L'amour de la patrie et du drapeau / par Marc Bonnefoy

De
Publié par

Walder (Paris). 1868. 14 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1868
Lecture(s) : 17
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'AMOUR DELÀ PATRIE
,0f'^U DRAPEAU
' T ' 'A\'l' '/ PAR
Mare BOMXKFOY
l»ARB!S
"' TYPOGRAPHIE WALDER, RUE BONAPARTE. U
' 1 8G8
PRIX DU PUGET
Le Prix de Poésie, institué par Mlle DU PUGET,
qui en a elle-même désigné le sujet :
L'AMOUR DE LA PATRIE ET DU DRAPEAU
a été décerné
ï*ar l'Ui\IOI¥ DES POÈTES
à M. MARC BONNEFOY
Sergent-Major au Um' régiment de ligne.
L'AMOUR DE LA PATRIE
ET DU DRAPEAU.
11 est un sentiment, aussi noble que beau,
Qui grandit avec nous, et ne meurt qu'au tombeau ;
Il est un souvenir, ardent comme une flamme,
Que tout homme de coeur garde au fond de son âme,
Le souvenir des lieux où l'on fut autrefois
Bercé par une mère, endormi par sa voix.
— 6 —
On peut des dignités atteindre jusqu'au faite,
Voler victorieux de conquête en conquête,
D'une gloire éphémère enfin s'enorgueillir;
On peut jusqu'à la honte au crime s'avilir,
Franchir tous les degrés du gouffre d'infamie.,
Et n'avoir à serrer pas une main amie,
Au comble du bonheur ou de l'adversité,
Ce sentiment sacré dans le coeur est resté.
Tout périt — excepté l'amour de la patrie.
Au feu de cet amour une race flétrie
Peut se purifier — et ces magiques mots :
Patrie, honneur, toujours font surgir des héros!
Vous qui vivez heureux où vécurent vos pères,
Qui mourez résignés, sans haines, sans colères,
Bénissant vos enfants, consolant vos amis,
Vous ignorez combien on aime son pays.
Mais celui qui, poussé par une erreur fatale,
Cherche le bonheur loin de la terre natale,
Ou qui s'en va, jouet des caprices du sort,
Errer du nord au sud en affrontant la mort ;
Celui-là quand le soir au ciel l'étoile brille,
Soupire longuement, et pense à sa famille.
Il porte son regard au bout de l'horizon,
Comme un triste captif du fond de sa prison

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.