Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

L’Ennemi adoré de Chionatée

De
0 page

La belle Chionatée ne connaît rien d’autre que le pays des fées de glace, dont sa mère est la reine. Or, selon une ancienne prophétie, le jour est proche où le royaume entrera en guerre contre les elfes de feu, et c’est Chionatée elle-même qui devra mener la lutte. Mais comment s’y prendre quand on est jeune et sans expérience, et surtout que l’on n’a pas la moindre envie de combattre ? Défiant ce destin tout tracé, la fée décide de s’envoler vers le territoire de ses ennemis. Qui sait si, en dépit de leurs différences, l’un des leurs saura entendre et partager sa cause ?

12 000 mots (nouvelle)

« Une belle écriture, un très joli conte de fées avec une touche de mythologie et une belle philosophie de l’amour et de la paix. » Manon Montauran (auteure de Un marquis pour l'an 2000)

« C’est avec plaisir que je redécouvre la magnifique plume de Cécile Brun qui nous transporte sans difficultés dans un autre monde ! Elle a une écriture fluide, poétique, prenante et accessibles pour tous publics. » Kelly (du blog s0kellys.com)


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Résumé

La belle Chionatée ne connaît rien d’autre que le pays des fées de glace, dont sa mère est la reine. Or, selon une ancienne prophétie, le jour est proche où le royaume entrera en guerre contre les elfes de feu, et c’est Chionatée elle-même qui devra mener la lutte. Mais comment s’y prendre quand on est jeune et sans expérience, et surtout que l’on n’a pas la moindre envie de combattre ? Défiant ce destin tout tracé, la fée décide de s’envoler vers le territoire de ses ennemis. Qui sait si, en dépit de leurs différences, l’un des leurs saura entendre et partager sa cause ?



L’ENNEMI ADORÉ DE CHIONATÉE

Cécile Brun



Corrigé par Amélie Voyard-Venant et Jeanne Corvellec





ÉDITIONS LASKA

Montréal

Éditions Laska
Montréal, Québec
Courriel : info@romancefr.com

Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, personnages, lieux et incidents sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés de manière fictive. Toute ressemblance avec des faits réels ou des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Tous droits réservés
© Hélène Kehm, 2013
Extrait de La Saga de Moira et Svein © Éditions Laska, 2013.

Aucune reproduction ou transmission, totale ou partielle, n’est autorisée sans le consentement écrit préalable de la détentrice des droits et de l’éditeur.

Le téléchargement de cet ebook sur d’autres sites que ceux autorisés par l'éditeur ainsi que son partage au-delà du cadre strictement familial et privé est interdit et puni par la loi. Les Éditions Laska s’engagent à ne pas apposer de DRM ni d’autre mesure visant à restreindre l’utilisation de cet ebook par les personnes l’ayant dûment acquis.

Illustration de couverture © Allvin Artdesigner
Lettrage : Jeanne Corvellec

ISBN : 978-2-924242-08-7

Table des matières

Chapitre 1 : La prophétie d’Apostolia

Chapitre 2 : Le départ

Chapitre 3 : Les trois océans de Dagmar

Chapitre 4 : Anthéis

Chapitre 5 : La rencontre de deux éléments contraires

Chapitre 6 : L’aveu

Chapitre 7 : Délivrance


L’auteure


La Saga de Moira et Svein (Chapitre 1)

Chapitre 1
La prophétie d’Apostolia

Chionatée se frottait le visage. Doucement, une poussière de givre s’effrita au creux de ses fins doigts glacés. Elle se regarda dans le miroir, natta sa longue chevelure bleutée, se fit des moues, prenant des poses. On la disait encore plus désirable que sa mère Néféli, la grande reine, dont la beauté était pourtant iconique et les pouvoirs terriblement craints. D’ailleurs, Chionatée avait rendez-vous avec cette dernière et elle était déjà en retard. Elle l’imaginait en train de s’impatienter dans sa grotte de glace, déjà assise, hiératique, sur son trône. Chionatée savait qu’elle la trouverait seule dans la grande salle translucide. En effet, le genre masculin n’existait pas à Néféli : les fées se reproduisaient lorsqu’elles le souhaitaient, en se baignant nues dans l’immense océan de Barsania. L’eau, étrangement, les fécondait à chaque fois.

La reine Néféli attendait donc sa fille, de plus en plus nerveuse malgré son calme apparent. Elle avait fait évacuer toutes ses conseillères car elle voulait lui parler sur le ton de la confidence. Ce qu’elle avait à lui annoncer, en ce matin où la troisième lune bleue venait de s’ aligner, était particulièrement difficile. Comment expliquer à sa fille de seulement dix-neuf éclipses qu’une guerre cruelle et sans merci était imminente ? La prophétie d’Apostolia avait annoncé cette guerre depuis longtemps, mais Néféli avait tenu à protéger Chionatée de cette menace terrible. Par conséquent, cette dernière n’était au courant de rien. Il était cependant grand temps de lui avouer cette implacable prédiction et, enfin, de la préparer. Néféli se sentait prête : elle avait eu un long règne et une vie bien remplie, c’était le moment propice pour transmettre la totalité de ses pouvoirs à sa fille.

Justement, cette dernière se tenait à présent devant sa mère. Elle se prosterna, comme toutes les fées en avaient l’habitude ; peut-être même se courba-t-elle encore plus. Ses yeux azur observaient la reine, dont le visage arborait une expression particulièrement tragique. Elle pressentit dans tout son jeune corps de fée que les moments à venir seraient douloureux.

« Chionatée… » commença la reine, puis elle s’interrompit, comme trop émue pour s’exprimer. Elle reprit avec courage :

« Je n’ai plus le choix maintenant, je dois te parler de la prophétie d’Apostolia ! »

Si Chionatée avait effectivement entendu parler d’Apostolia, la première fée, créatrice du royaume de Néféli, elle n’avait en revanche jamais entendu parler de cette prédiction.

« Je t’écoute, répondit-elle, attentive, ses deux grands yeux braqués sur Néféli.

— On vient de nous déclarer la guerre !

— Qui ? demanda aussitôt Chionatée.

— Les êtres de feu, les Elpidis. Des elfes qui ne vivent pas comme nous sous la protection des lunes, mais sous celle des astres solaires.

— Et alors ? Sont-ils plus forts que nous pour autant ? »

Néféli hésita un instant avant de répliquer :

« Ils sont effectivement très puissants, et ils ont toujours voulu nous annexer à leur royaume. Mais surtout, ils possèdent le pouvoir du second genre… »

Chionatée regarda sa mère sans comprendre. Celle-ci chercha alors à élucider cette difficile notion aussi simplement que possible :

« Des fées de feu s’en servent pour se reproduire avec ces elfes. Elles sont d’une très grande beauté, paraît-il, mais cruelles… »

La jeune fée réfléchit à cela une seconde avant d’ajouter, bravache :

« Eh bien, ils ne me font pas peur. Nous possédons toutes ici de très grands pouvoirs ! Nous pouvons très bien, à mon avis, les neutraliser si nécessaire. »

Mais Néféli avait pris un air plus grave :

« Je viens de te l’expliquer : les êtres de feu ont la réputation d’être invincibles, et la prophétie d’Apostolia annonce qu’une guerre impitoyable éclatera entre les fées des glaces et les elfes de feu, menant à l’anéantissement complet de l’un des clans, l’année où les trois lunes bleues seraient parfaitement alignées.

— En ce moment même ! comprit aussitôt Chionatée.

— Oui, ma fille. Je dois donc te léguer chacun de mes dons.

— Mais non, je n’en ai pas besoin ! Je sais voler dans n’importe quel coin de notre territoire, et lorsque je me concentre sur mon regard, il peut transpercer et fendre une arme de l’acier le plus dur. »

La Reine sourit devant tant d’innocence.

« Je crains que cela ne suffise pas, ma fille. Il te faudra également le pouvoir de te transporter jusqu’au royaume des elfes de feu. Moi seule le possède, mais je suis trop vieille. Selon la prédiction, la guerre confrontera les jeunes héritiers des deux royaumes ennemis. Toi, Chionatée… »

Néféli s’interrompit, visiblement troublée. Baissant la voix, ne voulant pas affoler sa fille, elle continua finalement :

« …et Anthéis, le jeune prince de feu qui traîne derrière lui une réputation démoniaque… Tu seras obligée de le combattre, Chionatée, puis de le vaincre, autrement il n’hésitera pas à vous anéantir ! »

La jeune fée resta interdite — elle avait remarqué le « vous » employé par sa mère et elle en éprouva immédiatement un certain malaise. Elle ne se sentait vraiment pas une âme de guerrière, ni celle d’une combattante, hardie et téméraire. Surtout, elle n’avait rien d’une meneuse de troupes. Elle n’en avait pas le trait d’esprit. Sa vie était en train de changer radicalement depuis que les trois lunes s’étaient alignées, impeccablement, les unes à côté des autres, et son avenir lui parut soudain hostile.

Néféli la conduisit ensuite dans une grande salle bordée de stalactites. Au centre coulait une source bouillonnante d’où s’échappait de la vapeur d’eau multicolore. La reine en remplit un gobelet d’or et le donna à boire à sa fille en lui murmurant d’une triste voix :

« Voilà. Lorsque tu auras tout bu, tu détiendras la faculté de voler jusqu’au royaume des Elpidis. Mais auparavant, je dois te dire adieu. Nous ne pouvons pas être deux à posséder ce don. Je vais donc partir, n’aie pas de peine… Je vais me résoudre à mon devoir et retourner à la grande source… »

Chionatée pleura de désespoir, elle comprenait qu’elle allait perdre sa mère. Elle hurla :

« Non ! Ne fais pas ça, ne me laisse pas ! »

Mais Néféli s’avançait déjà dans l’eau bouillante, où elle disparut en quelques minutes.

La jeune fée se retrouva seule et désolée, le gobelet toujours à la main. Elle décida d’en boire le contenu d’une seule traite. Elle s’attendait aux conséquences les plus incroyables. Cependant, rien de dramatique ne se produisit. Chionatée ressentit seulement qu’elle possédait dorénavant le pouvoir de se transporter loin, hors son territoire, pour affronter Anthéis, l’elfe de feu. Elle se rendit compte brusquement que ses ailes s’étaient allongées.

Elle fut prise alors d’une immense lassitude et quitta la salle de la source chaude pour aller se reposer. Des fées lui avaient entre-temps changé sa couche. Celle-ci était à présent somptueuse, digne de la reine qu’elle était devenue depuis le sacrifice de sa mère. Depuis que la prophétie d’Apostolia avait débuté son travail de destruction. Éreintée, elle s’endormit si vite qu’elle n’eut finalement pas le temps d’éprouver du chagrin.

Chapitre 2
Le départ

Son sommeil fut agité de cauchemars de guerre, dans lesquels apparaissait le visage soucieux de sa mère s’enfonçant inexorablement vers la grande source. Chionatée se demandait si Néféli avait eu foi en ses capacités. Avait-elle vraiment pensé que sa fille serait capable de...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin