La Rente ira-t-elle au pair ? ou Examen raisonné sur les causes du mouvement actuel des effets publics et les variations qui pourront en résulter

Publié par

Dentu (Paris). 1821. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1821
Lecture(s) : 6
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA RENTE
ou
IRA-T-ELLE AU PAIR?
EXAMEN RAISONNE
SUR LES CAUSES DU MOUVEMENT ACTUEL DES EFFETS PUBLICS,
ET LES VARIATIONS QUI POURRONT EN RÉSULTER.
Le taux des fonds publics est le vrai thermo»
mètie de la prospérité ---d'une nation.
PARIS,
J. G. DENTU, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,
rue des Petits-Augustins, n° 5.
MDCCCXXI.
LA RENTE
IRA-T-ELLE AU PAIR?
CHAQUE jour on voit la rente monter conti-
nuellement d'un certain nombre de centimes;
recule t-elle un jour ou deux, de suite elle re-
vient au taux précédent, et le dépasse même.
Quelles sont les causes de ce mouvement pro-
gressif ? Doit-il durer encore long-temps? Jus-
qu'où ira-t-il? Telles sont les questions qui
occupent aujourd'hui l'attention générale. Nous
allons tâcher de les résoudre, en les traitant
seulement sous le rapport financier et du crédit
public, sans avoir égard ni aux opinions poli-
tiques ni aux diverses nuances qui distinguent
la manière de juger de chaque individu.
Il y en a qui prétendent que la Bourse est
menacée d'une catastrophe ; qu'une baisse épou-
(4)
vantable doit indubitablement frapper la place ;
ceux-là remontent à la crise de 1818; ils se
disent appuyés (par l'expérience; mais ils ne
voient point que la situation des affaires est
toute différente; ils ne voient point que des
capitaux immenses de l'intérieur et de l'exté-
rieur sont aujourd'hui concentrés à la Bourse ;
ils ne voient point que dans tous les déparlemens
on achète maintenant des rentes sur l'Etat; que
les achats faits cette année sont supérieurs à ceux
de l'année dernière, et que les achats de l'année
prochaine le seront à ceux de cette année. Tel
qui ne voulait pas de la rente à 80 francs , en
achète à 89 ou à 90 francs; et tel qui n'en veut
pas à 89 francs, en voudra lorsqu'elle sera à
100 francs. La rente 5 pour cent consolidés est
un effet dont tout le monde veut aujourd'hui ;
et si l'on hésite pour en acheter, c'est que l'on
reste dans l'attente de saisir un moment de
baisse.
Pourquoi,la rente monte-t-elle toujours?
parce que l'on achète journellement., et que
personne ne se soucie de vendre. Le pair, le
pair...... tel est le mot que chacun se répète
aujourd'hui.
Sans doute la rente éprouvera encore quel-
ques mouvemens rétrogrades avant d'arriver
/
(5)
au pair; mais lorsqu'elle baissera, on s'em-
pressera de la prendre. Des millions, des mil-
liards.....sont là, qui attendent la moindre
petite réaction en baisse pour l'absorber.
Ainsi, la baisse aujourd'hui ne peut être que
momentanée; et la rapidité avec laquelle on
la relancera à son taux primitif, la fera revenir
à un prix plus élevé. Si l'on en veut une preuve,
que l'on jette les yeux sur le mouvement rétro-
grade qui a eu lieu au mois de mars dernier,
et sur la hausse subite qui l'a suivi.
Depuis le commencement de cette année,
le prix de la rente a suivi une marche uniforme
et continuellement progressive que rien n'a pu
arrêter, ainsi que l'indique l'état ci-dessous des
divers taux de la rente 5 pour cent consolidés
depuis le 2 janvier dernier :
Au 2 janvier 1821, jouis, du 22 septem. 1820, 7977 -f *
Au 15 janvier idem , 80 62 ½
Au 1er février idem, 81 5o
Au 15 février idem, _ 83 22 ½
Au 1er mars idem-, 8570
Jouis, du 22 septem, 1820, fesmé le 5 mars, à 85 45
* On a pris, pour terme de comparaison, le cours moyen au
comptant des jouis indiqués.
(6)
Au 15mars 1821, jouis, du 22 mars 1821, 81 50
Au 2avril idem. 82 15
Au 14 avril idem, 82 22 ½
Au 2mai idem, 82 5
Au 15 mai idem, 83 5o
Au 1er juin idem, 85 75
Au 15 juin idem, 85 57 ½
Au 2 juillet idem, 85 87 ½
Au 14 juillet idem, 85 55
Au 1eraoût idem, 86 45
Au 16août idem, 88 42~
Au 1er septem. idem, 8785
Jouis, du 22 mars 1821, ferme' le 4 septem., à 88 20
Au 15 septem., jouis, du 22 septem. 1821,86 5o
Au 1er octobre idem, 8872 ½
Au 12 octobre idem, 8990
Les reconnaissances de liquidation que l'on
rembourse annuellement, sont maintenant
considérées comme des effets à échéance qui
sortent de la ligne des effets publics, telle que
la rente, qui a un mode particulier d'amortis-
sement.
Le cours des annuités suivra une marche
particulière qui lui est tracée par le mode admi-
rable de combinaison que l'on a adopté pour
le tirage des lots et primes, duquel il résulte
que la sixième et dernière année, il y aura les
mêmes chances au tirage pour les dix million*

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.