers nains sont puissants, ils n'ont pas les aptitudes des magiciens elfes, toutefois il existe des magiciens nains qui arrivent à devenir des haut-mages. Il leur est interdit par une loi comme pour les haut-mages elfes, d'interférer dans une guerre. La majorité des élémentalistes de la terre de Gerboisia sont des nains. Les nains s'avèrent les principaux fabricants d'objets magiques, ils n'ont généralement pas la puissance et la qualité des productions elfiques, mais comme leur prix est beaucoup plus abordable, la demande pour les produits magiques nains s'avère bien plus forte. En outre les principaux pourvoyeurs en articles magiques prohibés s'avèrent des nains, leurs principaux produits sont les armes-démons, les copies de grimoires jugés dangereux comme le necronomica, les anneaux sombres qui permettent à des non-initiés de pratiquer la magie noire. Beaucoup d'humains et d'elfes en particulier ceux qui vivent dans des hameaux isolés, imaginent que la majorité des nains sont des individus avec une longue barbe obnubilés par l'acquisition de trésor, qui n'hésitent pas à commettre des saccages terribles, à l'encontre de la nature dans le seul but de s'enrichir. S'il existe une mode de la barbe chez les nains, certains se contentent du bouc, de la moustache, voire sont glabres. En outre même si beaucoup de nains s'avèrent cupides, d'un autre côté il existe de nombreux nains qui n'attachent qu'une importance relative aux richesses. D'ailleurs le mouvement domi qui prône la pauvreté rencontre un succès croissant, chez les membres de cette race. Grâce à Karak, qui a renforcé les peines pour les pollueurs, et ordonné que la jeunesse soit sensibilisée dès le début de la scolarité, au respect de la nature, le nombre de nains notamment de prospecteurs prêts à souiller la terre, l'eau et les forêts afin de gagner de l'argent a nettement diminué.

Les nains raffolent du cidre, les plus sobres des nains adultes boivent 3 verres de cidre par jour. Ils consomment des fruits, des céréales et des légumes, mais les nains ont une nette préférence pour la viande et le poisson, d'ailleurs les nains riches ont un régime essentiellement carnivore. 10 % des nains exercent le métier de mineur, en outre les membres de cette race creusent les mines les plus profondes de tout Gerboisia. Les humains ou les elfes bâtissent des mines qui vont au maximum à 300 mètres sous terre, tandis que les nains n'hésitent pas à creuser à plus de 1 000 mètres. En matière de joaillerie les nains disposent d'un savoir inégalé, ils réalisent des créations artistiques d'une beauté admirable, quand un noble riche ou un roi veut des bijoux, c'est en priorité vers les nains qu'il se tourne. Les marchands nains vendaient par moments des joyaux conférant à son porteur un charisme surnaturel. Ce genre de vente a fâché les elfes qui se plaignaient qu'elles favorisaient les escroqueries, le haut-roi Karak pour préserver ses bonnes relations avec eux, a interdit le commerce de joyaux charismatiques. La majorité des colporteurs et explorateurs de Gerboisia sont des nains, les membres de cette race ont tendance à être aventurier, se déplacer fréquemment. Ainsi il est rare de rencontrer un nain qui n'a pas quitté au moins une fois, le pays où il est né. Les nains sont de médiocres dresseurs de poneys, leur savoir dans ce domaine est risible, mais en revanche, ils sont très endurants, et peuvent marcher 2 à 3 fois plus vite qu'un humain. La marine naine est beaucoup moins puissante que la marine hobbite, toutefois les nains connaissent bien mieux les fonds sous-marins de leurs côtes comparé aux hobbits, grâce notamment au sortilège qui permet de respirer sous l'eau, un sort dont les nains gardent jalousement le secret. Les nains ont dominé un moment les cieux de Gerboisia grâce à une machine du nom de dirigeable. Mais malheureusement le secret de sa technologie a été perdu, lors d'une réunion les principaux ingénieurs de Zippela, la seule entreprise qui s'occupait du transport par voie des airs, ont été massacrés, et tous les plans et machines qu'ils avaient inventés furent détruits. Certains parlent d'un attentat commis par des enredistes, d'autres de luthérustes jaloux, quoi qu'il en soit les savants nains après la tragédie, n'ont plus pu fabriquer de dirigeable. Les plus célèbres des sculpteurs de Gerboisia sont des nains, les membres de cette race ont réalisé les plus imposantes statues gerboisianes, comme par exemple le colosse de Rhadis dont la hauteur dépasse 200 mètres. Les dieux des nains sont des ancêtres célèbres qui ont été déifés. Les guerriers et les aventuriers nains vénèrent généralement en priorité le haut-roi Grim, les malades et les médecins prient Hippocra la guérisseuse, la fondatrice de la première école de médecine naine, les magistrats et les victimes de crime vouent un culte à Ti, le juge qui d'après la légende fut le premier nain à utiliser l'écriture. La majorité des nains vénèrent plus de 30 000 ancêtres. Les nains possèdent souvent des connaissances généalogiques poussées sur leur famille, ils sont très fiers quand ils arrivent à démontrer qu'ils descendent d'un dieu. Environ 0.5 % des nains vénèrent un dieu de la destruction ou le Néant, c'est un pourcentage très inférieur comparé aux humains, il faut dire que les nains s'avèrent d'une cruauté très recherchée avec les adeptes des puissances sombres. Ils leur infligent des tortures durant des jours voire des semaines, cette répression féroce alliée à un plus fort encadrement de la jeunesse de par l'accès plus facile à l'école, explique la faiblesse numérique des suppôts nains des forces de la déchéance. Une haine féroce lie les adeptes nains d'Enredo avec les enredistes elfes, la raison qui a déclenché le début du...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.