Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

La nuit de l'Imoko

De
162 pages
Portraits et scènes de vie prennent, sous la plume de Boubacar Boris Diop, la forme d'un rendez-vous avec l'histoire. Un regard simple et vrai sur les gens et les choses.
Conçues entre 1998 et 2012, les nouvelles réunies dans La nuit de l'Imoko témoignent de la cohérence de l'univers littéraire de l'écrivain sénégalais. Au-delà de la déroute des sociétés africaines, il y donne à voir les tourments d'êtres à la dérive, pris au piège de leurs délires. Loin de de toute vaine luxuriante, ces récits sans fards ni artifices sont ceux d'un observateur lucide et désabusé de notre époque.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

sans fards ni artiIces sont ceux d’un observateur lucide et désabusé de notre époque.
Né à Dakar, Boubacar Boris Diop écrit en français et en wolof.
Récit
La nuit de l’Imoko Boubacar Boris Diop
Extrait de la publication
Extrait de la publication
La nuit de L’imoko
Extrait de la publication
mIsE EN pàgE : VIrgINIE tUrcOTTE maquette de couverture: ÉTIENNE BIENvENU Er dépôT légàl : 1 TrIMEsTrE 2013 © ÉDITIONs méMOIrE D’ENcrIEr
CàTàlOgàgE àvàNT pUblIcàTION DE BIblIOThèqUE ET archIvEs NàTIONàlEs DU QUébEc ET BIblIOThèqUE ET archIvEs CàNàDà dIOp, BOUbàcàr BOrIs, 1946- Là NUIT DE l'iMOKO  (RécIT)  iSBn 978-2-89712-078-8(Papier)  iSBn978-2-89712-079-5(PDF)  iSBn978-2-89712-080-1(ePub)  i. tITrE.
PQ3989.2.d56n84 2013 843'.914 C2013-940570-4
Nous reconnaissons le soutien du Conseil des Arts du Canada.
méMOIrE D’ENcrIEr  1260, rUE BélàNgEr, bUrEàU 201  mONTréàl, QUébEc,  H2S 1H9  tél. : (514) 989-1491  téléc. : (514) 928-9217  INfO@MEMOIrEDENcrIEr.cOM  www.MEMOIrEDENcrIEr.cOM
Réalisation du fichier PDF : Éditions Prise de parole
Extrait de la publication
BOUbàcàr BOrIs dIOp
La nuit de L’imoko
RécITs
Extrait de la publication
DUMÊMEAUTEUR
ROMàNs Le temps de Tamango, PàrIs, HàrMàTTàN, 1981/ PàrIs, SErpENT â PlUMEs, 2002. Les tambours de la mémoire, PàrIs, HàrMàTTàN, 1990. Les traces de la meute, PàrIs, HàrMàTTàN, 1993. Le Cavalier et son ombre, PàrIs, STOcK, 1993/PàrIs, PhIlIppE REy, 2010. Murambi, le livre des ossements, PàrIs, STOcK, 2000/ PàrIs, ZUlMà, 2011. Doomi Golo(rOMàN EN wOlOf), dàKàr, PàpyrUs-afrIqUE, 2003 (NOUvEllE éDITION 2013). Kaveena, PàrIs, PhIlIppE REy, 2006. Les petits de la guenon, PàrIs, PhIlIppE REy, 2009 (vErsION fràNçàIsE DEDoomi Golo).
essàIs NégrophobieoDIlE tObNEr ET FràNçOIs-XàvIEr (avEc VErschàvE), PàrIs, LEs arèNEs, 2005. L’Afrique audelà du miroir, PàrIs, PhIlIppE REy, 2007.
Extrait de la publication
LAPETITEVIEILLE
À JeanLuc Raharimanana, qui comprendra.
ils àvàIENT rENDEz-vOUs â ONzE hEUrEs DU MàTIN àvEc LUcIE DE BràUMbErg â l’hôTEl BàTEKE. À lEUr àrrIvéE, UN EMplOyé vINT àNNONcEr â LàMINE kEITà qU’Il y àvàIT UN MEssàgE pOUr lUI â là récEpTION. il lE pàrcOUrUT ET sE TOUrNà vErs sON cOMpàgNON : – LUcIE EsT rETENUE àU PàlàIs. SON pETIT-DéjEUNEr DE TràvàIl àvEc lE PrésIDENT TIrE EN lONgUEUr. – QUEl présIDENT ? DEMàNDà màlIcK CIssé EN frONçàNT lEs sOUrcIls, vàgUEMENT INqUIET. JEUNE hOMME plUTôT sIMplE, màlIcK CIssé NE sE sENTàIT pàs â sà plàcE DàNs lE MONDE Où LàMINE kEITà sE MOUvàIT, àU cONTràIrE, àvEc àIsàNcE. – JE TE pàrlE DUBig Boss, répONDIT cE DErNIEr. QU’EsT-cE qUE TU crOIs ? ellE EsT â TU ET â TOI àvEc TOUs cEs gENs, NOTrE LUcIE. – eT qUàND rEvIENT-EllE ? – ellE prOpOsE qU’ON sE vOIE DàNs DEUx hEUrEs.
5
Extrait de la publication
– C’EsT bIEN. oN MONTE prENDrE UN càfé àU prEMIEr ? JUsTE àU MOMENT Où LàMINE kEITà àllàIT répONDrE, sON pOrTàblE sE MIT â sONNEr. LE nOKIà plàqUé cONTrE sà TEMpE, Il DIsàIT : « allô ! allô ! » TOUT EN fàIsàNT sIgNE â màlIcK CIssé DE NE pàs bOUgEr. VINgT MINUTEs plUs TàrD, Il éTàIT ENcOrE EN TràIN D’àrpENTEr NErvEUsEMENT lE hàll DU BàTEKE EN crIàNT : – J’EN àI MàrrE, MON vIEUx.Le Diamant noir, c’EsT MON filM OU MErDE ? SI c’EsT cOMME çà, TU sIgNEs là réàlIsàTION ET ON N’EN pàrlE plUs ! LàMINE kEITà N’éTàIT pàs N’IMpOrTE qUI. oN NE pOUvàIT OUvrIr UN jOUrNàl sàNs y àpErcEvOIr lE DOUblE MENTON ET là lèvrE INférIEUrE pENDàNTE DE cE cOlOssE D’UNE TrENTàINE D’àNNéEs. uNE IMàgE Très prIséE DEs MéDIàs lE MONTràIT TOUjOUrs DEbOUT DErrIèrE UN TrépIED, sON éTErNEl bONNET Càbràl vIssé sUr là TêTE. VIsàgE gràvE, rEgàrD vIf ET péNéTràNT, LàMINE kEITà sEMblàIT MONTEr â l’às-sàUT DEs fOrcEs DU màl, prêT â fàIrE fEU sUr lEs ENNEMIs DE l’afrIqUE àvEc sà rEDOUTàblE càMérà DE cINéàsTE ENgàgé. oN pàrlàIT bEàUcOUp DE sON prOchàIN filM, Le Diamant noir. dEpUIs plUsIEUrs sEMàINEs, lE pUblIc éTàIT TENU EN hàlEINE pàr D’INTENsEs spécU-làTIONs sUr lE NOM DE l’àcTrIcE prINcIpàlE. QUàNT â màlIcK CIssé, Il àvàIT â vràI DIrE pEU DE rEspEcT pOUr lE TràvàIl DE sON àMI D’ENfàNcE. il lE sOUpçONNàIT DE DéNIgrEr l’afrIqUE, cOMME TàNT D’àUTrEs, pOUr DràINEr lEs fONDs DE là COOpéràTION fràNçàIsE vErs sON cOMpTE EN bàNqUE ET sE fàIrE àpplàUDIr EN occIDENT.
6
– tU chErchEs â prOUvEr qUOI, àvEc TON cINéMà ? lUI àvàIT-Il DEMàNDé UN jOUr. QUE lEs nègrEs sONT jUsTE càpàblEs DE MUTIlEr lEs ENfàNTs, DE TUEr ET DE vIOlEr D’INNOcENTs cIvIls ? tU pENsEs vràIMENT qUE lEs chOsEs sONT àUssI sIMplEs ? – BIEN sûr qUE NON, àvàIT réplIqUé LàMINE kEITà. màIs NOUs NE DEvONs pàs pàssEr NOTrE TEMps â àccUsEr lEs àUTrEs ! LàMINE kEITà fUsTIgEàIT DE MàNIèrE qUàsI rITUEllE lEs TràDITIONs NégrO-àfrIcàINEs, jUgéEs réTrOgràDEs, ET lEs vIOlàTIONs DEs DrOITs DE l’hOMME sUr lE cONTINENT. CEpENDàNT, Dès qU’ON l’INvITàIT â sE MONTrEr plUs précIs, Il sE réfUgIàIT DErrIèrE sON sTàTUT DE créàTEUr lIbrE DE rEsTEr àU-DEssUs DE là MêléE. il lUI àrrIvàIT DE crITIqUEr lE PrésIDENT, MàIs àvEc UNE cErTàINE TENDrEssE, EN s’éMErvEIllàNT prEsqUE qU’UN sI gràND hOMME àIT DàIgNé DIrIgEr UN pàys àUssI INsIgNIfiàNT. il vENàIT D’àIllEUrs DE DéclàrEr qUELe Diamant noirsEràIT UN hOMMàgE àU PrésIDENT, « DéfENsEUr INTràITàblE DE là cUlTUrE NàTIONàlE ET DEs vàlEUrs NégrO-àfrIcàINEs ». avEc DE TEllEs phràsEs, lE rUsé LàMINE kEITà àrrIvàIT sàNs pEINE â s’OUvrIr TOUTEs lEs pOrTEs. màlIcK CIssé éTàIT àllé l’àccUEIllIr â l’àérOpOrT qUElqUEs jOUrs plUs TôT. il l’àvàIT vU sIgNEr DEs àUTOgràphEs pOUr qUElqUEs pàssàgErs DE sON vOl ET MêME pOUr lEs pOlIcIErs ET lEs DOUàNIErs. – tU Es sûr qU’Ils ONT vU TEs filMs ? lUI àvàIT-Il DIT EN rIàNT. – nON, MàIs Ils EN ONT ENTENDU pàrlEr ! eh OUI, c’EsT çà NOTrE cINéMà ! uNE sOIréE DE gàlà àU pàys pOUr lEs cONNàrDs D’EN hàUT ET hOp EN rOUTE pOUr DEs fEsTIvàls â obErhàUsEN, mIlàN, mONTréàl OU
7
aMIENs. LEs gENs vONT ENTENDrE sUr lEs ràDIOs ET â là Télé qUE j’àI EU DEs prIx ET Ils sErONT fiErs DE lEUr gràND cINéàsTE. JE sUIs UN gràND cINéàsTE pàr OUï-DIrE ! – eN sOMME, cE sONT lEs àUTrEs qUI TE DIsENT sI TON filM EsT bON OU pàs. eh bIEN… – t’às rIEN cOMprIs, màlIcK ! C’EsT lE sysTèME, MON vIEUx ! LàMINE kEITà éTàIT cEpENDàNT UN hOMME Très hONNêTE â sà MàNIèrE. aIMàNT bEàUcOUp l’àrgENT, Il àvàIT TrOUvé, prEsqUE pàr hàsàrD, UN MOyEN sIMplE – ET plUTôT gràTIfiàNT – D’EN àvOIr. JàMàIs Il NE s’éTàIT prIs pOUr UN àrTIsTE TràNscENDàNT rONgé pàr lEs fièvrEs NOcTUrNEs DE là créàTION. après àvOIr ràccrOché, Il rEvINT s’àssEOIr EN fàcE DE màlIcK CIssé. il éTàIT EssOUfflé cOMME àprès UN EffOrT sOUTENU : – excUsE-MOI D’àvOIr éTé sI lONg. J’éTàIs àvEc PàrIs. il y à DEs pETITs prOblèMEs àvEc lE scéNàrIO DUDiamant. CE brIgàND DE JàcqUEs mONTpEN-sIEr ! il M’à DIT cOMME çà : « ÉcOUTE, LàMINE, Il y à UN sEUl FràNçàIs DàNs TON scéNàrIO, cE RObErT dOUMErgUE, ET c’EsT UN sàlàUD, TràfiqUàNT D’àrMEs ET DE DIàMàNTs, prOxéNèTE, Il TOrTUrE lEs bràvEs pàTrIOTEs DE TON pàys ET TOUT. tOUT çà pOUr lUI TOUT sEUl ? C’EsT UN pEU bEàUcOUp, NON? » JE lUI àI répONDU : « eT àlOrs, JàcqUEs ? » « eh bIEN, MON gàrs, TOUT â fàIT ENTrE NOUs, IcI â PàrIs pErsONNE N’àIME çà. » QUàND jE lUI àI DIT qUE c’éTàIT cElà là réàlITé, qU’Il y àvàIT DEs BOb dENàrD ET plEIN D’àvENTUrIErs DU MêME gENrE qUI fOUTàIENT là MErDE pàrTOUT EN afrIqUE, Il s’EsT UN pEU fAché. « màIs qU’EsT-cE qUE NOUs, ON vIENT fàIrE DàNs vOs
8
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin