L'Excuse

De
Publié par

«J'aurais dû m'en apercevoir dès le début : la première fois que je l'ai vue, le soir où elle a débarqué sur l'île avec ma mère et s'est encadrée dans la porte-fenêtre, éblouie par le décalage horaire et le coucher de soleil, tout coïncidait, tout concordait. Nous reproduisions déjà à notre insu la situation de départ de ce vieux bouquin de James que, comme tous les étudiants américains, j'avais lu à la fac quelques années plus tôt. Sur le moment je n'ai rien compris. Mais maintenant j'en suis sûr : sa personnalité, sa vie, ses voyages, ses amis, les hommes qui l'ont aimée, celui qu'elle a épousé, ses enfants, ses deuils, tout a été écrit, imaginé il y a un siècle. Je ne suis pas superstitieux. Je ne suis pas fou. Je ne crois pas au destin. Mais le sien imite exactement celui d'un personnage de roman qu'elle ne connaît même pas. Et qui se termine par ma mort – je veux dire la mort de mon modèle, Ralph. Elle, l'héroïne, on ne sait pas ce qu'elle va devenir. Mais je peux peut-être déjouer cette espèce de malédiction. Je n'ai plus beaucoup de temps, je sais ce qui me reste à faire.»
Publié le : lundi 1 février 2010
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782846823951
Nombre de pages : 346
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’Excuse
DU MÊME AUTEUR
Chez le même éditeur
JULIETTE OU LAPARESSEUSE, 1999 L’HEURE ANGLAISE, 2000 COLLOQUE SENTIMENTAL, 2001 HAPPYEND, 2005
Aux éditions Honoré Champion
LASCÈNE EUROPÉENNE, HENRYJAMES ET LEROMANESQUE EN QUESTION, 2000
Aux éditions Klincksieck
LESRÉCITS DE RÊVE DANS LA FICTION, 2006
Julie Wolkenstein
L’Excuse
Roman
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2008 ISBN : 978-2-84682-271-8 www.pol-editeur.fr
« Nous ne sommes tous, nous les vivants, que des morts qui ne sont pas encore entrés en fonctions. » Proust,Journées de lecture
Martha’s Vineyard, juillet 20..
La première fois que je l’ai vu, c’était ici. Je m’attends maintenant à retrouver des photos. Cette après-midi-là, dans mon souvenir, nous avons dû poser devant l’objectif d’oncle Dick, une fois que j’ai rejoint leur groupe. Mais celles-là, je serai dessus. Elles ne rendront pas compte de mon premier regard sur eux, sans moi. Je chercherai d’autres photos. Prises par une de ces fins de journée toutes si idéa-lement pareilles, ici, sur la véranda, pareilles aussi à celle qui est décrite au début du livre. Je m’attends à retrouver le livre, peut-être même à la place exacte où je l’ai laissé après l’avoir lu, il y a si longtemps. Peu de moments dans la vie approchent la perfec-tion autant que l’heure de l’apéritif, surtout lorsqu’il est servi, comme c’était le cas ce premier soir, face à la mer et juste un peu trop tôt, juste assez en fait pour
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant