L'Épée brisée

De
Publié par

« Imric n’eut qu’un bref aperçu d’une massive silhouette encapée, chevauchant une monture plongeant vers la terre, plus rapide que le vent, un gigantesque cheval à huit pattes monté par un homme à la longue barbe grise et au chapeau à larges bords. L’éclat de la lune accrocha la pointe de sa lance et son œil unique… Il traversait les cieux à la tête de sa troupe de guerriers morts, et les chiens aux yeux de feu aboyaient comme le tonnerre. Sa corne hurla dans la tempête, les sabots de sa monture tambourinaient comme la grêle tombant sur un toit ; et […] la pluie se déchaîna sur le monde. »


Voici l’histoire d’une épée qu’on dit capable de trancher jusqu’aux racines mêmes d’Yggdrasil, l’Arbre du Monde. Une épée dont on dit qu’elle fut brisée par Thor en personne. Maléfique. Forgée dans le Jotunheim par le géant Bölverk, et appelée à l’être à nouveau. Une épée qui, une fois dégainée, ne peut regagner son fourreau sans avoir tué. Voici l’histoire d’une vengeance porteuse de guerre par-delà le territoire des hommes. Un récit d’amours incestueuses. De haine. De mort. Une histoire de destinées inscrites dans les runes sanglantes martelées par les dieux, chuchotées par les Nornes. Une histoire de passions. Une histoire de vie…


« Lire L’Épée brisée, c’est comprendre en grande partie les origines d’une tradition parallèle de la fantasy représentée entre autres par M. John Harrison, Philip Pullman et China Miéville, des écrivains qui rejettent le confort d’un pub oxfordien et restent délibérément proches de résonances mythiques plus profondes », dit Michael Moorcock. Et le créateur d’Elric de rajouter qu’il s’agit là « d’un des plus influents livres de fantasy » qu’il ait jamais lus. Publié aux USA en 1954, à l’instar du premier volet du Seigneur des Anneaux, dont il s’avère une antithèse brutale. Un chef-d’œuvre jamais traduit en France. Jusqu’à ce jour.



  • Préface, par Michael Moorcock

  • Avant-propos, par Poul Anderson

  • L'Épée brisée

Publié le : vendredi 14 novembre 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782843446412
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Poul Anderson – L’Épée brisée
Poul Anderson
L’Épée brisée
2
Poul Anderson – L’Épée brisée
Le Bélial’ vous propose volontairement des fichiers dépourvus de dispositifs de gestion des droits numériques (DRM) et autres moyens techniques visant la limitation de l’utilisation et de la copie de ces fichiers. Si vous avez acheté ce fichier, nous vous en remercions. Vous pouvez, comme vous le feriez avec un véritable livre, le transmettre à vos proches si vous souhaitez le leur faire découvrir. Afin que nous puissions continuer à distribuer nos livres numériques sans DRM, nous vous prions de ne pas le diffuser plus largement, via le web ou les réseaux peer-to-peer. Si vous avez acquis ce fichier d’une autre manière, nous vous demandons de ne pas le diffuser. Notez que, si vous souhaitez soutenir l’auteur et les éditions du Bélial’, vous pouvez acheter légalement ce fichier sur notre plateformee . b e l i a l . f rchez ou votre libraire numérique préféré.
3
Poul Anderson – L’Épée brisée
© 1 9 5 4 b y P o u l A n d e r s o n P r é f a c e© 2003 by Michael Moorcock, parue en tant que critique du livre dansThe Guardian, 25 janvier 2003 I S B N : 9 7 8 - 2 - 8 4 3 4 4 - 6 4 0 - 5 P a r u t i o n : n o v e m b r e 2 0 1 4 V e r s i o n : 1 . 0 — 2 0 / 1 0 / 2 0 1 4 © 2 0 1 4 , L e B é l i a l ’ p o u r l a p r é s e n t e é d i t i o n C o u v e r t u r e e t i l l u s t r a t i o n s i n t é r i e u r e s © 2 0 0 6 , N i c o l a s F r u c t u s
4
Poul Anderson – L’Épée brisée
Préface – par Michael Moorcock –
D eu x livres sem b lab les fu ren t p u b liés en 1 9 5 4 . L e p rem ier, au x É tats-U n is, étaitL ’É p ée b riséeauseco n d , L e  d e P o u l A n d erso n . R o y au m e -U n i, étaitC om m u n a u té L a l’a n n ea ud e . T o lk ien .e J. R . R  d C es d eu x g estes s’in sp iraien t d e so u rces scan d in av es et an g lo -sax o n n es b ien co n n u es, m ais celle d ’A n d erso n était sen sib lem en t p lu s p ro ch e d e ses racin es, u n e trag éd ie so m b re et h aletan te o ù l’am b itio n , l’am o u r et l’h éro ïsm e h u m ain s, m an ip u lés p ar d es tro lls, d es elfes et d es d ieu x am o rau x , co n d u isaien t à d es co n séq u en ces in év itab lem en t fu n estes. L o rsq u e je l’ai lu d an s m a jeu n esse, le liv re d ’A n d erso n m ’a fait u n e si fo rte im p ressio n q u ’il m ’a été im p o ssib le d ’ap p récier celu i d e T o lk ie n . O n tro u v ait d an s ch acu n d ’eu x u n artefact m ag iq u e d o té d ’u n g ran d p o u v o ir, d o n t le p o ssesseu r était in cité à co m m ettre le m al. C h acu n d ’eu x d écriv ait la F aërie co m m e u n u n iv ers d ’an tiq u es races p ré -h u m ain es d o n t la p u issan ce était su r le d éclin . C h acu n d ’eu x m ettait en scèn e d es p erso n n ag es citan t o u in ven tan t d es p o èm es b ard iq u es av ec la p lu s g ran d e facilité. N éan m o in s, je n ’ai p as p u p ren d re T o lk ien au sérieu x . O u tre so n to n d e co n teu r p o u r en fan ts, j’étais g ên é p ar ses in co h éren ces en m atière d e tem p s , d ’esp ace et d e p sy ch o lo g ie, et scep tiq u e d ev an t ses p erso n n ag es fém in in s et ses p ro tag o n istes q u asim en t in fan tiles. A n d erso n situ ait so n récit au to u t d éb u t d u d eu x ièm e m illén aire, d an s le D an elaw an g lais, à l’ép o q u e o ù « le C h rist b lan c » m en açait la p u issan ce d es an cien s d ieu x . Il y ex p liq u ait q u e celu i q u i n ’était p as
5
Poul Anderson – L’Épée brisée
d o u é d e « l’œ il d e so rcier » p o u v ait n e v o ir q u e d e sin istres m o n tag n es et d es co llin es p arsem ées d e ro ch ers là o ù se tro u v aien t d es cités et d es ch âteau x elfiq u es. O n le cro y ait san s p ro b lèm e q u an d il d isait q u e les falaises d e calcaire d u Y o rk sh ire étaien t en fait les escarp em en ts d ’A lfh eim . S es p erso n n ag es fém in in s étaien t au ssi b ien d essin és et to u t au ssi m o tiv és q u e les m ascu lin s. P ar ailleu rs, les v ers an d erso n ien s im ités d e l’E d d a é taien t m eilleu rs. C ertes, il n ’avait p as rem p li so n livre d e cartes, d e ch ro n o lo g ies et d e g lo ssaires. Il av ait o m is d ’y g lisser u n p atriarch e sag e et o m n iscien t. L a seu le fig u re p atern elle q u ’o n y tro u v ait était O d in , q u i m o b ilisait to u tes ses resso u rces p o u r su rv iv re. L es e p erso n n ag es d ’A n d erso n ap p arten aien t auXI siècle et se m o n traien t so u v en t b ru tau x , crain tifs et su p erstitieu x . L eu r v ie était b rèv e. L ’id ée q u ’ils se faisaien t d e l’av en ir était p lu tô t so m b re, car ils sav aien t q u e R ag n aro k était p ro ch e. P ar so u ci d e sécu rité, m êm e les p rêtres ch rétien s m én ag eaien t les A ses. L ’É p ée b risée s’o u v re p lu s san g lan te. U n D an o issu r u n e scèn e d es co n q u éran t m assacre u n e fam ille sax o n n e p o u r s’em p arer d e ses terres. P eu ap rès, alo rs q u ’il ch ev au ch e so u s la p lein e lu n e, le d u c Im ric, so u v erain d e to u s les elfes d ’A n g leterre , ren co n tre u n e so rcière sax o n n e, seu le su rv iv an te d e l’h écato m b e. P o u ssée p ar sa so if d e v en g ean ce, elle lu i d it q u e le D an o is a u n fils n o u v eau -n é q u i n ’est p as en co re b ap tisé. C o n n aissan t b ien la v aleu r d es h u m ain s, q u i o n t le p o u v o ir d e m an ier le fer, Im ric s’em p resse d e reg ag n er so n ch âteau p o u r co n cev o ir av ec u n e p rin cesse tro ll cap tiv e u n ch an g elin q u ’il su b stitu e au b éb é, d o n n an t à ce d ern ier le n o m d e S k aflo c. Im ric d éclen ch e ain si u n e ch aîn e d ’év én em en ts terrib les, an n o n cés p ar le p résen t q u ’ap p o r te S k írn ir, le m essag er d es d ieu x , lo rs d e la cérém o n ie o ù l’en fan t est n o m m é. Il s’ag it d ’u n e an tiq u e ép ée d e fer b risée en d eu x . C ette ép ée est d estin ée à être restau rée. C ela n ’an n o n ce rien d e b o n , n i p o u r les h o m m es n i p o u r les elfes. P en d an t ce tem p s, les D an o is b ap tisen t V alg ard l’être q u ’ils p ren n en t p o u r leu r en fan t. L es d eu x g arço n s g ran d issen t. Jo y eu x , co u rag eu x , g racieu x , S k aflo c fait h o n n eu r à so n p eu p le ad o p tif. V alg ard , so n ég al en fo rce p h y siq u e, est u n e b ru te m au ssad e. S k aflo c d ev ien t le ch é ri d ’A lfh eim . V alg ard d ev ien t u n cru el b erserk er. S éd u it p ar la so rcière, q u i lu i d o n n e d e n o u v eau x p o u v o irs, V alg ard ajo u te b ien tô t à ses crim es ceu x d e fratricid e et d e p arricid e. A v ec la ju b ilatio n d ’u n d ram atu rg e jaco b éen , A n d erso n ép ice so n in trig u e d e trah iso n s, d e rap in es et d ’in ceste. N o tre cap acité h u m ain e à v iv re et à aim er est ex p lo itée p o u r asso u v ir les am b itio n s d es A ses et d e la F aërie. L o rs d ’u n e ex p éd itio n au T ro llh eim , les elfes d éco u v ren t q u ’u n e arm ée se m asse en v u e d e d étru ire A lfh eim à jam ais. V alg ard
6
Poul Anderson – L’Épée brisée
d éco u v re la v érité su r ses o rig in es et rejo in t les tro lls. F atalem en t, S k aflo c to m b e am o u reu x d ’u n e fem m e q u ’il arrach e au x g riffes d e V alg ard . In év itab lem en t, lo rsq u e les elfes so n t d éfaits, il se la n ce d an s u n e q u ête p o u r fo rg er à n o u v eau l’ép ée b risée. F in alem en t, to u s so n t v ain cu s p ar leu rs p ro p res p assio n s. T o u tes les v icto ires sero n t am ères. L a sag a d e T o lk ien reflétait le sen tim en t d e sacrifice ty p iq u e d es œ u v res im m éd iatem en t p o stérieu res à la P rem ière G u erre m o n d iale. C elle d ’A n d ers o n sem b le faire éch o à l’h u m eu r ex isten tielle d e l’O ccid en t à l’issu e d e la S eco n d e G u erre m o n d iale.b riséeL ’É p ée u n e a am b ian ce p ro ch e d e celle d es m eilleu rs film s n o irs d es an n ées 1 9 4 0 , lesq u els o n t été co n çu s en réactio n à la rh éto riq u e ro m an tiq u e d u n azism e. A u x cô tés d e M erv y n P eak e, d e H en ry T reece et m êm e d e T . H . W h ite, A n d erso n a in flu en cé u n e éco le d efa n ta syiq u e ép d iam étralem en t o p p o sée à celle, co n so latrice, d esIn k lin gs. E n 1 9 7 1 , A n d erso n a rév isé so n liv re et l’a affad i. V icto r G o llan cz, q u i fait d e l’ex cellen t trav ail av ec sa co llectio n d e ch efs -d ’œ u v re d e lafa n ta syo rig in alela v ersio n , a eu le b o n sen s d e p u b lier d e 1 9 5 4 . L a lire, c’est co m p ren d re en g ran d e p artie les o rig in es d ’u n e trad itio n p arallèle d e lafa n ta syp ar au tres en tre résen tée  rep M . Jo h n H arriso n , P h ilip P u llm an et C h in a M iév ille, d es écriv ain s q u i rejetten t le co n fo rt d ’u n p u b o x fo rd ien et resten t d élib érém en t p ro ch es d e réso n an ces m y th iq u es p lu s p ro fo n d es. M ich a el M oorcock , 2 0 0 3
7
Poul Anderson – L’Épée brisée
Avant-propos – par Poul Anderson –
P o u r p arler fran ch em en t, ce liv re est u n e g este, le récit d ’év én em en ts im p o ssib les se d éro u lan t d an s d es lieu x in ex istan ts. S o n t -ils v érid iq u es o u n o n , c’est u n e q u estio n q u i co n cern e les scien tifiq u es d isp u tan t la réalité d es an n ales d e F aërie et les p h ilo so p h es q u i s’effo rcen t d e d éterm in er la n atu re d e la v érité. L ’h isto rien n e p eu t q u e relater les co n tes ay an t trait au d o u teu x m o n d e d e la F aërie et esp érer q u ’o n les tro u v era ag réab les à lire. Il n ’est p as arm é p o u r d éb attre d e leu r v éracité, n o tam m en t à n o tr e ép o q u e o ù b ien d es ab su rd ités so n t d ev en u es le lo t q u o tid ien et n o m b re d e v érités étern elles ap p araissen t d éso rm ais co m m e d es m en so n g es éh o n tés. P o u r les esp rits cu rieu x , to u tefo is, q u ’o n m e p erm ette d e rem arq u er q u e les p assag es d e ce récit co n cern an t u n iq u em en t d es êtres h u m ain s so n t au ssi ex acts q u e les rares arch iv es d e ce tem p s p erm etten t d e l’affirm er. Il y av ait alo rs q u an tité d e ch rétien s à d em i co n v ertis co m m e O rm , n o m b re d e tran sferts d e p ro p riété p lu tô t b ru tau x , b eau co u p d e v io len ce et, o n p eu t le su p p o ser, b eau co u p d e p aix et d e ten d resse à certain s m o m en ts. N o tre ép o q u e n ’est p as d e celles q u i p eu v en t se p erm ettre d e tax er d e sau v ag erie les ép o q u es q u i l’o n t p récéd ée. P ar ailleu rs, je sais p arfaitem en t q u e les h iv ers an g lais n e so n t p as au ssi fro id s q u e le su g g ère m o n récit. M ais d e n o m b reu x in d ices p o rten t à cro ire q u ’à l’ép o q u e co n sid érée, le clim at an g lais était
8
Poul Anderson – L’Épée brisée
b eau co u p p lu s co n tin en tal q u ’au jo u rd ’h u i, av ec d es étés p lu s ch au d s et d es h iv ers p lu s fro id s. D an s ce cas, il n ’est p as d éraiso n n ab le d ’en v isag er q u elq u es jo u rn ées fran ch em en t g laciales au co u rs d e l’h iv er. L a cu ltu re en ce tem p s -là s’ex p rim ait su rto u t so u s la fo rm e d e p o èm es, q u e to u t h o m m e b ien éd u q u é était cen sé p o u v o ir im p ro v iser et q u e les scald es co m p o saien t d e faço n p lu s o u m o in s p ro fessio n n elle. O n n e ch an tait p as ces v ers m ais o n les récitait — j’ai u tilisé le v erb e « d éclam er » , p ro ch e d e celu i q u i s’im p o sait m ais p o u r leq u el il n ’ex iste p as d ’éq u iv alen t m o d ern e — , en su iv an t certain es règ les d e m étriq u e et d ’allitératio n q u e je m e su is ég alem en t effo rcé d e resp ecter. T o u tefo is, il m ’a p aru av isé d ’o m ettre les m étap h o res p arfo is alam b iq u ées d es scald es et d e n ’év o q u er q u e m o d érém en t les lo u p s et les co rb eau x co n v en tio n n els d es scèn es d e b ataille. O n d it d e S tig v atr, le scald e d u ro i O laf II d e N o rv èg e (p lu s tard sain t O laf), q u ’il p arlait len tem en t m ais versifiait p lu s vite q u e les h o m m es co n versaien t — en fait, il fit u n jo u r to u t u n d isco u rs p o litiq u e so u s fo rm e d e p o èm e, ce q u i n e fu t p as san s effet. Il n e m e sem b le d o n c p a s d éraiso n n ab le d e su p p o ser q u e les h o m m es d e F aërie et les h u m ain s q u ’ils av aien t ad o p tés aien t été ég alem en t d o u és. D e m êm e, il m ’a p aru to u t n atu rel q u e les h ab itan ts d u m o n d e d u m ilieu so ien t su p érieu rs à leu rs co n tem p o rain s h u m ain s su r le p lan tech n o lo g iq u e. S u p p o so n s, si v o u s le v o u lez b ien , q u ’il a v raim en t ex isté d es races cap ab les d e faire d e la m ag ie — c’est-à- d ire d e co n trô ler m en talem en t d es p h én o m èn es ex tern es p ar u n m o y en en co re in co n n u d e n o tre scien ce p h y siq u e. (V o ir certain s trav au x et sp éc u latio n s récen ts su r la « p arap sy ch o lo g ie » .) S u p p o so n s en su ite q u ’ils p o u v aien t v iv re in d éfin im en t, altérer leu r fo rm e p h y siq u e et m aîtriser le m o n d e q u i les en to u rait. U n m étab o lism e co m m e le leu r av ait p eu t -être d es in co n v én ien ts, p ar ex em p le l’in cap acité d e su p p o rter la lu m ière d u so leil et le co n tact d u fer o u d e l’acier, celu i -ci d éclen ch an t ch ez eu x d es réactio n s électro ch im iq u es d ésastreu ses. P o u rq u o i, d an s ce cas, ces im m o rtels n ’au raien t -ils p as co m p en sé leu rs h an d icap s en d éco u v ran t l’a lu m in iu m , le b éry lliu m , le m ag n ésiu m et q u an tité d ’alliag es n o n ferreu x au x p ro p riétés p ro ch es d e celles d e l’acier ? P eu t-être o n t -ils fait d ’au tres in v en tio n s, p ar ex em p le d es n av ires cap ab les d ’u n e très g ran d e v itesse g râce à leu r co q u e résistan t au fro ttem en t. E t b ien q u e les ch âteau x m éd iév au x tels q u e n o u s les co n n aisso n s aien t été in co n n u s à l’ép o q u e d u ro i A lfred , p eu t -être q u e les p eu p les d e F aërie en b âtissaien t d ep u is lo n g tem p s ; d e m êm e, ce q u i p eu t ap p araître co m m e d es an ach ro n ism es n e so n t q u e d es in n o v atio n s d ’u n e race p lu s an cien n e et p lu s sag e q u e l’h o m m e. C ela d it, u n e cu ltu re g u errière et aristo cratiq u e, au co n serv atism e en co re accru p ar la lo n g év ité d e ses m em b res, n ’est p as su scep tib le d e g ran d s
9
Poul Anderson – L’Épée brisée
d év elo p p em en ts scien tifiq u es, et o n n e trou v era n i m ach in e à v ap eu r n i p o u d re à fu sil d an s les ru in es d e F aërie. Q u an t à ce q u ’il est ad v en u d es p erso n n ag es d e cette h isto ire, d e l’ép ée, d e la F aërie elle -m êm e — q u i, d e to u te év id en ce, n ’est p lu s p résen te su r T erre — , ceci est u n e au tre h isto ire, q u i sera p eu t -être co n tée u n jo u r. P ou l A n d erson , 1 9 5 4
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.