La Grenouille qui chantait

De
Publié par

Au coeur d'une nature luxuriante vit une très charmante famille, composée d’un couple d'agriculteurs et de leurs trois enfants. Pour rien au monde ils ne quitteraient leur petit coin de paradis où ils mènent une vie douce et tranquille. Lorsque Charles, le père de famille, rencontre une grenouille qui chante, la perspective de devenir célèbre l’obsède au point d’embarquer sa famille dans l’aventure. Il décide alors de préparer une tournée de représentations en ville, aux dépens de sa vie de famille. Malheureusement, un jour, la grenouille s’échappe et celle que Charles retrouve reste totalement muette le jour de la représentation. Chassé par la foule, Charles se rend alors compte que la gloire et la richesse ne comptent pas au regard de l’amour de sa famille. Bien qu'il retourne parmi les siens, il songe toujours à sa grenouille jusqu’au jour où, assoupi dans l’herbe au bord de la rivière, il est réveillé en sursaut par le chant de la grenouille...


Publié le : lundi 5 octobre 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334009560
Nombre de pages : 64
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-00954-6

 

© Edilivre, 2015

Avant-propos

Quelque part en pleine nature vit une famille composée de cinq membres. Une famille soudée comme celles des temps jadis.

Cultivateurs, ils mènent une vie paisible loin du vacarme de la ville.

Une terre généreuse leur fournit tout ce dont ils ont besoin, notamment de belles récoltes bien grasses chaque année.

La famille vit dans un bonheur inégalé.

C’est alors que Charles, le père de famille, va faire une rencontre peu ordinaire.

Il va rencontrer une petite grenouille qui sait chanter. Très prometteuse la grenouille !

Charles va alors avoir plein de rêves lui monter à la tête. Il voit sa gloire à l’horizon. Il se voit riche, faire le tour du monde.

Il imagine déjà les affiches hollywoodiennes partout avec l’inscription « Charles et sa grenouille chanteuse ».

Quelle tournure prendra alors la vie de sa famille ?

Charles passera-t-il du jardinier à l’homme d’affaire ?

La grenouille lui conférera-t-elle la gloire qu’il voit à l’horizon ?…

La Grenouille qui chantait

 

 

Il fut un temps où les histoires commençaient souvent par « Il était une fois… »

C’est donc en l’honneur de ce bon vieux temps que cette œuvre commence…

Il était une fois, dans une petite contrée, au fin fond de la campagne, une famille qui vivait en symbiose avec la nature.

Charles, le père, Aline, la mère, Edward, le frère aîné, Arthur, le frère cadet et Jade, la benjamine.

Il est cinq heures du matin.

Image 6Le chant du coq commence à se faire entendre.

Le petit monde commence à bouger dans son lit.

Jade secoue son frère Arthur :

– Arthur, Arthur…

– Mmm ! Qu’est-ce qu’il y a ? Laisse-moi dormir !

– Arthur, j’ai envie de faire pipi !

– Laisse-moi dormir ! Tu n’as pas besoin de moi pour ça.

– Mais j’ai peur ! Il fait encore nuit dehors.

– Mais non, si le coq chante c’est qu’il commence à faire jour…

– Oui, mais pas assez !

S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît !

– Ah ! vous les filles ! vous avez peur de tout !

Arthur se lève, les yeux à moitié ouverts, ouvre la porte et sort, suivi de sa petite sœur.

Image 7Elle entre dans les latrines pendant que son frère l’attend dehors.

– Arthur ?

– Quoi encore !

– T’es là ? Tu m’attends, hein !

– Mais oui, je t’attends ! Dépêche-toi ! J’ai froid et j’ai encore sommeil, moi !

– Merci de m’avoir attendu ! Tu es le plus gentil frère du monde entier !

– Mais oui, c’est ça !

Pourquoi c’est toujours à moi que tu demandes ça ?

– Edward me dit toujours d’attendre plus tard, mais je suis trop petite pour me retenir. Il n’est pas gentil.

– Bon ! Retournons-nous coucher.

De retour au lit, les deux bambins ne tardent pas à se rendormir.

Charles, qui a un programme bien chargé pour la journée, se montre bien matinal.

Il se dirige dans la cuisine et prépare le café.

– Chérie, ma douce, voici ton café !

Désires-tu quelque chose pour l’accompagner ?

– Merci mon amour, que tu es adorable ! Juste du café, ça ira. Je prendrai tout à l’heure une tartine avec de la confiture de coing ou du beurre demi-sel.

– C’est excellent, ma chérie !

Veux-tu bien m’en garder un peu ? J’arrive, je dois aller faire une ouverture pour irriguer mes plantations.

– Entendu, à tout à l’heure, chéri !

Après une douche bien agréable, Charles enfile sa tenue de jardinier, met son chapeau, ses bottes et sort.

Sa pioche à l’épaule, il a fière allure.

– Bon ! Par quoi vais-je commencer ?

Le maïs a besoin de peu d’eau. Le potager aussi. Par contre, le riz est très gourmand.

Je vais donc favoriser le riz en faisant une plus grande brèche vers la rizière.

Charles s’affaire avec une facilité déconcertante.

Il ouvre une brèche d’un cours d’eau qui longe ses plantations.

Pendant que l’eau se déverse dans le jardin, il en profite pour aller voir le bétail.

Une chèvre et une jument attendent des petits. Il veut s’assurer qu’elles se portent bien.

– Alors, ma Biquette, quelles sont les nouvelles ?

Tout se présente plutôt bien.

Les mamelles sont bien remplies, c’est parfait.

De toute façon, l’herbe est si excellente par ici qu’il ne pouvait en être autrement.

Il faudra que je revienne avec les enfants au cours de la journée pour qu’ils puissent assister à la naissance.

Quel émerveillement ce sera alors !

Bon ! Si je rejoignais Aline pour un vrai petit déjeuner en famille !

Il faudra qu’à mon retour je referme la brèche du cours d’eau pour éviter l’inondation.

Allez, on verra ça à mon retour.

Charles rebrousse chemin tout heureux. Sûrement pense-t-il aux heureux événements qui auront lieu dans la journée.

Le bavardage des oiseaux se fait entendre depuis plus de deux heures déjà.

Arrivé à la maison, sa femme, bien matinale également, l’y attendait avec impatience.

– Te voilà, chéri ! Comment vont nos bêtes ?

– Eh bien, elles se portent à merveille.

Biquette mettra bas dans la journée.

Quant à la jument, je pense qu’il faut attendre encore trois, voire cinq, jours avant qu’elle ne mette bas.

– Papa ! Papa ! Biquette va accoucher ?

– Eh ! comment va ma fille chérie ? Bonjour d’abord.

– Bonjour, papa. Biquette va accoucher, dis ?

– Je vois que cela te préoccupe beaucoup !

Dis-moi, cela te plairait-il d’assister à la naissance ?

– Oui, oui, oui… !

Je pourrai choisir le nom, papa ?

– Entendu, Jade.

– Comment comptes-tu l’appeler ?

– Peut-être « Bibi » !

– Bibi ? Et si c’est un garçon ? Enfin… un mâle ?

– Moi je veux une fille !

– Ah ! il faut voir ça avec Biquette.

Lui as-tu demandé son avis ?

– Elle ne veut jamais me répondre, Biquette.

– Voilà ce que je te propose, plus tard nous irons tous la voir.

– Ouais, ouais, ouais !

– Attends, ce n’est pas tout. Avant cela je t’amènerai quelque part. Juste toi et moi. D’accord ?

– Ouais, ouais, ouais !

– Mais où sont tes frères ?

– Ils sont en train de jouer aux pirates. Ils disent toujours que ce n’est pas pour les filles.

– Oh ! c’est surtout que tu es trop petite pour le moment. J’arrive.

Les garçons ! Edward et Arthur ! A table !

– On arrive, père !

– Maman !

– Oui, Jade !

– Je peux avoir seulement du chocolat au lait ?

– Entendu, ma fille !

– Et toi, Charles ? Qu’est-ce qui te ferait plaisir pour ton petit déjeuner ?

– Je crois que je vais suivre les garçons ; deux tranches de bacon frit, une tomate farcie, des œufs au plat et du bon pain. Ce doit être bon s’ils prennent toujours la même chose !

En attendant je m’occupe de presser quelques oranges, Aline.

La famille déguste dans la joie leur repas du matin tout en discutant du programme de la journée.

Après cela, Charles et sa fille, Jade, se...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Bon anniversaire, Murielle !

de editions-la-caboche

Transfuge

de editions-persee

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant