L'ternit plie Tome I

De
Publié par

Le journal d'Henri Heinemann est, par excellence un document littéraire : il en a la sensibilité et, souvent, la beauté. Du mitan au viellissement, il y décline un magnifique don d'observation et d'analyse. Des hommes, des femmes, illustres ou inconnus, traversent son existence. Cependant, l'essentiel de cette matière est fait de l'amour qu'il porte aux livres. Claude martin, l'un des éminents spécialisâtes d'Andr Égide, emploie, dans sa préfacée, le mot de "monument" propos de L'ternit plie.
Publié le : vendredi 1 février 2008
Lecture(s) : 74
Tags :
EAN13 : 9782296178991
Nombre de pages : 323
Prix de location à la page : 0,0159€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L’éditeur remercie M. TouficEl-Khoury dont la patience et l’assi-duité ont permis d’établir l’index de ce volume et des volumes suivants. Les index seront intégralement récapitulés au dernier volume de cette col-lection.
L’ÉTERNITÉ PLIÉE
Daniel Cohen éditeur
Littératures, une collectiondirigéeparDanielCohen
Littératuresest une collection ouverte,toutentière, àl’écrire,quellequ’en soit la forme :roman,récit,nouvelles, autofiction,journal ;marche éditoriale aussi vieillequel’éditionelle-même.Mais si prescripteursdegoût ici, concep-teursdela formeromanesquelà, comptablesde ces prescriptionsetde ces conceptionsailleurs, assèchent levivierdes talents,l’approche deLittératures, chezOrizons, est simple— ileûtétévaindel’indiquerendautres temps —: publierdesauteurs queleurforcepersonnelle,leurattachementauxformes multiples,voiremultiséculairesdu littéraire, a conduitsausirde faireparta-ger leurexpérienceintérieure.Du texte dépouillé àl’écrit portépar lesouffle del’aventurementale et physique,nous vénérons, entretous lescritèresd’où s’exsudel’œuvrelittéraire,lestyle. Flaubertécrivant:« j’estimepar-dessus toutdabordlestyle, etensuitele vrai »,il savaitavoir raisoncontretous lespérissements.Nousenfaisons notre credo.D.C.
Dans lamême collection: Toufic El-Khoury,Beyrouth Pantomime,2008 Bertrand duChambon,Loin de V"r"nas#,2008 Jacqueline De Clercq,Le Dit d’Ariane,2008 rard Laplace,La Pierre à boire,2008 HenriHeinemann,L’Éternité pliée, Journal, édition intégrale endix volumes, 2007,2008 etau-delà
Àparaître : Odette David,Le Maître Mot,2008 rard Gantet,Les HautsCris,2008
ISBN978-2-296-03815-8 © Orizons, chezLHarmattan, Paris,2008
HenriHeinemann
Léternité
pliée
TOME I,1973-1975
Anubis:«Letempsdes hommesestdel’éternitépliée. Pour nous,il n’existepas.Desanaissance àsamort,la vie d’Œdipes’étalesous nos yeux, avecsasuite dépi-sodes ». JeanCocteau,La machine infernale, acte II,p. 510, coll. «La Pléiade», Gallimard.
2008
Du même auteur
Poésie LeTemps d’apprendre à vivre, Hervé-Anglard, Limoges,1970 Jean, tel qu’en lui-même, Hervé-Anglard,1972 Quarantaine,préface de Serge Brindeau, Hervé-Anglard,1974 Je ne te parle que du ciel,relié, Hervé-Anglard,1981 Sèves, Le Pontdel’Épée, Paris,1986 L’heure Obsidienne, Groupe de RecherchesPolypoétiques, Paris,(prix Monpezatdela Société de Gensde Lettres) L’Année du crabe, Vague Verte, Inval-Boiron,1996,(Bourse Poncettonde la Société desGensde Lettres) Un jardin de PleinVent, Vague Verte,2002,(PrixPaulFortdela Fédéra-tiondesÉcrivainsde France) Ouvre seulement les yeux, CahiersPoétiquesEuropéens,2004, LesGrands-le-Roi Nouvelles Quatuor etÉlévation, LAthanor,1976, Paris Tant l’on crieNoël, Le Pontdel’Épée,1984, Paris Avant l’an neuf, Vague Verte,1994 Monsieur dePont-Rémy et autres histoires, Vague Verte,2005 langes littéraires Le blé et l’ivraie, LAmitiépar le Livre,1993, Besançon Vingt ans, Groupe de RecherchesPolypoétiques,2006, Paris Romans LaCourse, LAmitiépar le Livre,1978,postface de Suzanne Prou,(prix Hutin-Desgrées) Scènes de la vie deBenoît, Vague Verte,2001,(prixduConseilgionalde Picardie) Journal, éditionsfragmentaires Bois d’Amour, Pontdel’Épée,1983 Si peu que ce soit, Vague Verte,1996 Le Cahier 22, Vague Verte,2003
Journal, édition intégrale Sous letitregénériqueL’Éternité pliée : L’Éternité pliée,tome I, Orizons, Paris,2008 La Rivière entre les doigts,tome II, Orizons,2008 Graine de lumière,tome III, Orizons,2008
En préparation, Orizons,2008 etau-delà : Dialectique de l’instant,tome IV Le coffre moelleux des nuits,tome V L’Ombre des nuages,tome VI Un jeu d’échecs,tome VII Invitation deDame Sagesse,tome VIII Le temps est proche,tome IX Quand on secoue le crible,tome X Autobiographie LeMoulin-Vert, LAmitiépar le Livre,1991 LesAnnéesBatignolles, LAmitiépar le Livre,1997,(Grand Prixde l’Académie desProvincesFrançaises) Théâtre Philippe ou la mémoire, Vague Verte,1990 Ouvragescollectifs Gens de Picardie, LAmitiépar le Livre,1988 Gens deFranche-Comté,id.,1993 Gens deBourgogne,id.,1994 Le Rire des poètes,1998, Paris, Poche-Hachette La Révolte des poètes,id., LAmitiépar le Livre,1998 Balade dans l’Aisne, Alexandrines, Paris Balade dans la Somme,id.,2003 Balade enCalvados,id.,2004 Picardie,Auto-Portraits, La Wède,2005, Beauvais Lauteur participe àlarédactiondeplusieurs revues:LeCerf-Volant,Le Bulletin de l’Association desAmis d’AndréGide, L’Étrave, Jointure.Il pu-blie des nouvellesdansLeCourrier PicardetL’Éclaireur du Vimeu.Enfin, ilestchroniqueuràRadio-Côte Picarde.
Lorsqu’auprintemps 1973, HenriHeinemannentameson jour-nal,ila46ans.Enfantd’unemère célibataire,ila eu un père à troisansdont il se crut le fils jusqu’àl’âge adulte, et qu’ilaima jusqu’àlamort.Sorti premierdel’École Normale dInstituteurs de Paris,puisétudiantenLettres,ildevient professeurde col-lège.Parallèlement,il prend dehautesfonctionsdans l’éducation populaire,puis sespécialise dans les relations internationales, au côté de PaulDelouvrier, ancien préfet, de Philippe Vianney, an-cien résistant.Ilaccomplitalorsdes missionsàl’étranger, à Mos-couetenOuzkistan (1959), à RomelorsdesJeuxOlympiques de1960, à Munich (1964), à Rome denouveau (1965)etdans les quatre étatsde Scandinavie(1966). En 1973, année dudébutduJournal,ildevientco-secrétaire d’un groupe décrivains,telsFrançois-gisBastide, GeorgesConchon, YvesNavarre, ErikOrsenna, futuracadémi-cien, Suzanne Prou, Colette Audry, etc... Par lasuite,ilentrera àl’AssociationInternationale des Critiques littéraires, et sillonneral’Europe,l’Asie et l’Afrique. Avant 1973,ilapubliéLeTemps d’apprendre à vivre, poèmes, etJean, tel qu’en lui-même,ouvrage àlamémoire deson frère,journaliste.Il s’apprête àpublierQuarantaine,poèmes, avecune dédicace de Serge Brindeau.Ilestalorscritique auCour-rierPicard. HenriHeinemannestChevalierdel’Ordre durite, et ChevalierdesArtsetLettres.
Préface
CLAUDEMARTIN
u’HenriHeinemann m’aitfait l’honneurdem’inviterà Qpréfacer l’édition intégrale desonJournal,son œuvrelaplus ample, estcertes un haut gage damitié,legage d’une amitiéqui, sous l’aileprotectrice de Gide, est presque aussianciennequele débutde ceJournal.Maisest-il vraiment permisau plaisir nar-cissique du préfacierderetarderceluidu lecteur impatientde commencer salecture del’ouvrage?Car point n’estbesoinde « présenter »à celecteur l’auteurdu monumentalJournaldont il alesdeux premiers tomesentreles mains:trèscertainement,il connaîtjà biencelui qui, depuis 1970, apubliéquelquevingt-cinq volumes — neufrecueilsdepoèmes, deux romans,sept recueilsdenouvelles, de contes oude fragmentsen prose,une pièce dethéâtre, etcinq livresà caractèreplus ouvertementauto-biographique(souvenirsdenfance :Le Moulin-Vert, Les Années Batignolles,ouextraitsanticipésdu présentJournal:Bois d’amour, Si peu que ce soit,Le Cahier 22) — sanscompterdenombreuses participationsà des ouvragescollectifset lesencoreplus nom-breuses pagesde critiquelittérairepubliéesdansdivers pé-riodiques (notammentdansLeCourrier picard,souvent sous le pseudonyme de PatrickManuel),non recueilliesà cejour…
II
L’ÉTERNITÉ PLIÉE
Au reste, le Journal n’est-il pas,par nature,pour son auteur une auto-représentation ?Dabord écrit pour soi-même, pour garder trace desavie, desonaventure, deses rencontres, et aussi pour « s’essayer » (au sens oùMontaigneusa du motessai), ilarrive bien souventà ce carnetàusagepratique et privé de devenir uneœuvre,cest-à-dire deviseràlapublication.Henri Heinemann, diaristetardif(ilestdans saquarante-septième annéequandilécrit lapremièrepage desonJournal),n’attendit qu’unanavantdenvisagerdelivrerau publicsonécriture intime :«Publier ce journal ?J’y parle trop de ce que je fais, je ne me regarde pas assez dans la glace» (9 juillet 1974).Après quoi, deloinen loin il note cettepréoccupation persistante.Parmi ses er vœuxdu 1 janvier 1977:«Publier une belle œuvre !Ce journal, pour une partie au moins, qui sait ?»Quitte,l’annéesuivante, à penseràune édition posthume dont son testamentchargerait la Société desGensde Lettres (14mai,13août 1978).Cestfi-nalementen 1983, après un grave accidentdesanté,qu’ilfera imprimer un volume dextraitsdesonJournal(Bois d’Amour,du nomdela cliniqueoù ilfut soigné),quesuivrontdeuxautres ensemblesdextraits:Si peu que ce soit(1999),qui s’achèvesur cetaveu:«Dernières lignes des extraits deJournal qu’il me tarde de publier» (30 novembre1998), etLeCahier 22(2003) où l’on peut lire, datéesdu 30 septembre2000, ces réflexionséclairantes sur l’écriture desonJournal:«Pourquoi tient-on unJournal ? P? pour mieux voir clair enour soi, histoire de conjurer l’oubli soi ? pour un autre, pour les autres ?Je doute que quiconque tient unJournal n’ait pas le secret espoir que d’aucuns — voire un public — ne le découvriront pas plus tard.Maladie protestante de la confession ?Possible.I?nsécurité du moi Certains l’ont affirmé. Quantà moi, s’il est vrai que je veux noter l’essentiel qui, tel jour, m’a traversé l’existence ou l’esprit, s’il est vrai que j’espère qu’on me lira un jour et, par précaution, ai publié quelques-uns des fragments qui me tenaientà cœur, il ya aussi, tout bêtement, que
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.