//img.uscri.be/pth/99ca693d372360b16f9d5e7bed1c2f81ba805f79
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Ku Muana. Genèse d'une folie

De
160 pages
Dans un Zaïre enfin débarrassé de la colonisation, une famille belge tente de s'intégrer, sous le regard acéré et décalé d'une de ses enfants. Il s'agit de traiter d'égal à égal avec la population locale, mais peut-on se débarrasser si facilement de l'emprise d'une longue domination ? La narratrice décrit la violence de ce monde, les contradictions de ses parents coopérants et sa fuite dans un monde poétique, coloré, peuplé de bêtes et d'amples paysages. Le tout, dans le cadre somptueux des vastes terres d'Afrique centrale.

Voir plus Voir moins
9HSMDNG*daifce+
Isabelle Schmidt Ku Muana Genèse d’une folie
©L’Harmattan, 20165-7, rue de l’École Polytechnique –75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
ISBN : 978-2-336-30852-4 EAN : 9782336308524
L’Harmattan, 2016
Ku muana
Genèse d’une folie
Encres de vie
Collection dirigée par Annemarie Trekker
Cette collection a pour objectif de publier des textes littéraires à caractère autobiographique sous forme de récit (de vie), d’autofiction ou de roman personnel, ainsi que des témoignages et des écrits restituant et/ou mettant en scène la mémoire collective.
Dans la même collection :
Agathe Gosse,À la source de mes mots, le fleuve Congo,2014. Marie Fizaine,Le goût de la terre,2014. Anne Lauwers,Les couleurs de la musique, 2014. Jean-Paul Procureur,Alesia, Lettre ouverte à ma mère, 2014. Nelly Laurent,La rue des Songes ou les rêves d’une métamorphose, 2014. Christian Leray,Amor do MarAmour de la Mer, 2015. Michèle-Baj Strobel,D’Orient et d’ailleurs. Ateliers des voyages, 2015. Laurence Leguay,Lettre à l’absent, 2015. Bernadette Feroumont,Accompagner la vie jusque-là. Récits de volontaires en soins palliatifs, 2015. Jean-Pierre Outers,Un Voyage à l’envers, 2015. Rachel Santerne,Les jours qui précédaient sa disparition, 2016. Annemarie Trekker,Les maisons de pierre, 2016. Marie Fizaine,Exode 1940. De la Gaume à la Bourgogne, 2016. Bernarde Rousseaux,La mesure du neutre, 2016. Vander Straeten Jean-Pierre,Chronique d’un étudiant à Louvain au temps du Walen buiten, 2016 Henri Ostrowiecki,Mon Conservatoire, côté cour, 2016 Agathe Gosse,Présence,2016. Odette Philippart,En ce farfelu royaume, 2016. Claudine Bonnet et Liz,Aime trop la vie !, 2016. Louis Goffin,Ciels d'enfance, 2016.
Isabelle Schmidt
Ku Muana
Genèse d'une folie
Collection : Encres de vie
À Doré.
À Mathias et Maxime
Maman, tu as beaucoup souffert et aujourd’hui, tu te venges en gentillesses.
7
Prologue
J’ai commencé à écrire ces souvenirssuite à une énième mésaventurede ma vie d’adulteet après avoir constaté le désarroi de mes fils qui étaient, eux aussi, régulièrement et violemment agressés, sans que je parvienne à les protéger. Cela a provoqué, comme tou-jours, la réminiscence d’un sentiment très ancien.Je me suis interrogée aussi sur ce besoin agaçant, presque suicidaire socialement,de m’opposer avec force à l’Injustice, même en sachant le combat perdud’avance. Être née un six juin, jour du débarquement, ne peut tout expliquer ! Cette attitude parfois utopique, souvent maladroite et rarement efficace doit, ai-je pensé, trouver aussi sa source dans mon histoire. Or, le passé peut se déformer dans son scénario, dans sa narration. Mais l’émotion, elle, ressurgitintacte.L’animal-enfant regarde et comprendle monde davantage avec ses sens qu’avec le verbe.J’ai donc écrit par fragments, en revenant au plus près de ces lointaines sensations, qui restent porteusesd’une vérité.Il ne s’agit donc nullementd’un récit à visée historique ou documentaire.En avançant dans mes textes, je tentais de traduire ce sentiment diffus de culpabilitéet d’impuissanceque j’ai toujours ressenti. Celui de cette enfant blanche et privilégiée dans un Tiers-Mondene disait pas on encore : « pays émergent » à peine émancipé de la colonisation.
7
La misère, chez nous, était notre voisine. Elle s’invitait même souvent à la maison.Mais pour nous, tout devait être beau. Et c’était même, souvent, éblouissant. Leffroi, plus diffus, mais égal en force, que nous côtoyions et vivions au quotidien ne pouvait être nommé. L’émerveillement (bien réel)occulter devait toutes les agressions. La dominationd’un peuple sur l’autre, d’une classe sur l’autre,d’un êtresur l’autre,était niée.
Dissoutes dans les limbes, ces violences reviennent me hanter sous d’autres formes, cauchemars, angoisses, obsessions, combats vains. Et me voilà osant enfin * regarderpar-delà le talus ,là où s’ébattent les fantômes. Je tente ici de faire revenir à la lumière ces morceaux d’ombre qui nous composent et dont nous avons été séparés. Je tente d’abolir ce morcellement qui nous a plongés dans une forme de folie.
* Vercors, dansLe silence de la mer.
8
*
8
I KASAÏ
Il nous arrivait, quand tu étais enfant, de glisser entre le ciel et l’eau, et de découvrir sans peine tous les mondes dans les nuages.
Papa, 6 septembre 1987