Là où volent les papillons

De
Publié par

Un couple moderne. Le futur père qui ne cesse de s'interroger sur l'attitude de l'aimée, entame un long monologue à l'adresse de l'enfant qui va naître. Le monde n'est ni très beau ni très bon. L'homme n'est ni très beau ni très bon, mais la vie vaut la peine d'être vécue et la nature est là, que symbolisent les papillons.
Puis le drame survient.
Un texte pudique où se mêlent humour, tendresse et nostalgie dans une écriture élégante et qui coule.


Publié le : lundi 3 mars 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332657404
Nombre de pages : 84
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-65739-8

 

© Edilivre, 2014

Du même auteur

Du même auteur :

 

LA VOULZIE – Roman autobiographique

QU’EST-CE QU’ELLES FONT LA CES CROIX – Témoignage

L’AMOUR ARC EN CIEL – Roman

LE TABLIER BLEU – Récit (Editions De Borée)

MARIA DU BOUT DU MONDE – Roman du terroir (Editions De Borée)

Mel : fjthoulon@gmail.com

Site Internet : m-thoulon-languet.fr

Citation

 

 

As-tu perdu l’empire du monde ? Ne t’en afflige pas, ce n’est rien.

As-tu conquis l’empire du monde, Ne t’en réjouis pas ce n’est rien.

Passe à côté du monde. Ce n’est rien.

Poète Persan

Là ou volent les papillons

 

 

On m’a affublé du prénom de Kléber. Une tare pour moi, la couronne d’épines de ma prime enfance. Il me tintait aux oreilles comme un faux accord. Je le haïssais. J’en aurais haï d’emblée de la même façon le responsable s’il s’était présenté. Ce qui n’arrivera pas, mon malheur étant dû à la seule volonté de l’ancêtre qui par testament obligea la descendance à pondre un Kléber par génération. Qui a cédé à ce vœu pieux ? Ma mère ? Mon père ? Les deux vraisemblablement.

Le premier de la famille fut un héros de guerre. Un héros donc. Son portrait a longtemps trôné dans la demeure familiale. Je n’ai eu de cesse de le dépendre de ce haut-lieu, tant la galerie de ses médailles écrasant sans vergogne un corps terni par le temps, un ventre et une poitrine devenus fantomatiques, pouvait inciter les héritiers à la tentation d’une vaine gloire. Et c’est maintenant moi, Kléber junior qui en quelque sorte le remplace de ma chair bien vivante entre les hauts murs et dans toutes les pièces de notre paradis terrestre. Il a toujours fallu se signer devant ce portrait que, s’il était tombé, j’aurais balancé tel un caillou en travers de vos pas. J’étais aussi froid devant lui que Narcisse devant la nymphe Écho.

Le plus contrariant est que Kléber est accolé au joli nom de Cézame. Je reconnais que l’ensemble sonne assez bien. Trop ! J’appréciais moins l’ensemble lorsque les copains se gargarisaient de ce « Sésame ouvre-toi » lancé à la volée à chacun de mes rendez-vous galants. Quand je n’étais pas Ali Baba et même tournesol si quelque rigolo confondait Cézanne et van Gogh. Comment ne pas détester les tournesols et le jaune des tournesols.

A la faculté, j’optai pour Jacques, mon second prénom, aussi honorifique que l’autre puisque à l’aune de modèles tels que Jacques d’Aragon ou Jacques le fameux de la Grande Guerre. Un général ! Tous deux valaient bien mon suffisant d’ancêtre Kléber qui m’imposait son K. Je devenais le rejeton condensé des deux J. Aussi exultai-je au pied de son portrait en lui contant la chose. Je cessai de le maudire. J’étais grandi, moi si gauche, si nul, malgré ce que tous prétendaient, un physique attirant et un esprit lumineux.

J’avais tout de suite mis les copains dans le secret. On ne se trahit pas entre copains. Mais par distraction, je négligeais bien souvent de répondre au nom d’emprunt de Jacques si mes favorites m’interpellaient dans quelque lieu public. Elles m’attribuaient pour cela, une nature de rêveur, de poète proche des étoiles, avantage certain auprès des toute-douces. Si bien que j’étais dispensé de toute récrimination et représailles d’un sexe étonnamment indulgent et empathique, si en dernière minute et par souci d’indépendance, je me soustrayais volontairement à un rendez-vous galant… Jacques était dans la lune…

Ce jeu naïf cessa et aussi mon complexe. Je devins adulte. Politique averti autant qu’illustre, je réalisai finalement que « Kléber » correspondait mieux à mon visage mature, durci, sec, au regard âpre pris – surtout dans ses débuts – par l’assurance du jargon de circonstance dans le devoir qui m’incombait.

J’ai depuis, abandonné ce monde-là, déçu et las de tourner en rond. J’ai laissé ces gens sanglés dans leur carcan de tartuferie, tout de fausses certitudes et de clichés. Je ne m’adressai plus qu’à des femmes luxueuses qui jugèrent mon prénom hors du commun, tel l’interlocuteur. J’étais flatté. Et si elles cédaient à mes fantasmes, c’était un peu grâce à lui ! J’avançais alors le prénom tel un oriflamme. Que j’avais pu être sot !

Si personne n’infantilise l’homme autant que la femme-mère, rares sont les femmes-amantes qui ne vous rehaussent pas de quelques pouces. A moins qu’on ne leur donne les moyens ou le temps de vous les faire reperdre, et bien plus encore. Ce qui n’est pas mon cas, mes liaisons s’avérant généralement fort courtes. J’ai le tort de foncer tête baissée à chaque rencontre un peu troublante sans un temps de réflexion. D’où mes revirements brutaux et douloureux pour l’autre.

Mais je n’en suis pas tellement responsable… mon charisme paraît-il, mon ci, mon ça… la facilité quoi… Je n’en tire pas gloire. J’en profite. Sans cynisme. Sans vanité. Les choses étant ce qu’elles sont, pourquoi la frustration gratuite ? Je me pardonne. M’évitant des justifications hasardeuses, j’en conclus que « c’est la vie » et je me sens plus léger.

Il est des sujets tellement plus importants de par le monde ! Je ne suis qu’un maigre pion sur l’échiquier. Aujourd’hui surtout, où la France est en transe. Ça bouge dur à Paris. Cailloux, pavés, incendies. Il y a maintenant une manifestation monstre entre la Bastille et République. Nous serions en face d’un pouvoir qui appelle à la guerre civile. On verra bien… Notre fringant chef des Français joue son grand rôle. Un jour il fera partie de ces géants préhistoriques.

L’actualité est très inquiétante. Clara, mon amie du moment est optimiste, moi pas, elle l’est toujours ; son petit univers ne connaît pas les chaos. On va encore être pétris, pressés, tiraillés de tous côtés comme la pâte. De quoi en perdre son latin. Et tous ces désespérés qui misent à fond sur leurs cris de détresse et de révolte au travers de guignolesques spectacles de rues qui correspondent si peu au sérieux et au bien-fondé des multiples récriminations.

*
*       *

Tout à l’heure j’irai chercher Clara chez elle pour une demi-journée à deux. Le ciel n’est pas encore bleu, une brume légère le voile. Mes roses commencent à s’ouvrir, de grosses roses blanches et d’autres plus petites dont les pétales retiennent comme au bord d’une paupière, une larme prête à s’échapper. J’ai des dahlias aussi, majestueux, mes « princes d’église » habillés de pourpre et de violet. Tout ce mélange assaisonné au beau rire de Clara me met la joie au cœur quand elle est là et je me sens frais comme un gardon et je caresse son visage duveté. Elle est ma fée.

Je suis comblé par la contemplation de mon grand saule. Il palpite sous la brise qui s’est levée. Elle a déclenché sa musique interne, et les frissonnements discrets troublent la parure qui chatoie dans la lumière. Je ferme les yeux et me berce du chant qui m’est destiné. Émotion étrange. La sève de ma terre semble mêlée à la mienne. Je me sens une âme de taoïste. J’en suis tout bedonnant. Dans un moment je monterai au grenier pour faire provision de pommes que j’apporterai à ma cousine Betty avant de me rendre chez Clara. Ce grenier et tout ce qui m’entoure constituent mon Tombouctou à moi et ses sentiers pavés d’or… « mais c’est l’oiseau bleu que nous avons cherché… ! nous sommes allés si loin et il était ici »

Il me manque me dit-on, ces amis de l’homme que sont les animaux, mais dégâts et contraintes occasionnés m’y font renoncer, l’arrosage des fleurs et l’entretien de mon nid me suffisant amplement. Je ne désire jamais plus que ce qui m’est donné. Je redoute je l’avoue, toutes ces maladies générées par trop d’intimité avec les animaux domestiques. Ça vous frotte, ça vous lèche, ça vous refile vers, tiques qui saignent à blanc, poils à tous vents, allergies garanties..

Et vraiment, je ne regrette en rien mon abandon de la vie politique et de ses faux-semblants obligés qui me pesaient. Elle me rongeait, elle me manipulait. Je ne venais plus à bout de ses bruits, de ses formes dans l’ombre. Perroquets et toutous, honnêtes crapules moulinant dans les grigris, principes honorables et formules sédatives. Temps de guerre froid, gris. De rejets, de frustrations, d’applaudissements débiles. Il me fallait renverser la tête vers l’arrière pour voir les étoiles. Elles étaient généreuses à travers les kilomètres des nuits interminables où je rentrais fourbu. Douces à ces heures où je ne faisais que rouler en me vidant la tête, à ne regarder qu’elles, les panneaux qui défilaient, pour interrompre ma course parfois à cause d’un chien clochard ou d’une ombre insolite qui se dressait…

Petits bonheurs, petites ivresses et mains serviles. De cela ne ressortaient que mots et formules et peu de résultats. Impossible toujours d’aller jusqu’au bout de mes ardeurs, de mes convictions, de mes désirs d’humaniste. Jusqu’au bout de tout. De concrétiser ce à quoi j’aspirais pour moi et pour le pays. Des freins, toujours des freins. Arguments fondés. Arguments fallacieux usés. On surfe comme on peut. On ne saurait en mesurer le poids.

Finie la rigolade, j’avais lâché prise et mis de côté toutes les « démocraties » du monde. Ben Laden, Poutine, Bush et compagnie. Petits fichus-chiffons les nouvelles armes. Même la fraternité dans les armes. Toutes les obsessions. J’en avais marre. Oh combien je comprenais Clara et son goût pour le bouddhisme, lorsque je m’y perdais, dans les étoiles de ces nuits, tout comme si je leur traversais l’âme.

Mon amie s’isolait en quelque sorte. Je comprenais, au-delà de nos doutes à tous deux quant à l’humanité de l’humain, son besoin d’une longue réflexion avant de me confier sa petite personne à vie. A propos du concept d’humanité et bien que cela n’ait pas grand rapport avec ce que je relate, je viens d’être interpellé par la réflexion d’un philosophe décrétant avec justesse qu’il « suit les variations de la tradition sociale ». Il est vrai que l’anthropophagie, par exemple, a été parfaitement humaine en d’autres temps ( rien ne dit qu’elle ne l’est pas encore en d’autres lieux ou qu’elle ne réapparaîtra pas )… Tout comme l’esclavage d’ailleurs. Quoique, l’esclavage…...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant