La Campagne du Nord. L'armée du général Faidherbe. Batailles et combats

Publié par

Vve Roger (Paris). 1872. In-8°, pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 11
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA CAMPAGNE DU NORD.
L'ARMÉE
JJiENERAL FAIDHERBE
: l,
/, ; BATAILLES ET COMBATS.
Le snééral Faidherbe à la bataille de Bapaume.
L'ARMÉE DU NORD
IMMEM CT TOSmftTO.
Sommaire : L'armée du Nord. Batailles de Villers-Bretonneux, de Dotes
et de Dury. Le général Faidherbe nommé commandant en chef do l'ar-
mée du Nord. Notice biographique sur le général Faidherbe. Sa pro-
clamation à l'armée. Bataille de Pont-IVoyelles. Bataille de Bapaame.
Bataille de Saint-Quentin. L' armistice.
Nous allons essayer de retracer en quelques pages rapides les batailles
et combats de cette vaillante armée du Nord contre les divisions nom-
breuses, aguerries et sans cesse renouvelées des Allemands. La, comme
le disait l'illustre général en chef, !es Prussiens ont trouvé dans de
jeunes soldats h peine habillés et dans des gardes nationaux, des adver-
saires redoutables et capables de les vaincre.
Après la capitulation de Metz, le 8° corps de l'armée allemande, sous
les ordres du général de Manteuffel, se dirigea à marches forcées sur
Amiens, a la recherche de l'armée française du Nord dont la concentra-
tion s'était faite a Lille sous le commandement du général Bourbaki, au-
quel avait succédé le général Farre, ancien capitaine de frégate, nommé .,
général de division. -
Au moment des premières rencontres, l'armée française, commandée
par le capitaine du Bessol, se montait a environ 30,000 hommes. Les
Prussiens étaient en nombre à peu près égal, mais ils avaient pour eux
cet avantage immense de se savoir suivis et soutenus par des corps dir;
réserve qui s'élevaient au même chiffre.
J* .1
BATAILLE DE VILLERS-BRETONNEUX, DE BOVES I
ET DE DURY. ", r.
Dès le 23 novembre, les avants-postes se rencontrèrent près du Que.
nel, aux environs d'Amiens pua, les 25, 26 et 27 novembre, à quel-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.