L'art du célibat - Ils vécurent seuls et n'eurent aucun enfant

De
Publié par

L’histoire, vous la connaissez tous : on tombe amoureux et hop, on passe le restant de nos jours à sourire bêtement.
Malheureusement les contes de fées ont oublié deux ou trois détails sur la vie à deux : les négociations, les engueulades, le laisser-aller… Pour résumer : la réalité. Heureusement, ce livre va vous sauver la vie.
- Vous apprendrez à provoquer une rupture (sans perdre vos amis ni votre réputation).
- Vous maîtriserez les techniques pour rester célibataire (en créant des incompatibilités et en évitant les situations dangereuses).
- Vous saurez contourner les pièges et répondre aux sempiternelles questions de votre entourage qui n’a qu’un seul objectif : vous caser !
- Vous répondrez aux défis du quotidien (réparer un lavabo, repasser une chemise, surmonter vos coups de blues).
La vie est trop courte pour être partagée : vivez heureux, vivez solo.
Publié le : lundi 15 février 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782822214810
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ISBN : 978-2-822-21481-0
© 2016 Jungle
Jungle est une maison d'édition du groupe Steinkis
Tous droits résers pour tous pays.
Il est strictement interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur,
de reproduire (notamment par photocopie ou par numérisation)
partiellement ou totalement le présent ouvrage, de le stocker dans
une banque de dones ou de le communiquer au public,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
Première édition – Janvier 2016
pôt légal : janvier 2016
Crédits photographiques : Illustrations de couverture : © Vrymoet –
Shutterstock.com (homme) ; © RetroClipArt – Shutterstock.com (femme)
Illustrations intérieures : © RetroClipArt – Shutterstock.com (hormis p. 62
et 92 © Maïa Mazaurette ; p. 64 © Doris Rich – Shutterstock.com)
Sommaire
Introduction – Non, l’amour n’est pas obligatoire
Chapitre 1 – Pourquoi choisir le célibat ?
Qu’est-ce qu’un couple ?
Quelques données scientifiques sur les méfaits
du couple
Une déception programmée
Les avantages variés du célibat
En couple ou en solo : les journées types
Ces choses dégoûtantes que font les couples
Échelle « David Cronenberg » du dégoût
L’impact émotionnel du couple
Étude de cas : la célibattante & le bachelor
Point étymologique
Bac philo : indépendance ou égoïsme ?
Manque d’amour, gloire et beauté : quelques céli-
bataires célèbres
Le budget du célibataire
La rencontre comme politesse du désespoir
Psychotest : quel célibataire êtes-vous ?
Chapitre 2 – Comment devenir célibataire ?
On ne naît pas célibataire, on le devient : que faire
quand on est déjà en couple
Comment se rendre invivable
Les phases de la rupture
En cas de coup dur : comment déménager en
deux heures, douche comprise
Relations publiques : comment se faire passer
pour une victime et garder tous vos amis
La gestion des ex
Conseil de vie : un ninja vous répond
Comment pousser une personne jusqu’au point
de rupture
Chapitre 3 – Comment rester célibataire ?
S’enlaidir physiquement :
de l’esthète au désastre
Comment senlaidir psychologiquement
Body language : tenir ses distances
Ruiner une première conversation
Repousser des avances
Comment créer des incompatibilités
Rester ghetto : les conseils du commandant Alpha
(de la DGSE)
Lennemi vient de partout
Éviter les situations dangereuses
Reconnaître l’ennemi : les répliques préférées de
ceux qui vous veulent du mal
Et pourtant, ils tentent….
Chapitre 4 – Le célibat à long terme
Que répondre quand on vous demande de justi-
fier votre choix de vie ?
Prosélytisme : comment saboter les autres cou-
ples ?
Le célibat au jour le jour
Comment mentir à son entourage : la relation
imaginaire
Bonus : la technique du secret inavouable
Sur le long terme… votre pire ennemi, c’est vous-
même !
Chapitre 5 – Questions de célibataires
Et si je veux un enfant ?
Que faire face aux défis genrés, tels que repasser
une chemise ou réparer un lavabo ?
Que faire en cas de grippe ?
Qui poussera ma chaise roulante quand je serai
vieux ?
Que faire en cas de coup de blues ?
Que faire de ses pulsions sexuelles ?
Et la tendresse, bordel ?
Que faire en cas de rechute dans le couple ?
Que faire en cas d’ami célibataire déprimant ?
Comment utiliser le célibat pour forniquer ?
Le Graal ultime : comment atteindre le célibat
dans son couple ?
Conclusion – Bienvenue au nirvana !

Non, lamour nest
pas obligatoire
L’histoire, vous la connaissez : ils s’aiment, ils
vivront heureux pour toujours. La même histoire,
pour tous les enfants. Et pour tous les adultes. Bien
sûr, vous êtes au courant que si les contes de fées
reflétaient la réalité, vous devriez taper des dragons
et des trolls afin d’épargner pour votre retraite.
Vous savez que c’est juste une histoire, et que les
caisses d’assurance vieillesse sont bien plus fourbes
que les dragons. Mais si vous faites partie de la
majorité des personnes qui finiront en couple ou
qui cherchent leur moitié, vous vivez quand même
comme si l’âme sœur vous attendait avec bienveillance
au rayon « bougies parfumées » du supermarché. Or
si les caisses d’assurance vieillesse sont plus fourbes
que les dragons, les âmes sœurs sont plus complexes
et déceptives que toute l’administration française
réunie. Je sais, ça fait mal. Mais c’est la réalité.
Pourquoi parvenons-nous à être des personnes
raisonnables sauf 1) dans les bureaux de vote,
2) devant une boîte de cookies, 3) quand il s’agit
de se mettre en couple ? Parce qu’on touche là au
fantasme originel. Lamour.
Alors plutôt que de parler des fantasmes originels…
commençons par la fin.
Quel est le principal regret des personnes sur leur
lit de mort ? Il y a quelques années, une infirmière
australienne spécialisée en soins palliatifs nous
apportait la réponse : nous regrettons d’avoir été
conformistes, d’avoir trop travaillé, de ne pas avoir
assez exprimé nos émotions, d’avoir perdu nos amis,
de ne pas avoir priorisé notre bonheur.
Lamour là-dedans ? Nulle part.
Nada. Zéro. On s’en fiche.
N’est-il pas suspect qu’on nous présente systé-
matiquement le couple comme le meilleur moyen
d’atteindre l’épanouissement génital, cardiaque et
cérébral… alors qu’on zappera cette information
« capitale » au moment de faire le bilan ? Quelle
est cette incarnation du bonheur qui compte si
peu ? Pourquoi continuer à vendre l’amour comme
le paradis sur Terre, avec des cygnes passant dans
le lointain, des couchers de soleil et des chevaux en
liberté sur la plage, quand on sait pertinemment que
les cygnes mordent les enfants, que les couchers de
soleil rendent aveugle et que les chevaux sentent le
poney ?
C’est un fait indéniable : l’amour n’est ni obliga-
toire ni nécessaire à une vie « complète » – pas
plus que planter un arbre, prendre un enfant par la
main, caresser un chaton de manière non zoophile,
insérez ici votre cliché préféré des bouquins de
développement personnel. S’il fallait résumer la
situation : seuls les impôts et la mort sont obliga-
toires.
Léquation « bonheur = amour = couple =
monogamie » est une arnaque, au même titre que
les chaussettes taille unique. Ce n’est pas parce que
la société occidentale a passé les derniers siècles
à nous infliger la monogamie que ce modèle est
devenu adéquat, sinon il faudrait rétablir l’esclavage
et renoncer aux tampons hygiéniques, ce qui, vous
en conviendrez, est hors de question.
Le bonheur n’est pas duplicable. Il ne connaît
pas de recette, même si on recommande de mettre
beaucoup de beurre et de sucre. Tout simplement
parce que nous ne sommes pas des numéros (sauf
pour les impôts et la morgue, notez comme tout est
cohérent).
Il y a des personnes qui ne tombent jamais amou-
reuses, d’autres qui tombent amoureuses sans sexua-
lité, d’autres qui préfèrent l’amour de leur chien ou
celui de leurs enfants, d’autres qui voueront leur vie
à la contemplation des hannetons.
Face aux défis que nous impose l’amour à taille
unique, célébrer la diversité n’est pas suffisant :
le couple nest pas nécessaire, tout le monde en
conviendra, mais peut-être le couple nest-il pas
souhaitable. Peut-être s’en tirerait-on mieux sans se
forcer à respecter la carte du
Tendre – qui ressemble de
plus en plus au code pénal.
Pourquoi ne pas se débarras-
ser de tout ce folklore ?
Et se permettre, enfin, un peu
d’égoïsme bien placé ?
1
Pourquoi choisir
le célibat ?

• Pour les films hollywoodiens, une combinaison
de bonheur simple, de baisers interminables et de
Sens De La Vie (sans amour, on aura le bon gt de
se supprimer).
• Pour nos parents, une manière d’assurer la lignée
(alors que personne ne nous a prévenus qu’on était
la reine d’Angleterre).
Pour les machos et les misandres, une oppres-
sion.
Pour les économistes, un partenariat fondé sur la
mise en commun des biens et des avantages sociaux.
Ce qui permet de licencier avec moins d’états d’âme.
Pour les princesses, une possibilité d’ascension
sociale et de robe vraiment, vraiment moche.
Pour les vieux héritiers, une possibilité de frimer
en exhibant sa femme-trophée.
Pour les hygiénistes, une motivation à prendre
des douches.
Pour les fleuristes, les bijoutiers, les chocola-
tiers et les gestionnaires de salles de cinéma,
une super-opportunité de business.
• Pour les politiques, un opium du peuple.
Pour les agents immobiliers et les propriétaires
de deux-pièces à louer, une terrible perte de
revenus.
Pour les groupes d’amis, la source numéro un
d’engueulades.
• Pour nos meilleurs amis, une disparition.
Pour notre estime de soi, la certitude d’une
validation sociale et que quelqu’un vous attend
quelque part (pour porter vos valises).
Mais pour nous-mêmes ? Qui ose encore poser la
question ?

du couple
Quand vos parents cherchent à vous convaincre des
bienfaits de la vie à deux, les mêmes arguments re-
viennent toujours : stabilité émotionnelle, possibilité
de fonder une famille, bienfaits physiques, poil bril-
lant. Traduisons : ils jalousent votre indépendance,
ils veulent jouer à la marelle mais sans changer trop
de couches, ils sont soulagés à l’idée que quelqu’un
pousse un jour leur chaise roulante. Si vous voyez du
glamour là-dedans, surtout, faites signe.
Commençons par un rappel tout simple : mieux vaut
être seul que mal accompagné.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.