La France pacifiée / par Ernest Varlet

De
Publié par

A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie (Paris). 1871. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1871
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Paris. — Imp. Emile Voitelain et Ce, 61, rue J.-J .-Rousseau.
LA FRANCE
PACIFIEE
PAR
ERNEST VARLET
PARIS
A. LACROIX, VERBOECKHOVEN ET Ce, ÉDITEURS
15, boulevard Montmartre et faubourg Montmartre, 13
MEME MAISON A BRUXELLES, A LEIPZIG ET A LIVOURNE
1871
TOUS DROITS DE TRADUCTION ET DE REPRODUCTION RESERVES
LA FRANCE PACIFIEE
Dans la situation où se trouve aujourd'hui notre
malheureux pays, il est du devoir de tous de chercher
à s'éclairer mutuellement sur les moyens de ramener
la paix dans la société.
La situation actuelle n'est pas née d'un fait récent :
elle est le résultat des vingt dernières années, pendant
lesquelles un pouvoir dissolvant a su se maintenir en
élevant, par un crédit factice, la production du pays, et
par suite le bien-être relatif pour la majorité, et en
s'appuyant sur cette majorité en la trompant par les
apparences.
Cependant ces moyens eussent été sans succès, si
l'Empire n'avait eu à son service le suffrage universel
à un seul degré, institué par la République de 1848,
dont il a su se servir, et dont il est inutile de rappeler
les tristes résultats.
Résultats qui n'ont pas été meilleurs, il faut le dire,
ni pour les élections de Paris pendant le siége, ni pour
les élections de la France pour l'Assemblée nationale
nommée pour faire la paix.
L'expérience de cette loi pendant cette longue
période nous permet d'en apprécier la valeur; et nous
pouvons affirmer qu'elle est à refaire d'après les be-
soins et les éléments de la société.
Elle n'a été qu'un instrument docile dans les mains
du plus adroit, ou elle n'a servi qu'à affirmer le pouvoir
aux mains de ceux qui avaient su s'en emparer : parce
que pour les masses le succès est toujours une preuve
de capacité,
Les fautes de ceux qui se sont emparés du pouvoir
le 4 septembre sont venues empirer la situation et ont
préparé fatalement la guerre civile actuelle.
Ces fautes sont principalement :
L'organisation de la garde nationale telle qu'elle est
aujourd'hui;
De n'avoir pas voulu se servir de l'organisation
toute faite des ateliers pour former les bataillons (1) ;
De n'avoir pas su se servir des nombreuses entre-
prises des camionnages, des omnibus, des chemins de
fer pour former en peu de jours les équipages de train
et d'artillerie;
Enfin de n'avoir pas su et pas voulu se servir de l'ad-
mirable organisation civile du commerce toute prête
(1) Voir à ce sujet mon rapport à M. Schoelcher et à M. Etienne
Arago en date du 15 septembre.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.