La Déchéance , pot-pourri par M. Charles Des***

De
Publié par

Renault (Rouen). 1814. In-8. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1814
Lecture(s) : 26
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

l' e
LA DÉCHÉANCE.
POT-POURRI.
Par M. CHARLES DES****.
Ilium et labentem Teucri, et risêre
natantem.
VIRG. ,1. 5, v. 181.
A J/OUF.N,
Cliez RENAULT, Libraire, rue Ganterie, au coia
de la rue de l'Ecole.
18 1 4.
LA DÉCHÉANCE.
POT-POURRI.
AIR : L'aut' matin je m' disais comm' ça.
L'AUT' matin j'disais. à Manon
Qu'eu vieux coquin qu'Napoléon ;
Ah ! qu'c'est bien vrai ça , me dit-elle,
Gare à demoiselle ,
Bien riche ou bien belle ,
Car z'aujourd'hui ce vilain gueux ,
Nous enlèv' tous l'zamoureux.
AIR : Ça ne durera pas toujours
V'la Ben z'une autre affaire ,
On dit qu'il zest battu ,
Et qu'il quitte la guerre
Pour v'nir se r'chauffer l' eu ;
Et tandis qu' son armée
Est à geler là-bas,
Au coin d* sa cheminée
Il dit qu'il est ben las.
AiR : Aussi-tôt que la lumière.
Quand la rose printannière
Fleurira sur nos coteaux
( 4 )
Huit cents mille homm' zà la guerre
Partiront z'avec des ch'vaux.
Faut des fusils , d' l'équipage ,
Pour tous ces soldats armer;
Les garder était plus sage ,
J' n'avions pas trop pour donner.
AIR : Il était une Fille.
Les v'là donc en campagne
Avec Napoléon ,
Homme de grand renom. on !
Ils vont dans l'Allemagne
Pour y danser en rond,
Au doux bruit du canon. on!
AIR : Quant aux règles du Monastère.
Après trois ou quatre batailles
Il z'est rince :
Quoi donc , dit-il , par ces canailles
J' s'rais epousté !
Non , j'veux encor bailler un' danse
Où c'que j'verrons ,
Car j'ai z'encore un peu z'en France
D'chair à canons.
AIR : Chantons Lcetamini.
D'nouveau donc i' s'chamailley
D' nouveau z'il est battu ;
Il fuit vaille que vaille ,
Mais il n'est pas trop c' hnu.
<5)
Et voyant dans c't' affaire
Périr maint bataillon :
Tudieu , dit-il, qu' c'te guerre
M' fait d'consommation !
AIR : Il pleut, il pleut, Bergère*
Lors dans sa capitale
Il assemble 1' Sénat,
Et veut qu' chacun détale
Pour défendre l'état.
Quelqu'un donc lui z'objecte
Qu'il n'ya plus qu' des 'barbons ;
N'import', faut qu'on les jette
A la gueul' des canons.
Cependant dans la France
L'enn'mi fait d'grands progrès.
Napoléon s'avance
Pour changer ses succès.
D'abord il a la chance,
Et par-tout ses amis
Disent qu' bientôt en France
l'I' yaura plus d'ennemis-
AIR : Il a voulu, il n'a pas pu.
l' s' bat enfin
Un biau marin
De terrible manière.
On eroirait bien
Que c'est la fin
De c'te diable de guerre.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.