Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La Machine

De
404 pages
Léonard attendrait que sa mère soit couchée pour la tuer. Il la tuerait dans son lit. Bientôt...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LaMachine
DUMÊMEAUTEUR
Chezlemêmeéditeur
L'ENFER,LivreInter1986,Gutenbergdumeilleursuspens, PrixFemina1986 LOINDELYON REMARQUES LESGRANDESESPÉRANCESDECHARLESDICKENS
AuxéditionsHachette
LIVRED'HISTOIRE(extraits) FILMNOIR LEREVENANT,Prixdel'été1981 SURLATERRECOMMEAUCIEL,GrandPrixdelittérature policière1983
Chezd'autreséditeurs
LETEMPSMORT,PrixJeanRay1974(Marabout,réédi-tionJ'aiLu,collection«Librio») LESTRAÎTRESMOTSOUSEPTAVENTURES DETHOMAS NYLKAN(Flammarion,collection«Textes»)
RenéBelletto
LaMachine
Roman
PO.L 8,villad'Alésia,Paris14e
@P.O.LEditeur,1990 ISBN2-86744-163-3
1
Léonardattendraitquesamèresoitcouchéepourlatuer. Illatueraitdanssonlit. Bientôt. «Entoutcas,jenem'yprendraipascommeça»,sedit-il enpassantd'unechaîneàl'autre,ilétaittombésurune séquencedetéléfilmdanslaquelleunclassiquetueurde femmestuaituneclassiqueprostituéed'uncoupdecouteau enpleincœur. Lui,Léonard,ildonneraitplusieurscoups. Lavictimesaigneraitbeaucoup,ellegeindrait,setortille-raitavantdemourir. Dansunéclair,ilsevitfrappantenpleincœur.Oui,pour finir,luiaussifrapperaitenpleincœur Çat'intéressevraiment? Legaminsursauta. Non.JepréfèreZorro. Alors,remetsZorro,ditgentimentlamère. Clac,ilremitZorro.Qu'ileûtinterrompulefilmquelques minutesavantledénouementétonnaitMarieLacroix.
D'habitude,untremblementdeterredanslejardinn'aurait pas faitbattreuncilàsonLéonardpendantladiffusiondesa sériefavorite.EllerepensaauxmyrtillesàlaChantillydu dessert,quin'avaientpasprovoquélesglapissementsdejoie traditionnels. Serait-ilmalade? Avecquelquebrusquerie,Léonardjetalatélécommandeà côtédelui.Samèreluipritlamain.Illuiadressaunsourire, uneespècedesourire,puisretirasamain.Luiqui,àun momentouàunautre,pendantlesséancesdetélévision, avaitcoutumedesepelotonnercontreelle,avidedecâlins. Tun'espasmalade?demandaMarieLacroix.Tun'as malnullepart?Tunetesenspasdefièvre? Elleluitâtalefront.Ilselaissafaire,réprimantuntrem-blementd'émotion.Illatuerait.Ilallaitbientôtlatuer.Il pourraitbientôtexprimertoutelahainequ'ilavaitaccumu-lée,qu'ilaccumulaitencoreàlaminuteprésente,commesi samèrefaisaittoutcequ'ilfallaitpourportercettehaineà soncomble. Non.Non,jet'assure,maaaman.Jemesenstrèsbien. Elleétaittropinquiète,ellelesavait.Elles'étaittoujours efforcéedenepastropcouverLéonard.Maisencemoment, aprèstout,ellepouvaitselepermettre.Lescirconstances avaientchangéleurcomportementàtous. DansquelétatMarcallait-ilrentrer? Ilétaitdéjàsurmenéquandilavaitcessésontravail,six joursauparavantsurmenéet,selonelle,assezdépriméet depuisilyavaiteul'histoireavecMichelZyto,siterrible-mentéprouvante.Sansparlerdecettemaladiequ'ils'était soudaindécouverte,etquidevaitlepréoccuperplusqu'ilne l'avouait.Elleregrettadenepasavoirinsisté,pourles vacances.Le31juilletausoir,elleauraitdireàMarc qu'ilspartaientlelendemainoulesurlendemain,n'importe où,enavions'ilétaittropfatigué.
C'étaitpareiltouteslesannées.Quandarrivaientles vacances,Marcétaitàboutdeforces,maisilnepouvaitpas sedétendre,sontravailluimanquait,ilavaitdumalàs'en détacher.Illuifallaitplusieursjoursdetransition.D'ailleurs, enallantàl'hôpitalce31juillet,quitombaitunlundi,il avaitfaitdu«rab».Ilauraits'arrêterlevendrediprécé-dent.Marieluiavaitproposédébutjuilletderetenirquelque chose,quitteàannulerauderniermoment,maisiln'avaitpas ditoui,etensuiteiln'enavaitplusreparlé.Marieavait laissé tomber. Unpointpositif,pourtant,etd'importancependantces sixjours,ilsavaientrecommencéàavoirdesrapports sexuels.Marienepouvaits'empêcherdepenserquelesévé-nementsyétaientpourquelquechose.Ilyavaitunlien,elle nesavaittroplequel. MaisMarcétaitretombéamoureuxd'elle. Ellerepritespoir.Aprèsl'affaireZyto,toutallaitrentrer dansl'ordre.Ilfallaitavoirducourageetfairebonnefigureà Léonard. Espéronsquepapavatéléphonerbientôt,dit-elle. Pourlapremièrefoisdepuisqu'elleétaitrentréedechez lesCazanvielh,Léonards'animacommes'animentordinai-rementlesgarçonsdesonâge.Elleleremarquaavecsatis-faction.Ilsetournaverselle,lesyeuxbrillants. Ilabienditdenepassefairedesouci Oui,monchéri. Elleleserracontreelle.C'étaitvrai.SiMarcavaitdità Léonarddenepassefairedesouci,iln'yavaitpasàs'en faire. «ilest,etdansl'étatilest,ilnerisquepasde téléphoner»,seditLéonard,cequitempérasacolèred'avoir levisageainsipressécontreleseindesamère. Enfin,ellelelibéra. Monpauvrecanard,jet'empêchedevoirZorro.
Scènefinaledel'épisodeilapparaîtauxyeuxdetousque lejusticiermasquétraçantdesZsanglantssurlevisagedes mauvais etlecaballerofortuné,parfumé etcouardsontune seuleetmêmepersonne.Larévélationde cettedoubleperson-nalitéréjouittouslesenfantsdumondeengénéral,etréjouis-saitLéonardenparticulier,saufcesoirilbâilladeuxfoisde suiteenoubliantdemettresamaindevantsabouche. Jecroisquand mêmequetuestrèsfatigué,ditMarie Lacroix.Ondormaitmal,danscethôtel.Ondorttoujours moinsbien,dansleshôtels. Elleregrettaaussitôtd'avoirfaitallusionàl'hôtel.Quelle terriblefrayeurMaisl'enfantnerelevapas. Allez,dododit-elle. Elleseleva.Lecanapédecuirrepritsaformeavecun soupirquasianimal,prochedusifflement,quisouventfaisait rireLéonard.Ilarrivaitmêmequ'illeprovoquâtexprès. Elletraversalagrandepièce,effleuradelamainune planteverteaupassage,s'approchadelabaievitrée. Onvoyaitlejardin,lecielemplid'étoiles. Demainseraitunebellejournée. Arrêtelatélé,tuveux?C'estassommant,cespublici-tés.Tunetrouvespas? Si. Léonardrécupéralatélécommandequis'étaitenfoncée entrelescoussins(commelaplupartdesobjetsqu'onposait surcecanapé), tripotalesboutons.Lepostes'arrêtaavecun joliclacbiennet.«Coupélesifflet»,pensaLéonard. Legrandsilencedelacampagneserefermasurlamaison. L'enfantnebougeaitpas,neparlaitpas.MarieLacroixse retourna.Illaregardaitd'undrôled'air.Ellel'avaitrarement vuaussiabattu. Aulit Ilsmontèrent.Ellelaissatoutesleslumièresdubasallu-mées,pourleretourdeMarc.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin