//img.uscri.be/pth/8794f7b51f5a777bca03accbc1b0a50571f7d6e1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La route de Tamanrasset

De
236 pages
Largement inspiré de son propre voyage, l'auteur nous conte l'histoire d'un jeune homme qui s'embarque pour Alger au milieu des années 1980, muni d'un vélo et d'une tente, afin de rallier Tamanrasset. Le récit de sa randonnée d'oasis en oasis, à hauteur d'homme, fait revivre au présent cette Algérie saharienne, grandiose, belle et fraternelle. Au bout du voyage, le narrateur met ses pas dans ceux de Charles de Foucauld, jusqu'au plateau de l'Assekrem. Il rend ainsi hommage à cet ermite du Hoggar, fondateur involontaire de Tamanrasset, où il mourut le 1er décembre 1916.
Voir plus Voir moins
1
Denis Fontaine
La route de Tamanrasset
La route de Tamanrasset
Denis Fontaine La route de Tamanrasset
Du même auteur
DEROODENBEKEE.,FONTAINED. (coord.),Améliorer l’hygiène hospitalière. Guide en organisation hospitalière dans les pays en développement, Paris, La Documentation Française, 2001, 192 p.
MERAMD.,EYRAUDG.,FONTAINED.,OELSNERA.,Favoriser l’estime de soi à l’école, enjeux, démarches, outils, Lyon, Chronique Sociale, 2006, 134 p. Carte et photographies de l’auteur. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10437-9 EAN : 9782343104379
REMERCIEMENTSA Salah, Lachemi, Mariama, El-Hadj, Markus, Larbi, Antoine et toutes les personnes qui ont donné à ce voyage sa dimension de rencontre. A Brigitte et Emmanuel, qui ont eu la patience de m’attendre. A Sylvie et Lucie, pour leur relecture et leurs conseils avisés.
CARTE
PRÉAMBULEAu milieu des années 1980, la République algérienne démocratique et populaire était un pays socialisant, sans être totalement socialiste sur le modèle soviétique. Berlin, comme toute l’Allemagne, était encore coupée en deux par un mur et l’Union soviétique était la deuxième puissance mondiale. Les idéaux de la révolution algérienne, issus de la guerre de libération et de l’indépendance obtenue en 1962, étaient déjà loin. L’armée gouvernait le pays par le parti unique. Un colonel avait succédé à un autre à sa tête. Le peuple algérien se débrouillait comme il le pouvait pour organiser sa vie quotidienne, avec les pénuries d’une économie dominée par les grandes sociétés d’état, bien que largement alimentée par la rente pétrolière et gazière. Pour le voyageur, rien ne laissait prévoir la spirale violente qui allait amener le pays à la guerre civile moins de dix ans plus tard. Au milieu des années 1980, la technologie numérique était balbutiante, et si l’ordinateur commençait tout juste à se démocratiser, il n’y avait pas encore de téléphone portable, même dans les pays industrialisés, ni de courrier électronique ou d’Internet… Une fois passé sur la rive sud de la Méditerranée, le bon vieux courrier postal était le moyen de communication le plus fiable, sinon l’unique, avec la rive nord.