//img.uscri.be/pth/02a59fa6a59f989d7d5e68169ab1ddabd3ce1a59
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Ange de l'espoir

De
252 pages
Sortie de désintox rime-t-il nécessairement avec effacement de tout le passif? Une fois sevré, les pages de nos vies redeviennent-elles vierges? Absolument pas si l’on plonge dans l’âme d’Alexis, jeune drogué qui quitte à peine un établissement de cure. Certes, la tentation est toujours là et le quotidien semble se dérouler comme sur un fil de rasoir. Mais surtout, il y a encore les siens avec lesquels renouer. Dans le cas d’Alexis, il s’agit plus spécifiquement de son frère Ruf qui l’a longtemps protégé, voire accompagné dans sa descente aux enfers. Un frère avec lequel, aujourd’hui, il ne semble plus pouvoir communiquer. Comme si quelque chose s’était brisé, comme si le non-dit était insurmontable. Une relation fraternelle destructurée… au sein de laquelle va s’immiscer Mary, bienveillante, bienfaitrice, médiatrice. Construit sur un triangle de personnages qui semblent tous en rupture (entre eux, d’avec leur propre famille), "L’Ange de l’espoir" opte pour un réalisme plein de retenue, de secrets, pour évoquer le thème d’une fraternité en faillite. Développant une veine dramatique pudique mais sensible, creusée par une soudaine incapacité de se parler et de se livrer, le roman de Céline Baumann restitue de manière étouffée et juste les impossibilités de ses figures.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LAnge de lespoir
Céline
LAnge
Baumann de lespoir
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0116229.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2011
À vous, qui avez fait de moi ce que je suis.
Je dédie ce roman à tous ceux qui ont foi en lêtre humain. Je remercie les travailleurs sociaux, les bénévoles et les professionnels de la santé dapporter ne serait-ce quune étincelle despoir dans la vie de leur prochain. Je remercie tout spécialement le DrMbaki Mayemba pour son amitié, son soutien et son aide. Sans lui, ce roman naurait sans doute jamais vu le jour.
Chapitre I Son bagage à la main, Alexis attendait quon vienne le chercher. « Voilà cest fini ! Mais tout reste à faire ! » pensait-il. Il voulait croire que cette fois-ci était la bonne, mais après « x » tentatives, il ne pouvait être sûr de rien et connaissait les pièges de laprès-cure Cétait une journée froide de janvier mais le ciel était bleu et le soleil, pourtant timide, réchauffait son dos, tan-dis que la neige alentour, tombée dans la région abondamment, laissait lendroit dans lattente de jours meilleurs. Il se sentait impatient de retrouver la liberté, mais anxieux quà nouveau il déçoive son frère Ruf. Ce dernier, qui navait pas pu venir le visiter pendant toute la thérapie, sétait fortement endetté pour quAlexis puisse bénéficier des meilleurs soins dans le cadre dune cure de désintoxication en Suisse. Son frère lui manquait, sa pré-sence, ses conseils, sa sollicitude et tout ce qui le rattachait à lui le laissaient orphelin. Seul, il devrait affronter une ville inconnue et des gens quil navait jamais vus, en plus dapprivoiser une langue étrangère quil ne maîtrisait pas encore. Une voiture noire sapprocha, une grosse berline bien de chez lui qui limpressionna dautant quelle sarrêta à sa hauteur. Il vit un homme tiré à quatre épingles descen-dre et savancer vers lui.  Bonjour, Alexis, donnez-moi votre sac et installez-vous à lavant. Alexis ne se le fit pas dire deux fois, gelé par une at-tente prolongée dans le froid ; il parut soudain soulagé de retrouver un peu de chaleur. Tout absorbé par lambiance
9
cosy de la voiture, il ne remarqua pas lhomme qui sinstalla au volant et qui lui expliqua sans transition :  Mary na pas pu venir, elle ma envoyé vous cher-cher. La mine inquiète et surprise de son interlocuteur obli-gea le conducteur à se présenter.  Pardonnez-moi, mais peut-être que vous ne vous souvenez pas, je mappelle William Holmes. Vous êtes venu chez moi avec votre frère, vous vous rappelez ? Il fit une pause afin de se concentrer sur le carrefour, sans forcément attendre une réponse dAlexis qui, mal à laise, regardait cet homme dont il ne se souvenait que peu. Son apparence soignée, costume et chemise sombre, lui donnait un air sérieux et distingué. Un front intelligent dégarni laissait la place à des cheveux poivre et sel pei-gnés avec soin.  Je me rappelle un peu, mentit Alexis dans un mau-vais français quil apprenait difficilement. Pensant que sa question resterait sans réponse, Holmes parut surpris :  Ah, je comprends, vous nêtes pas encore très à laise en français ! Mais ne vous en faites pas, je suis pa-reil que vous en allemand ! Holmes vit apparaître un semblant de sourire sur les lè-vres dAlexis, signe quil avait vu juste. Alexis regardait par la fenêtre défiler le paysage blan-chi, comme figé par le froid et la neige. Tout semblait calme, triste. Il ne savait pas où ils allaient et ne voulut pas poser de questions, après tout, il sen moquait. Il ne se résolut pas à rompre un silence moins pesant que trou-blant. De toute façon, quest-ce que ces deux hommes se se-raient dit sinon des banalités, ne se connaissant pas assez pour quAlexis révèle à Holmes ses craintes, ses peurs, lennui et le vide quil ressentait. Il avait hâte de revoir son frère et de lui raconter tout ce quil avait vécu en cure.
10