L'Anté-peuple

De
Publié par

Citoyen exemplaire, Dadou est directeur d’une école de Kinshasa. Une terrible accusation l’aspire dans une tornade dévastatrice : sa femme et ses enfants sont tués, sa vie saccagée. Il réussit à s’échapper des lugubres geôles zaïroises et s’enfuit de l’autre côté de la rivière. Vidé de son âme, il découvre une succession de mondes désolés, rongés par la même corruption que son propre pays, les mêmes dérives politiques et guerrières.
Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu'à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l'auteur d’une douzaine de pièces de théâtre et de six romans, dont La Vie et demie et Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez, disponibles en Points.
Publié le : mardi 19 mars 2013
Lecture(s) : 14
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021116083
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 1/224
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 2/224
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 3/224
Sony Labou Tansi est né au Congo en 1947, où il n'a jamais cessé de résider jusqu'à sa mort en juin 1995. Roman cier, poète et dramaturge, il est l'auteur de six romans, tous publiés au Seuil, dont le légendaireLa Vie et demie, et d'une douzaine de pièces de théâtre jouées notamment en Italie, en Allemagne et aux ÉtatsUnis. Il a animé à Brazzaville la troupe du Rocado Zulu.
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 4/224
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 5/224
S o n y
L a b o u
T a n s i
L ' A N T É  P E U P L E
r o m a n
Éditions du Seuil
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 6/224
T E X T E I N T É G R A L
ISBN9782757816714 re (ISBNpublication)2020065428, 1
© Éditions du Seuil, septembre 1983
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 7/224
À mes mortsPour des mots Qui soient des têtes de mortEt parce que mourir C'est rêver un autre rêve.
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 8/224
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 9/224
I
La première fois que la fille aux lunettes lui sourit, Dadou n'y accorda aucune attention. Il se souvint seulement de la façon presque religieuse dont tout le monde l'appelait « monsieur le directeur ». Les cinglés parlaient de « citoyen directeur », mais avec la même odeur de culte. Il avait remboursé le sourire d'un petit tangage de la tête. Puis le sourire de la jeune fille s'était répété deux, trois, quatre, maintes fois. Elle l'avait même vêtu d'un petit mouvement des lèvres que Dadou s'expliquait clairement. Mais que diable iraitil fiche dans la boue de ces petites cinglées de la nouvelle génération ? Pas qu'il fût vertueux. Un simple dégoût que ça lui donnait. Ces microbeslà, avec leur façon de faire. Elles comp taient, à vingt ans, quelque centaine de petits mes sieurs dans les reins. Ce dédain tournait à la nausée. Le tour de poupe s'alluma et ces diables, c'est dans ces régionslà qu'elles étaient plus belles. Élec trisantes. Dadou regardait toujours avant de cracher. Il regardait deux fois pour ne cracher qu'une. Ces corpslà, avec leurs allumageslà, étaient pourtant des corps à histoiressucculents à la vue, mais
9
Extrait de la publication
Dossier : se307324_3B2 Document : ante_peuple_307324 Date : 2/11/2009 16h35 Page 10/224
fallait s'arrêter à la simple folie de regarder, se fati guer les yeux. La fille aux lunettes, Dadou l'avait regardée pen dant six mois. On allait vers la fin de l'année heureusement. Il y aurait les vacancesil y aurait ces choseslà, à ces placeslà, il aura oublié. Toutes ces technicités que le diable avait enfouies dans un corselet aussi éblouissant que tendancieux, et contre lesquelles Dadou s'était surpris en train de lutter, parfois, avec un excès de bonne volonté qui débou chait sur la nervosité. Puis il s'était persuadé qu'il avait le « droit » de la regarder. Elle s'offrait à sa vue de façon toujours piégée, à des moments et en des lieux piégés. Dadou alla à la découverte de ce corps, délicieux, harmonieux, subversif. Il l'avait deviné à certains endroits, à certaines profondeurs, avec l'hésitation d'un bébé qui découvre le feu, mais seulement après s'être persuadé qu'il n'était pas, lui, Dadou, monsieur le citoyen directeur, amoureux d'une gamine. À quoi voulezvous que ça ressemble, un citoyen directeur amoureux d'une gamine, sinon à un gros cochon dans une grosse cochonnerie ? Elle était venue dans son bureau ce matinlà, avec sa toujours même manière de sourire. À sa vue, Dadou avait hâtivement mais résolument pris des « précautions ». Bonsoir, ditelle, s'asseyant sur le bord de la table. Ajoutez monsieur le directeur, s'il vous plaît, précisa Dadou. Elle n'ajouta rien. Dadou leva les yeux. Comme un corps éblouissant que va quitter la vie, elle hale
10
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi