//img.uscri.be/pth/0a751223f0561490c71c704a737d05243625158c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'Impasse Héloïse

De
130 pages
Un dimanche après-midi, le narrateur, auteur à succès, rencontre Stéphane. Voici Héloïse, vieille dame un peu râleuse, Marc, qui aurait tout pour être heureux, Vivien et Antoine, qui se reluquent gentiment. Manège des sentiments que chacun, mène à sa manière. Le fond de ce livre : nous guider au cœur du mystère qui vit en nous.
Voir plus Voir moins

Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.com Littératures une collection dirigée par Daniel Cohen
Littératures est une collection ouverte, tout entière, à l’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents. L’approche de Littératures, chez Orizons, est simple — il eût été vain de l’indiquer en d’autres temps : publier des auteurs que leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont conduits au désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déterminer l’œuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime pardessus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo. D.C.
ISBN 978-2-296-08717-0 © Orizons, Paris, 2009

L’IMPASSE HÉLOÏSE
suivi de et de

HÔPITAL DE JOUR LETTRE À WILLY

DANS LA MÊME COLLECTION

Farid ADAFER, Jugement dernier, 2008 JEAN-PIERRE BARBIER-JARDET, Et Cætera, 2009 Bertrand du CHAMBON, Loin de V r nas , 2008 Maurice COUTURIER, Ziama Odette DAVID, Le Maître-Mot, 2008 Jacqueline DE CLERCQ, Le Dit d’Ariane, 2008 Toufic EL-KHOURY, Beyrouth pantomime, 2008 Maurice ELIA, Dernier tango à Beyrouth, 2008 Pierre FRÉHA, La conquête de l’oued, 2008 Gérard GANTET, Les hauts cris, 2008 Gérard GLATT, Une poupée dans un fauteuil, 2008 Gérard GLATT, L’Impasse Héloïse, 2009 Henri HEINEMANN, L’Éternité pliée, Journal, édition intégrale. Gérard LAPLACE, La Pierre à boire, 2008 Gérard MANSUY, Le Merveilleux, 2009 Lucette MOULINE, Faux et usage de faux, 2009 Anne MOUNIC, Quand on a marché plusieurs années..., 2008 Enza PALAMARA, Rassembler les traits épars, 2008 ANTOINE DE VIAL, Debout près de la mer, 2009
Nos autres collections : Profils d’un classique, Cardinales, Domaine littéraire se corrèlent au substrat littéraire. Les autres, Philosophie — La main d’Athéna, Homosexualités et même Témoins, ne peuvent pas y être étrangères. Voir notre site (décliné en page 2 de cet ouvrage).

Gérard Glatt

L’Impasse Héloïse
roman

Hôpital de jour Lettre à Willy
et de

suivi de

2009

Du même auteur

Holçarté, roman, Calmann-Lévy, 1977 Contes du Pays Basque, contes, Hachette, 1981 Trois contes du Pays Basque, contes, Livre de Poche Jeunesse, 1994 Une poupée dans un fauteuil, Orizons, 2008

À toutes celles et à tous ceux qui ne savent pas encore.

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri... Aragon

L’IMPASSE HÉLOÏSE

L

’histoire se déroule un jour de juillet. Disons qu’elle débute vers sept heures du matin et s’achève aux environs de minuit. Le temps d’un bilan. Qui n’en dresse pas au moins un dans sa vie ? Elle se situe à Paris, dans ce quartier où ma mère est née, aux confins des 11e et 20e arrondissements. D’un périmètre aux frontières assez floues, il a pour axe central l’avenue Philippe Auguste, dans sa partie la plus éloignée de la place de la Nation, et le boulevard de Ménilmontant, dans sa portion comprise entre cette avenue et la place Métivier : c’est là, à l’endroit où le boulevard et l’avenue se confondent, que j’ai passé mon enfance et là encore, après bien des années d’absence, que je suis venu reprendre ma place. L’été commence, il n’a pas encore deux semaines, mais la chaleur est accablante. Il y a quelques minutes, sur France Inter, le spécialiste de la météo a confirmé que la température se situait nettement au-dessus de « la normale saisonnière ». C’est une information qui peut paraître banale, mais elle a son importance. Je devais la signaler. Les personnages sont au nombre de quatre, non comptés ceux qui ne font que passer, mais qu’on aurait tort de négliger. Comme auteur dramatique, j’ai toujours été très