//img.uscri.be/pth/1f974114e599045c6722ac58367986565285e0f9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

La Double Vie de M. Pinceau

De
54 pages

Qui a dit qu'un pinceau était un objet inerte ? Celui-ci est un peu spécial... Il est un peu futile, intolérant et pessimiste. Il va pourtant peindre trois courtes nouvelles colorées.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-77694-5

 

© Edilivre, 2015

Avertissement

 

 

Avertissement : toute ressemblance avec des situations ou personnages réels est purement fortuite

Le sens du Chemin

 

 

À Faby, qui cultive une âme d’enfant,

À ma fille, pour qu’elle protège la sienne !

1
D’où l’on vient

M. Pinceau est bien né. Il a été fabriqué dans une graaaaaande usine. Pas de celles où l’on bâcle le travail pour abaisser les coûts de fabrication. Ni de celles où l’on mégote sur la qualité des matières premières pour faire de plus grands bénéfices. Non, M. Pinceau a vu le jour chez Isabelle ! Isabelle, un grand nom dans le monde artistique. Autant vous dire que M. Pinceau n’aura pas besoin de se faire une réputation, il est né avec son Curriculum Vitae en poche !

2
Ce dont on rêve

Là-bas ; oui, là-bas, car l’usine flambant neuve où il a vu le jour est à l’autre bout de la terre. Là-bas, donc, c’est un pays paradisiaque pour ceux qui n’y viennent qu’en vacances… tandis que ceux qui y travaillent n’ont certainement pas de quoi s’acheter des pinceaux. Là-bas, M. Pinceau est heureux de savoir qu’il partira vivre en Françonie, un pays où, c’est bien connu, tout le monde peut s’acheter des pinceaux. Il pourra alors commencer son service : il sera poil chez un artiste. Non. Pas un artiste. Un Artiste, avec un grand A ! Vu son statut social, il est inconcevable que M. Pinceau côtoie n’importe qui ! Et puis, il ne veut pas s’acoquiner avec toutes les peintures ! Cela pourrait ternir ses poils ! Il lui faut des huiles, c’est ce qu’il y a de mieux, paraît-il !

Aussi, M. Pinceau travaillera-t-il pour un Artiste, un vrai ! C’est décidé, foi de pinceau !

3
De l’éducation

Là-bas, donc, dans l’usine Isabelle, M. Pinceau est fier.

Il est fier de ses proportions parfaites, de sa coupe au poil et de sa belle virole dorée ! Il est fier de ses poils extra-fins en martre de Sibérie et de son long manche en bois noble, qui transmettra à la toile les impulsions talentueuses de son Artiste.

Il est fier de son éducation, aussi. Il...