L'Amour dans tous ses états

De
Publié par

Le siècle fait-il quelque chose à l’amour ? Aux dires de prophètes, le 21e siècle, assisté par le technique, sera celui de l’amour multiple, entre polyunion, polyfidélité et polysexualité (Jacques Attali), tandis que le genre se diffracte en de multiples identités. Le décalage est complet avec le 19e siècle qui semble n’avoir connu que l’amour du couple, le mariage arrangé et son inséparable corollaire, l’adultère. Pourtant, à rebours du puritanisme ambiant, par le biais du travestissement, de la passion ou de l’exotisme, la littérature a exploré de nouveaux territoires de l’amour et préparé les esprits. L’amour en serait-il moins absolu ? Non, mais l’oiseau rebelle fixe ses lois.

Ce coffret contient dix œuvres de la littérature française, avec une préface et une présentation de Jean Demerliac : Jacques de George Sand, Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier, La Confession d'un enfant du siècle d'Alfred de Musset, Physiologie des amoureux d'Étienne de Neufville, Physiologie de l’homme marié de Paul de Kock, Carmen et La Chambre bleue de Prosper Mérimée, Les Femmes d’artistes d'Alphonse Daudet, Aziyadéde Pierre Loti et Le Désespéré de Léon Bloy.


Publié le : mercredi 10 février 2016
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782346036196
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
À propos deBnF collection ebooks
BnF collection ebooksest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs,BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.
Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.
Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.
JACQUES
George Sand er PERROTIN, Paris, 1842, (1 éd. 1834)
× SOLUTIONS ALTERNATIVES
De nombreux critiques ont vu dans Jacques de George Sand (1804-1876) un plaidoyer contre le mariage, sanctifiant l’adultère, laissant planer des soupçons d’inceste, où la passion charnelle domine. D’autres ont senti l’influence de la doctrine saint-simonienne dans la mise en échec des inégalités engendrées par le mariage et la famille, alors que Balzac décrivait avec sarcasme le roman épistolaire de George Sand comme “un conseil donné aux maris, qui gênent leurs femmes, de se tuer pour les laisser libres”. Sand cherchait plutôt “des solutions alternatives pour les couples d’amoureux”, ici ceux formés par Jacques et Fernande, Octave et Sylvia. Le roman, histoire d’un époux trahi, paraît à l’époque de l’essor du roman populaire, en plein débat sur les effets néfastes de la littérature dite immorale sur les mœurs, qui visera aussi Théophile Gautier. F I C T I O N 4 0 0 p .
LE MARIAGE ARRANGÉ
ET SON INSÉPARABLE COROLLAIRE e e 19 siècle a-t-il tué l’amour ? La Révolution française semblait augurer pour l’homme et Lpour la femme de plus grandes libertés individuelles, mais ce rêve s’éteint sous la Restauration et la monarchie de Juillet qui consacrent le triomphe du mariage et la séparation la plus nette entre l’homme et la femme, voués à devenir au mieux deux dissimulateurs, au pire deux ennemis.La Confession d’un enfant du sièclede Musset témoigne de ce d’Alfred revirement : “Tout d’un coup, chose inouïe, dans tous les salons de Paris, les hommes passèrent d’un côté et les femmes de l’autre ; et ainsi, les unes vêtues de blanc comme des fiancées et les autres vêtus de noir comme des orphelins, ils commencèrent à se mesurer des yeux”.
L’union amoureuse a eu une véritable importance pour Musset, qui a vu dans l’amour le seul absolu qui pouvait répondre à l’ennui, aumal du siècle. Son impossibilité plonge Octave, le héros deLa Confession,dans une débauche quasi religieuse, sans rapport avec le libertinage réglementaire de l’époque, car elle équivaut à une perte d’absolu, une déréliction. Bien plus tard,Le Désespéré de Léon Bloy a évoqué avec des accents religieux plus marqués les tourments de l’âme amoureuse, aboutissant cette fois à la chasteté et au sacrifice intégral dans e l’amour de Dieu. Toutefois, contrairement à une idée reçue, les écrivains du 19 siècle se sont peu intéressés à l’amour. Le mariage d’argent, avoué sans aucun fard, s’il n’a pas tué l’amour, a imposé aux écrivains de s’intéresser plutôt à l’union conjugale. C’est l’adultère, “le grand joujou de l’esprit des hommes” (Maupassant) et non l’amour, qui traverse le siècle. Il est foncièrement inégal. LaPhysiologie des amoureuxet laPhysiologie de l’homme marié témoignent d’une tolérance totale pour l’adultère de l’homme (“larcins”, “parties fines”), à peu près nulle pour l’adultère de la femme. Inégalité sexuelle programmée d’ailleurs bien avant l’hymen : à la jeune fille la “blanche attente du mariage” (Michèle Perrot), au jeune homme le concubinage et le libertinage de la vie de bohème. DansMademoiselle de Maupin, Théophile Gautier s’est joué à renverser cet ordre en décrivant l’histoire, ouvrant sur les “plus inquiétantes perplexités” d’une femme qui, afin d’être mieux préparée à choisir un mari, décide de se travestir pour connaître les secrets des hommes.
Une solution est bien sûr de ne pas commettre la “sottise irréparable”. C’est le conseil que le peintre adresse au jeune poète dansLes Femmes d’artistesde Daudet. Au pire, celui-ci épousera une sorte de maman et il partagera ses ardeurs entre l’art et une “fille”. Une autre possibilité, à l’avantage plutôt de la femme, serait le divorce. Or, celui-ci a été aboli en 1816 et il n’est rétabli qu’en 1884. George Sand, qui a plaidé pour le divorce depuis ses premiers romans (Indiana, 1832,Lélia, 1833), prend d’une certaine façon acte du mariage dansJacquesafin de rechercher “des solutions alternatives pour les couples d’amoureux”, montrant qu’il existe un espace de liberté possible entre la sexualité conjugale et la débauche. Cette solution serait représentée par quelque chose approchant du couple libre, même si celui-ci est compromis dans le roman par le suicide du mari trahi (scandaleuse inversion des stéréotypes de l’époque). Carmenserait une illustration de la liberté en amour, si l’héroïne n’était entièrement soumise à la “loi d’Égypte” et aux intérêts de sa tribu. La passion de don José pour la bohémienne montre le prix de la transgression et tout ce qu’il en coûte de préférer l’instant de la passion à la sécurité durable du mariage.
e L’amour paye ainsi un lourd tribut au 19 siècle. Jules Janin semblait regretter sa disparition et de n’avoir “en fait depassions du cœur, [que] des passions échevelées, des amours à coups de poignard” (Les Français peints par eux-mêmes). Moralisme littéraire bien stérile, car comme le dit Gautier, “les livres suivent les mœurs et les mœurs ne suivent pas les livres”.
George Sand
Jacques
JACQUES
George Sand er PERROTIN, Paris, 1842, (1 éd. 1834)
× SOLUTIONS ALTERNATIVES
De nombreux critiques ont vu dans Jacques de George Sand (1804-1876) un plaidoyer contre le mariage, sanctifiant l’adultère, laissant planer des soupçons d’inceste, où la passion charnelle domine. D’autres ont senti l’influence de la doctrine saint-simonienne dans la mise en échec des inégalités engendrées par le mariage et la famille, alors que Balzac décrivait avec sarcasme le roman épistolaire de George Sand comme “un conseil donné aux maris, qui gênent leurs femmes, de se tuer pour les laisser libres”. Sand cherchait plutôt “des solutions alternatives pour les couples d’amoureux”, ici ceux formés par Jacques et Fernande, Octave et Sylvia. Le roman, histoire d’un époux trahi, paraît à l’époque de l’essor du roman populaire, en plein débat sur les effets néfastes de la littérature dite immorale sur les mœurs, qui visera aussi Théophile Gautier. F I C T I O N 4 0 0 p .
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Christianisme Ésotérique

de bnf-collection-ebooks

La Thébaïde

de bnf-collection-ebooks

Après la bataille

de bnf-collection-ebooks

suivant