La campagne de Crimée / par M. L. Belmontet,...

De
Publié par

Librairie nouvelle (Paris). 1854. 13 p. ; gr. in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1854
Lecture(s) : 8
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

'•JLAw*'
<C V *r<2»
P \
[A
CAMPAGNE DE CRIMÉE
(DlDlo
Si l'Angleterre et la France avaient su
s'entendre, ces deux foyers de lumière au-
raient assuré la paix du monde, à l'honneur
d« la civilisation.
Napoléon Ier, à Sainte-Hélène.
Les hauts faits n'ont-ils plus d'écho chez les poètes?
Que pensent-ils, les fils des arts?
Quand l'histoire grandit, les muses sont muettes !
Où sont les lyres des Césars ?
Eh ! quoi, dans l'Orient quand tant de gloire vibre ,
La France des beaux vers n'a-t-elle plus défibre?
Le patriotisme est-il mort?
Toute la poésie est-elle sous nos tentes ?
Quoi ! lorsque la patrie a ses fiertés contentes,
Les coeurs se taisent! —rien n'en sort!...
_ 4 —
Sortez-en, chants d'orgueil : les vers aiment les braves.
Allons, des hymnes triomphants !
Notre honneur va si loin, dès qu'on rompt ses entraves !
France, qu'ils sont beaux, tes enfants!
Qu'on livre à leur courant nos instincts héroïques !
Nos plus jeunes soldats, déjà héros stoïques,
Vont pour mourir au premier rang.
Leur indomptable essor ne connaît point d'obstacle;
La guerre est leur génie : ils courent... quel spectacle !
Ils ont la foudre dans le sang.
C'est bien ce sang gaulois dont s'épouvantait Rome ;
Le sang des croisés chers à Dieu ;
Ce sang inépuisable, et dont notre grand homme
Arrosa sa gloire en tout lieu.
Il n'est point sur la terre, il n'est point dans l'histoire
Une page, un seul coin, où, fumant de victoire,,
Ce sang n'ait point été versé;
Mais ce qui rend partout chaque goutte sublime,
C'est qu'il coule toujours pour sauver de l'abîme
Le monde qu'il a traversé.
La gloire en est le but : c'est la belle chérie
De nos fils, chevaliers du beau !
Egypte, Espagne, Grèce, Italie, Algérie,
Toutes nous ont dû leur flambeau.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.