La Rose blanche

De
Publié par

Le printemps 1943. La bataille de Stalingrad venait de se terminer par la défaite des forces allemandes. Apparurent alors à Munich des affiches où on lisait :
« Ont été condamnés à mort pour haute trahison :
Christoph Probst, 24 ans,
Hans Scholl, 25 ans,
Sophie Scholl, 22 ans.
La sentence a été exécutée. »
Les trois étudiants décapités à la hache étaient, avec trois de leurs compagnons qui seront exécutés plus tard, les animateurs d’un mouvement de résistance, « La Rose Blanche », dont les Munichois avaient pu lire les tracts depuis quelques mois.
Inge Scholl, sœur des deux premiers, raconte ici leur histoire : l’enfance en Bavière dans une famille protestante, l’entrée dans la Jeunesse hitlérienne, puis, peu à peu, la découverte de la réalité nazie et, enfin, cette décision déchirante : la résistance contre leur propre pays en guerre.
« La vraie grandeur, écrit Inge Scholl, est sans doute dans cet obscur combat où, privés de l’enthousiasme des foules, quelques individus, mettant leur vie en jeu, défendent, absolument seuls, une cause autour d’eux méprisée. »
Ces six universitaires ont plus que personne contribué à sauver l’honneur de l’Allemagne. Pascal disait : « Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger. » Nous devons croire celle-ci, entre toutes, aujourd’hui.
Traduit de l'allemand par Jacques Delpeyrou, publié par les Éditions de Minuit en 1955.
Sommaire : Préface – Printemps 1943 – Tracts de la Rose blanche – Tracts du Mouvement de Résistance – Le dernier tract.
Publié le : jeudi 4 avril 2013
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782707326942
Nombre de pages : 159
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
LA ROSE BLANCHE
Extrait de la publication
LA
INGE SCHOLL
ROSE
BLANCHE
traduit de l’allemand par JACQUESDELPEYROU
LES ÉDITIONS DE MINUIT
Extrait de la publication
rS1953 by Inge A ICHER CHOLL rÉ M1955/2008 by L ES DITIONS DE INUIT www.leseditionsdeminuit.fr
Extrait de la publication
Rien dans les tracts de la Rose Blanche n ’a ce caractère un peu grandiloquent des discours de circonstance. Tout y sonne juste au contraire, tout y apparaît prophétique jusque dans les dé tails. « On ne peut pas discuter du nazisme, ni s’opposer à lui par une démarche de l’esprit, car il n’a rien d’une doctrine spirituelle. … Depuis la mainmise sur la Pologne, trois cent mille juifs de ce pays ont été abattus comme des bêtes. C’est là le crime le plus abominable perpétré contre la dignité humaine, et aucun autre dans l’histoire ne saurait lui être comparé. … Cha cun rejette sur les autres cette faute commune, chacun s’en affranchit et continue de dormir, la conscience calme. Mais il ne faut pas se d ésoli
7
Extrait de la publication
dariser des autres, chacun estcoupable, coupable, coupable. » Et ceci : « Seronsnous pour tou jours le peuple haï de tous, exclu du monde ? » Si le peuple allemand a échappé à ce sort, c’est à Sophie et Hans Scholl, Kurt Huber, Chris toph Probst, Willi Graf et Alexander Schmo rell qu’il le doit d’abord. Comme ils l’ont écrit euxmêmes, parlant de l’Allemagne : « La fin sera atroce mais, si terrible qu’elle doive être, elle est moins redoutable qu’une atrocité sans fin. » Hans et Sophie Scholl étaient croyants. Ils n’ont pas pris les armes, ils n’ont tué personne. La seule vie qu’ils ont sacrifiée, c’est la leur. « Je ne crois, disait Pascal, que les histoires dont les témoins se feraient égorger. » Face à Hitler, ces six universitaires allemands ont donn é au monde l’une des leçons les plus crédibles de ce temps.
Les Éditions de Minuit
KURTHUBER Professeur de philosophie (24 oct. 1893  13 juil. 1943)
CHRISTOPHPROBST Etudiant en médecine (6 nov. 1919  22 fév. 1943)
Extrait de la publication
HANSSCHOLL Etudiant en médecine (22 sept. 1918  22 fév. 1943)
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant