L'enlèvement des Sabines, chanson en cinq actes

Publié par

A. Hiard (Paris). 1831. In-12. Pièce cartonnée.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1831
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'ENLEVEMENT
DES SABINES,
CHANSON EN CINQ ACTES.
PARIS.
A. HIARD, LIBRAIRE-ÉDITEUR
de la Bibliothèque des Amis des Lettres ,
HUE SAINT-JACQUES, N° l56.
1851.
IMPRIMERIE DE MARCHAND DO BREUIL 7
Rue de la Harpe, n° go
L'ENLEVEMENT
DES SABINES.
ACTE PREMIER.
AIR: Oser demander de l'argent!
Romulus, à ce qu'il paraît,
N'entendait pas la raillerie :
Il tua son frère cadet,
Qui fit une plaisanterie :
Celui-ci franchit un fossé
Nonobstant sévère défense.
Il eut le crâne fracassé
Pour apprendre l'obéissance.
Romulus, après ce haut fait,
Gouverna seul et sans partage :
Il l'assembla, comme l'on sait,
Tous les voleurs du voisinage.
Ces travailleurs de grands chemins,
Étant d'humeur assez mutine,
Allaient manger chez leurs voisins
Pour ne pas faire de cuisine.
( 4 )
Voyant ses états florissans,
Et chacun faisant bonne chère,
Romulus dit: Mes chers enfans,
Nous vivons bien , la chose est claire :
Mais nous avons tous , je le sens ,
Quelque goût pour !e mariage ;
Nous sommes assez bonnes gens,
Il faut donc nous mettre en ménage.
L'on admire, l'on applaudit
L'ancien nourrisson de la louve ;
Chacun se rend à ce qu'il dit,
En battant des mains on l'approuve.
Pour multiplier le lien
Qui devait récréer leurs âmes,
Il ne leur fallait presque rien-,-
Il ne manquait plus que des femmes, (i)
i
Demain, ajoute Romulus,
Nous saurons trouver notre affaire;
Et parmi nous je ne ne veux plus
Qu'on voie un seul célibataire.
Les femmes de nos alliés,
Messieurs, ne nous déplaisent guères :

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.