Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La malédiction Tsigane 3

De
156 pages

Nokomis a toujours vécu dans l’ombre de son jumeau. Pire il ne trouve pas sa place au sein de la famille Luxna.


Ylva est une louve. Aveugle, victime de plusieurs tentatives de meurtres, elle arrive de Russie pour se mettre sous la protection de la meute.


Ylva et Nokomis se sentent aussitôt attiré l’un vers l’autre. Mais les révélations faites par Ylva, remettent en cause la légitimité de Tyee en tant qu’Alpha et des tensions surgissent au sein de la famille... Au risque de faire éclater la meute ?

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

cover.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Nokomis

 

 

La malédiction Tsigane 3

 

 

 

Du même auteur aux Éditions Sharon Kena

 

 

Au cœur de la volupté

Cow-boys lovers

La malédiction Tsigane 1 et 2

JAWD

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierrette Lavallée

 

 

 

 

Nokomis

 

 

La malédiction tsigane 3

 

img1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

 

 

©2016 Les Editions Sharon Kena

www.leseditionssharonkena.com

 

Il est toujours plus facile, enfin, pour ma part, d’écrire un roman que des remerciements, mais je ne peux ignorer les personnes qui ont été à mes côtés dans cette aventure.

Donc merci tout d’abord aux Éditions Sharon Kena, à Cyrielle qui est une femme admirable et une éditrice proche de ses auteurs, aux membres du comité de lecture qui ont validé mon bébé, aux correctrices, à Feather Wenlock pour la réalisation de cette sublime couverture et à Emma, notre directrice du service Presse, qui dépense son temps et son énergie sans compter afin de nous satisfaire.

Merci à ma famille qui est là pour me soutenir, me motiver, me râler dessus aussi lorsque je me déconcentre…

Merci à mes bêtas lectrices, Tiya, Bibi, Mimi, Nath, vous savez que je vous aime, les filles.

Merci à mes amies qui m’ont toujours soutenue : Ana P. Jacqueline S. Vanessa L.G. Hakita, Rinka, Tinie Julia le Vampilou, Nathalie R. Christelle K, Sylvie B.

Un merci tout spécial à Christy… 

Merci également au Docteur Stéphanie L. pour ses conseils… techniques

Je n’oublie pas non plus les blogs ou les pages Facebook, qui, par leur avis, leurs chroniques me permettent d’avoir un lectorat de plus en plus large : Les livres en Folies, Elo-Dit, Sariah-lit, La bibliothèque de Mi ange, Mi Démon, Les livres érotiques de Marie et Samantha... j’en ai oublié je le sais et je m’en excuse…

Et merci à vous, lecteurs, qui avez acheté ce roman et qui le tenez aujourd’hui entre vos mains. Sans vous je n’en serais pas là.

 

 

Table des matières

 

 

 

CHAPITRE 1

CHAPITRE 2

CHAPITRE 3

CHAPITRE 4

CHAPITRE 5

CHAPITRE 6

CHAPITRE 7

CHAPITRE 8

CHAPITRE 9

CHAPITRE 10

CHAPITRE 11

CHAPITRE 12

CHAPITRE 13

CHAPITRE 14

CHAPITRE 15

CHAPITRE 16

CHAPITRE 17

CHAPITRE 18

CHAPITRE 19

CHAPITRE 20

CHAPITRE 21

CHAPITRE 22

CHAPITRE 23

CHAPITRE 24

CHAPITRE 25

ÉPILOGUE

 

CHAPITRE 1

 

 

 

Indra s’apprêtait à grimper dans sa Jeep Cherokee lorsqu’un taxi remonta l’allée qui menait au domicile de la famille Luxna. Elle porta aussitôt une main dans son dos et s’empara de son arme qui ne la quittait plus après les événements des derniers mois. Nonchalamment, elle s’adossa contre la portière et laissa retomber son bras le long de sa jambe tout en prenant soin de maintenir le révolver hors de vue. Elle inspira profondément, releva ses barrières et passa en mode « ghostgirl ».

Le véhicule s’arrêta à quelques mètres du somptueux escalier qui menait au porche et le chauffeur en descendit. Sur ses gardes, Indra l’observa. Pourtant, loin de sembler menaçant, il s’approcha tranquillement de la portière arrière qu’il ouvrit en tendant la main.

La première chose que vit Indra de leur visiteur fut une paire de chaussures à talons dorées, surmontées de jambes interminables gainées dans un tissu fluide de couleur bleu roi. Puis une jeune femme magnifique sortit de l’habitacle, ses doigts effleurant à peine l’avant-bras de l’homme. Elle était grande, élancée, vêtue d’une combinaison dont le décolleté mettait en valeur sa poitrine avantageuse. Une ceinture large, dorée, ceignait sa taille et tombait négligemment sur ses hanches voluptueuses. Ses bras étaient nus mais des bracelets, visiblement en or pur, cliquetaient à chacun de ses gestes.

Il émanait de la classe et de la sophistication de la nouvelle venue et elle donnait l’impression d’être parfaitement à son aise. Indra poursuivit lentement son observation. L’invitée surprise avait une magnifique chevelure d’un blond si pâle qu’il en paraissait presque blanc. Tout en ondulations, elle retombait négligemment sur les épaules de la jeune femme.

Indra la vit remercier le chauffeur d’un sourire tandis qu’il descendait les bagages du coffre pour les empiler sous le porche. Lorsque la voiture redémarra, elle resta là, un long moment, un peu hésitante, voire tremblante. Pourtant, l’ancienne commandante des forces armées ne fit pas un geste vers elle, se contentant de l’observer à l’abri du couvert des arbres. Le top model n’avait pas encore pris conscience de sa présence, enfin, c’est ce qui lui semblait. En effet, protégée par des lunettes de soleil immenses, les expressions qui auraient pu lui indiquer si cette dernière était une amie ou une ennemie lui étaient complètement indétectables.

Un bruissement parvint aux oreilles d’Indra qui se retourna prudemment. Elle sourit à Amarok qui revenait d’avoir été courir sous sa forme lupine. Il refermait les boutons de sa braguette lorsqu’il lui lança un regard étonné en apercevant l’arme qu’elle tenait toujours serrée dans son poing. Sans un mot, elle fit un léger signe de tête en direction de la maison. Mais avant qu’elle n’ait pu réagir, la jolie blonde pivota vers l’endroit où se tenait Amarok comme si elle avait perçu sa présence. La joie illumina son visage, et elle se tendit vers lui, tel un tournesol se tournant vers le soleil. Indra allait lancer une petite pique bien sentie lorsqu’elle réalisa que le plaisir de la jeune femme semblait partagé et que son beau-frère se dirigeait en courant vers la nouvelle venue. Cette dernière le rejoignit et sauta dans ses bras, mi-pleurant, mi-riant.

img2.pngAmarok ! s’écria-t-elle.

Indra comprit, à la façon dont elle roulait les « r », que la jeune femme devait être d’origine slave.

img2.pngYlva ? Bon sang, mais qu’est-ce que tu fais ici ? se mit à rire Amarok, visiblement ravi de sa présence.

img2.pngJe suis venue me mettre sous la protection de ton clan, mon ami, murmura-t-elle d’une voix imperceptible. J’ai des ennuis.

Amarok ferma les yeux et serra tendrement la jolie Russe contre lui.

img2.pngOn en parlera à Tyee, mais tu n’as rien à craindre ici. On veillera sur toi.

Indra, remarquant la complicité qui liait le bêta de la meute à la jeune slave, eut un mouvement d’humeur et menaça mentalement le jeune homme des pires sévices s’il venait à blesser sa compagne de quelque manière que ce soit. En effet, Indra s’était attachée à Manuela depuis qu’ils vivaient tous ensemble et elle ne permettrait à personne de lui faire du mal.

Elle rangea toutefois son arme dans la ceinture de son pantalon et observa la suite des événements. Amarok avait glissé un bras protecteur autour de la taille de son amie et la dirigeait avec douceur vers les marches. Avec étonnement, elle l’entendit lui dire :

img2.pngUne douzaine de marches de dix-sept centimètres sur cinquante de profondeur.

Ylva lui répondit quelque chose qui le fit sourire. Indra n’était peut-être pas une louve de naissance mais elle avait un caractère assez fort et emporté, et lorsqu’elle vit la main d’Amarok presser familièrement la hanche de la jeune femme, elle dut faire appel à tout son self-control pour ne pas flanquer une bonne droite à ce dernier ou arracher la jugulaire de la fille à coups d’ongles.

Elle avança à leur suite sur la pointe des pieds. Elle savait que personne ne pouvait la détecter, elle était un soldat, une « ghostgirl » et si elle devait rester ainsi jusqu’à l’arrivée de Tyee, elle le ferait. Elle n’était plus qu’à deux marches d’écart lorsqu’Amarok s’arrêta devant la porte d’entrée.

img2.pngJe vais te laisser y aller seule afin que tu puisses t’imprégner de la maison. Il n’y a personne à l’intérieur donc tu pourras… faire ce que tu as à faire.

img2.pngMerci, tu es adorable ! susurra-t-elle avant de lui baiser tendrement la joue.

Il lui sourit à nouveau, lui ouvrit la porte, s’effaça, afin qu’elle puisse pénétrer dans la demeure, et referma le battant une fois qu’elle fut à l’intérieur. Il se retourna et poussa un juron en percutant Indra qui était pratiquement collée à son dos.

img2.pngJe peux savoir ce qui te prend ? rugit cette dernière en le bousculant violemment. C’est qui, cette fille ? Et c’est quoi, ce comportement ? Oh et essuie ta bouche, il y a de la bave à la commissure.

Amarok retint un grondement. Il ne voulait pas se disputer avec la compagne de son Alpha mais il ne se laisserait pas non plus insulter sans rien dire.

img2.pngEt toi, ça t’arrive souvent d’épier les conversations qui ne te regardent pas ?

img2.pngTout ce qui se passe ici me concerne, figure-toi, le contredit-elle. Tu oublies que c’est mon équipe qui est chargée de la protection de la meute et cette femme arrive ici en terrain conquis, te saute à la gorge, t’étouffe à moitié par ses baisers et en plus tu la laisses entrer seule dans la maison. Comment veux-tu que je puisse tous vous protéger si vous n’en faites qu’à vos têtes, bordel ?!

img2.pngÇa y est ? Tu as fini ta crise ? Bon sang, tu es pire qu’une lionne ! s’énerva-t-il à son tour. Ylva est une amie. Je l’ai rencontrée en Russie juste avant d’être victime de la malédiction. Tu sais que j’y avais été envoyé pour tenter de renouer des liens aussi bien amicaux que professionnels avec la meute de Russie. Et c’est Ylva qui a convaincu son père qui en était l’Alpha, de bien vouloir m’écouter sans m’écharper.

img2.pngJe suis sûre que vos liens ont été très… amicaux, se moqua-t-elle.

img2.pngJe ne le répéterai qu’une seule fois, gronda Amarok menaçant. Ylva est une amie et sache que je n’ai aucun compte à te rendre.

img2.pngÀ moi peut-être, mais à Manuela…

Les poings d’Amarok se serrèrent. Jamais il n’avait été violent envers une femme mais là, il commençait à en avoir marre des sous-entendus d’Indra. Il s’astreignit à respirer calmement, longuement, et sauta d’un bond les marches.

img2.pngMais où vas-tu ? s’écria-t-elle.

img2.pngLoin, mais alors très loin de toi ! lui répondit-il. Et sois un amour, occupe-toi d’Ylva.

Il était à peine parvenu au bout de l’allée qu’il se déshabilla et se transforma en un loup magnifique.

img2.pngBen tiens, mon grand, si tu crois que je vais jouer les baby-sitters pour une blondasse décolorée, tu te fourres le doigt dans l’œil, marmonna Indra avant de prendre son portable. Où es-tu Jetro ? Bon ok, reste sur place, il y a une forte probabilité pour qu’un nuisible tente de faire son nid au manoir. Quant à moi, il faut que j’aille au bureau. Je te laisse la surveillance de la grande maison.

Elle raccrocha et se dirigea, furieuse, vers son véhicule.

img2.pngNon mais franchement, bougonna-t-elle. M’occuper de cette femme, il rêve ou quoi… Oh que j’ai hâte que Manu rentre et vire cette bimbo du manoir à coups de pied aux fesses…

 

 

 

CHAPITRE 2

 

 

 

Nokomis gara sa moto dans le hangar attenant à la maison. Il était furieux. Encore une fois, Nash avait déjoué sa surveillance alors que Tyee avait été clair à ce sujet : Nash ne devait plus rester seul les jours précédents et suivants la pleine lune pour ne pas se retrouver dans les ennuis comme quelques mois auparavant. Nokomis donna un coup de poing dans un bastaing et se dirigea vers la maison. Heureusement que l’un des hommes d’Indra était sur les traces de son frère. Santi l’avait appelée avant son départ du club pour lui dire qu’il avait retrouvé le fuyard et qu’il se lançait sur sa piste.

Il monta les marches deux par deux et s’arrêta, surpris, en découvrant des valises sous le porche. Haussant les épaules, il ouvrit la porte lorsqu’une odeur suave s’infiltra dans ses narines. Il se tint aussitôt sur ses gardes et avança précautionneusement.

img2.pngAmarok ?

La voix féminine qui venait d’appeler son frère était tout ce qu’il y a de plus sensuelle. Le léger accent slave de l’inconnue, la tessiture qui coulait sur lui comme du miel et l’infime crainte qu’il avait décelée dans cet unique mot fit frissonner son loup.

Il avança encore d’un pas et poussa un cri de surprise devant la femme magnifique qui se tenait devant lui. Mais ce qui l’attira le plus, c’est le trouble qu’il ressentait chez elle. Elle ne semblait pas savoir où elle se trouvait et était pour l’instant collée contre le mur de l’entrée. Aussitôt, Nokomis ressentit pour la jeune femme un irrésistible élan de protection.

img2.pngJe sais qu’il y a quelqu’un !

img2.pngExcusez-moi, je ne voulais pas vous faire peur, commença-t-il en se dirigeant vers la douce apparition. Je suis Nokomis, le…

img2.pngL’un des frères d’Amarok, soupira-t-elle. Veuillez excuser mon comportement, mais je suis seule ici depuis un moment déjà et j’avoue que je suis un peu perdue. Je me prénomme Ylva.

img2.pngAllons au salon, voulez-vous, Ylva ? lui proposa-t-il d’une voix douce. Amarok sait que vous êtes ici ?

img2.pngOui, c’est lui qui m’a fait entrer dans la maison pour que je… enfin, ça n’a pas d’importance. Je pensais qu’il allait revenir mais…

img2.pngSuivez-moi, je vous prie, sourit-il devant son ton hésitant.

Nokomis déposa les clés de sa moto sur la sellette et se dirigea vers le séjour. Il était troublé par la jeune femme, et surtout par le fait que, même en étant à l’intérieur de la maison, elle n’avait pas pris la peine de retirer ses lunettes. Ylva le rejoignit et s’installa avec grâce dans un des fauteuils.

img2.pngJe suis sincèrement désolée, murmura-t-elle.

img2.pngVous n’avez pas à l’être. C’est mon frère l’imbécile s’il a laissé une aussi jolie fille comme vous seule et abandonnée.

img2.pngVous êtes un beau parleur, le tança-t-elle gentiment.

img2.pngNon, vous confondez avec Nash ! répondit-il un peu sèchement. Puis-je vous offrir à boire ?

Ylva resta un moment silencieuse puis poussa un profond soupir.

img2.pngJe veux bien oui, quelque chose de frais dans une canette métallisée non ouverte si possible.

img2.pngRien que ça ! siffla Nokomis en se rendant à la cuisine. À vos ordres, Tsarine Ylva !

La jeune femme se sentait mal à l’aise. Elle aurait voulu qu’Amarok soit là. Il était le seul qu’elle connaissait ici dans cette meute et le moins qu’on puisse dire, c’est que sa famille avait un sens de l’humour très particulier. Elle ne parvenait pas à décrypter ce Nokomis. Elle savait qu’il était l’un des frères cadets d’Amarok, qu’il aimait la solitude et qu’il était le plus calme de la fratrie, voire même un Oméga si elle en croyait Léotie. Pourtant, elle avait décelé chez lui une légère tendance à la colère, voire même à la domination, et si ça intriguait beaucoup Ylva, il en allait de même pour sa louve qui, depuis sa rencontre avec le jeune homme, insistait pour sortir de son carcan humain.

En fermant les yeux, si elle se concentrait assez fort, elle pouvait le distinguer dans la cuisine, la tête dans le réfrigérateur. Sa posture mettait en valeur un fessier musclé et rebondi tandis qu’il attrapait une boisson multivitaminée. Elle pouvait le percevoir prendre un morceau de sopalin et essuyer la buée qui maculait la boîte. Elle le suivait mentalement lorsqu’il revint dans la pièce et prit place sur le canapé face à elle.

img2.pngTenez ! aboya-t-il en lui tendant la boisson.

Elle inspira profondément et allongea le bras, attendant qu’il la lui dépose dans la main.

img2.pngPff… souffla-t-il. Faut pas vous fatiguer surtout.

Elle retint les mots qui tentèrent de se frayer un passage et musela sa louve qui voulait donner une leçon à l’insolent. Elle décapsula la boîte avec beaucoup de grâce, s’installa confortablement dans le fauteuil et croisa les jambes. Elle humecta ses lèvres de la pointe de la langue, y porta la boisson et avala une longue gorgée bien fraîche tout en exhalant un soupir de bien-être.

Nokomis retint un juron tant chaque mouvement de la jeune femme était empli de sensualité. Lorsqu’un gémissement sortit de sa bouche, il ressentit une bouffée de désir aussi intense que malvenue. N’y tenant plus, il se saisit de son portable et envoya un message groupé à chacun des membres de la famille : « Retour à la maison exigé immédiatement ! ».

img2.pngJe pensais que vous seriez plus patient que ça, ronronna-t-elle en portant une nouvelle fois la boisson à ses lèvres. J’ai l’impression que je vous mets mal à l’aise.

img2.pngNon, mais je n’ai pas que ça à faire, gronda-t-il. Il faut que je retourne au club et…

img2.pngAh oui, ce fameux cercle que tout le monde connaît mais dont personne ne parle. Je dois avouer que je suis curieuse à ce sujet.

Il l’observa un long moment pour voir si elle était sérieuse. Et elle semblait l’être en effet. Il se demanda soudain comment elle réagirait s’il lui avouait la vérité.

img2.pngAlors, le taquina-t-elle. Vous êtes toutes une bande de copains qui vous amusez aux bras de fer, qui pariez sur des courses de voitures ?

img2.pngNon, nous offrons des prestations particulières à certains adeptes de… sensations fortes, lui confia-t-il.

img2.pngGenre saut en parachute ? À l’élastique ? Parapente ?

Nokomis se pencha vers Ylva qui frémit en percevant l’odeur de son après-rasage.

img2.pngDes services plus intimes, plus indécents, plus… hard…

Ylva déglutit péniblement. Elle allait s’en tenir là lorsque Nokomis reprit en souriant devant son trouble, son souffle caressant son oreille.

img2.pngDes spectacles d’un érotisme inconvenant, mélange de douleur et de plaisir, d’impatience et de délivrance. Quatre lettres pour six mots décrivant à la perfection le genre de pratiques que l’on offre à notre clientèle : B pour bondage, D pour discipline et domination, S pour soumission et sadisme et M pour Masochisme.

Ylva laissa échapper un léger cri de surprise. Elle comprenait à présent pourquoi personne ne voulait lui en parler. Que ce soit son père, Léotie ou encore Andreï, tous l’avaient laissée dans l’ignorance. Pourtant, elle devait avouer que si elle réprouvait ce genre de sexualité, elle était quand même curieuse. 

Elle se redressa légèrement et perçut l’haleine fraîche du jeune homme contre sa joue empourprée et, lorsque ses lèvres se posèrent sur le bout de son nez, elle poussa un hoquet de stupeur.

C’est ce moment-là que choisit Amarok pour faire son entrée, le souffle court, le visage et le corps ruisselant de transpiration.

img2.pngBon sang, mais qu’est-ce qui se passe ici ? Où est Indra et, toi, comment se fait-il que tu ne sois pas avec Nash ?

 

CHAPITRE 3

 

 

 

L’arrivée d’Amarok avait surpris Nokomis mais celui-ci n’en laissa rien paraître.

img2.pngEh bien, il est temps. Lorsque je suis arrivé, j’ai découvert cette jeune femme errant comme une âme en peine. Peux-tu me donner des explications ?

img2.pngIndra était censée rester avec elle, martela Amarok, visiblement furieux.

Il s’approcha du fauteuil, se saisit de la main de la jeune femme et la posa sur sa joue.

img2.pngJe suis désolé, ma belle. Jamais je ne t’aurais laissée toute seule si j’avais su.

Ylva posa sur lui un regard empli de tendresse.

img2.pngÇa va, Amarok. Ton frère a été d’une grande aide et nous avons longuement parlé, tous les deux.

img2.pngAlors je suis rassuré, avoua-t-il en baisant la paume de la jeune femme avant de se lever.

Nokomis, de plus en plus étonné, le regarda agir à l’égard de la jeune femme avec un mélange de complicité et d’amitié. Aussitôt une vague plus incongrue que la colère s’empara de lui. Comment Amarok pouvait-il se permettre de la toucher avec une telle familiarité ? Le loup de Nokomis grondait, déchirait sa poitrine. La rancœur qu’il ressentait envers sa famille et surtout envers Nash perturbait l’animal en lui et, de plus en plus souvent il devait s’obliger à se contrôler. Sa respiration se fit plus rapide, un voile rouge vint colorer sa vision. Il savait que s’il ne relâchait pas la pression, il allait s’engager dans un combat avec Amarok sans ignorer qu’il n’en sortirait pas vainqueur.

Il s’excusa vaguement et sortit de la maison. Une voiture se gara et Tyee en émergea, suivi de près par Manuela.

img2.pngMais bon sang, Tyee. Je suis enceinte, pas moribonde, fulmina-t-elle, tandis qu’il l’aidait à avancer.

Ce dernier leva les yeux au ciel et s’adressa à Nokomis qui serra les poings d’appréhension.

img2.pngNash est au club, il ne devrait plus tarder, le renseigna-t-il. Santi a appelé au bureau. Ton jumeau ne supporte plus d’être, selon ses mots, « fliqué » et voulait tester ta patience.

img2.pngBen moi, je le comprends, marmonna Manuela en lançant un regard noir à son beau-frère. Même moi je ne peux pas éternuer sans qu’on appelle les secours.

img2.pngOui, bon, j’ai cru que tu avais une contraction, bougonna Tyee avant de s’adresser de nouveau à son frère. Que se passe-t-il ? Pourquoi ce message urgent  et à qui sont ces bagages ?

img2.pngLes bagages sont une partie du problème, le second, c’est leur propriétaire qui est à l’intérieur et qui semble décidée à rester, le renseigna Nokomis.

img2.pngMais qui est-ce ? demanda Tyee en montant les marches tout en prenant soin d’aider Manuela.

img2.pngYlva Slava, de la meute de Russie, vingt-cinq ans. A passé toute sa vie dans un coin perdu des steppes de Sibérie, fille du chef de meute jusqu’à l’abdication de ce dernier pour Andreï, son second, les informa Indra, apparaissant comme par magie.

img2.pngBon sang, j’ai horreur quand tu fais ça, murmura Manuela.

img2.pngDésolée, j’ai garé ma voiture près de la maison du gardien et j’ai oublié d’abaisser mes barrières. Donc comme je le disais, il s’agit d’une louve de la meute de Russie. Elle est arrivée en ville ce matin. À peine descendait-elle de l’avion qu’elle prenait un taxi direction le manoir. Elle n’a fait aucun arrêt en route, n’a parlé à personne, à part au chauffeur, et n’a passé aucun coup de fil.

img2.pngMerci, Commandant Divry ! Rien d’autre ? se moqua Tyee en la plaquant contre sa hanche.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin