Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

La Seconde Mère

De
297 pages

Pendant que Jaffé se glissait derrière lui, Richard Brice rassembla les rênes de ses trotteurs. Le train qu’il venait der quitter s’ébranla et s’en alla à toute vitesse en lançant à coups rapides de petites bouffées de vapeur, dans la direction opposée à celle que prenait le phaéton. Les volutes élégantes s’accrochaient aux basses branches des peupliers ; on eût dit que, dans la tiède pesanteur de cette journée, il leur était impossible de s’élever plus haut ; et elles y restaient longtemps, comme embarrassées de disparaître sans attirer l’attention.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIXproposés dans le format sont ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Henry Gréville
La Seconde Mère
I
Pendant que Jaffé se glissait derrière lui, Richard Brice rassembla les rênes de ses trotteurs. Le train qu’il venait der quitter s’ébranla et s’en alla à toute vitesse en lançant à coups rapides de petites bouffées de vapeur, dans l a direction opposée à celle que prenait le phaéton. Les volutes élégantes s’accroch aient aux basses branches des peupliers ; on eût dit que, dans la tiède pesanteur de cette journée, il leur était impossible de s’élever plus haut ; et elles y restaient longte mps, comme embarrassées de disparaître sans attirer l’attention. Les trotteurs avaient pris une belle allure sur la route sinueuse, une vraie route de France, élastique et ferme, avec juste assez de pen tes pour donner de la variété au paysage ; un paysage tout vert, extrêmement vert, tel qu’on n’en peut voir qu’après de longues pluies d’été. Il se déroulait aimablement, tantôt à gauche, tantôt à droite, mais toujours borné d’un côté par un pan de colline, où, pour ouvrir la route, la mine avait fait une blessure toute fraîche dans le grès couleur de rouille. La pluie avait cessé ; il restait cependant tant d’humidité dans l’air, que les gouttelettes s’amassaient comme un réseau serré de fines perles sur le nickel des harnais. Une sorte d’oppression délicieuse coupait légèrement la respiration ; il était à la fois très doux et un peu difficile de vivre dans cette atmosphère saturée d’eau. Le ciel était gris, sans horizon, et cependant, sous l’herbe vigoureuse, dans les pou sses audacieuses des peupliers et des ormes, courait une ardeur de vie communicative ; la sève d’août montait de toutes parts. La pente s’était accentuée ; les chevaux ne songeai ent point à ralentir leur allure pourtant ; mais, tout distrait qu’il fût, Richard Brice y pensa pour eux ; après les avoir mis au pas, il se pencha un peu en arrière. — Jaffé, dit-il, comment va ma mère ? Jaffé s’inclina légèrement, de façon à se trouver presque face à face avec son mattre.  — Madame va bien, répondit-il d’un ton à la fois f amilier et respectueux, comme un ancien serviteur sûr de sa situation ; seulement, ce matin, quand elle a reçu la lettre de monsieur, elle était un peu... — Un peu quoi ? fit Brice avec une nuance de brusquerie. — Un peu... je ne sais pas comment m’exprimer en conservant le respect que je dois à monsieur et à madame... — Parle donc ! tu chercheras tes mots une autrefois ! — Madame était, puisque monsieur l’exige, un peu pas comme à l’ordinaire. Monsieur a donc écrit quelque chose qui n’a pas convenu à madame ? L’honnête figure de Jaffé exprimait une anxiété si comique, que Brice ne put s’empêcher de sourire.  — Oui, Jaffé, répondit-il avec un demi-sourire, ce que je lui écrivais n’était pas de nature à lui plaire... quoique vraiment... La route redescendait ; Brice serra le frein, reprit son fouet et regarda les oreilles de ses chevaux. Après avoir attendu encore deux ou trois secondes dans la même attitude respectueuse, Jaffé se remit en position, les bras croisés. Il y avait juste quarante ans que Jaffé avait vu le jour aux Pignons, sur les terres de la famille Brice ; à peine dans sa septième année, il avait pris par la main M. Richard, comme on l’appelait, dont les trois ans pleins de t urbulence déjouaient déjà la surveillance des bonnes. Jaffé était devenu le gard ien du jeune maître, à l’âge où les enfants riches sont encore gardés eux-mêmes jalousement. Les ans avaient passé ; de camarade protecteur, Jaffé était devenu groom, puis valet
de pied, mais on n’avait jamais pu le styler pour l a ville ; ce fils de jardinier demeurait paysan en dépit de toutes les culottes courtes du monde : force avait été de le réintégrer dans la petite livrée et de le garder aux Pignons. D’ailleurs, sans Jaffé, personne ne pouvait bien se représenter les Pignons. Si Jaffé n ’était presque pas un domestique de grande maison, les Pignons n’étaient presque pas no n plus un château ; c’était une demeure ancienne, de noble apparence, mais absolument dénuée de prestigeféodal. Au fond, Richard Brice n’en aimait que mieux l’un et l’autre ; cela le reposait de Paris. On voyait tout près, au haut d’une verte colline, l e manoir, original assemblage de tourelles et de corps de bâtiments, construits sans plan déterminé, suivant les besoins des générations successives ; au sein de ce riant paysage de Bourgogne, il avait un air franchement bourguignon : jovial sans trivialité, riche sans ostentation, solide et bien bâti sans lourdeur... Du plus loin qu’il vit les poivrières, Brice leur adressa un sourire.  — Jaffé, dit-il, comme si ce sourire en eût éveill é un autre au fond de sa pensée, comment va mon fils ?  — Ah ! le mâtin, qu’il est beau ! s’écria Jaffé, o ubliant dans son enthousiasme toute formule conventionnelle. Qu’il est beau et qu’il es t fort ! Hier, il m’a donné un coup de poing dans le dos ! j’ai cru que j’allais tomber à quatre pattes. C’était pour jouer, vous savez, monsieur... aussi, j’étais à genoux à lui ra ccommoder son cheval, c’était trop tentant ! — As-tu des nouvelles de la Rouveraye ? Comment va ma fille ? — La mignonne ! J’y ai été avant-hier ; elle va tant bien qu’elle peut, le trésor ! c’est un charme. Il n’y a rien de plus joli ni de plus aimable au monde. La bouche de Jaffé s’était élargie jusqu’à ses oreilles rouges, et tout son visage n’était que jubilation. Au son ému de sa voix, Brice s’était retourné.  — Tu aurais dû te marier, dit-il à son fidèle serv iteur. Tu étais fait pour être père de famille.  — Eh ! monsieur, répondit le domestique en sautant à terre pour ouvrir la grille du parc, si j’avais eu des enfants, ça m’aurait peut-être empêché d’aimer les vôtres ! Il regrimpa en achevant sa phrase, et cinq minutes plus tard Brice, lui jetant les rênes, gravit légèrement les marches du perron. — Dire qu’il n’a que trente-six ans ! pensa le brave homme en suivant son maître des yeux ; qu’il n’a que trente-six ans, que j’en ai dé jà quarante, et que moi, j’ai le bonheur d’être garçon, tandis que lui, le voilà déjà veuf, avec deux enfants, encore ! Et la petite mignonne qui sait à peine dire « Papa... », et qui n’aura jamais besoin de dire : « Maman ! »  — Enfin, te voilà ! fit Mme Brice en accourant au- devant de son fils. Pendant qu’il l’embrassait, elle l’accablait de questions. C’était une petite femme mince et vive, toujours élégante sous ses jolis cheveux jadis blonds, aujourd’hui presque tout à fait blancs, mais délicieusement fins, qui faisaient à son visage une auréole de mousse frisée. C’était le mouvement incarné, et son énergie, singulière dans ce petit corps frêle, au lieu de diminuer, semblait s’accroître avec l’âge. — Où est mon fils ? dit Richard lorsqu’il put parler.  — Dans la salle à manger ; tu le verras tout à l’h eure. D’abord, dis-moi, ce n’est pas sérieux, ce projet ? Je t’avertis que si c’est une plaisanterie, je la trouve d’un goût déplorable ; si c’est sérieux, je...  — Ma chère mère, interrompit Richard avec un rire contraint, faites-moi embrasser Edme et donnez-moi à déjeuner, je vous en supplie ! Nous causerons ensuite. Mme Brice devint soudain très grave ; elle connaissait son fils et savait qu’il ne faisait jamais que ce qu’il voulait ; sans lui répondre, elle sonna, donna l’ordre de servir et passa
avec lui dans la salle à manger. Dès qu’Edme aperçut son père, il courut à lui et vo ulut grimper à ses jambes. C’était un bel enfant de six ans et demi, robuste et hardi, l’air à la fois naïf et effronté, comme les garçons qui n’ignorent pas leur pouvoir sur les fem mes qui les entourent, déjà hommes sur ce point, et conscients de leur toute-puissance. Jaffé apparut bientôt ; d’une main sûre et ferme, il installa Edme sur sa chaise haute et lui noua une serviette sous le menton ; Brice s’ape rçut aussitôt que son fils respectait beaucoup plus le domestique que sa grand’mère, et i l ne put s’empêcher de sourire intérieurement. L’autoritaire Mme Brice, qui avait mené haut la mai n les études de Richard, trop tôt privé de son père, avait-elle trouvé son maître dans ce beau petit garçon blond, aux yeux gris de fer, si pareil à ce qu’était Richard lui-mê me à son âge ? Jeune toujours, malgré les cheveux gris qui, sur ses tempes, se mêlaient à ses belles boucles blondes, Richard Brice, l’honneur du barreau de Paris, riche et dépu té, ne put s’empêcher de s’amuser, comme un écolier en rupture de classe, à la pensée que sa sévère maman était régentée à son tour par ce desposte en chaussettes courtes. Cela dura aussi peu qu’un éclair, mais ce fut une revanche délicieuse. Le déjeuner fut rapide. Jaffé lui-même semblait dev iner qu’on avait hâte d’en finir ; Edme, un peu calmé par la présence de son père, était d’une sagesse rare et ne fit que deux ou trois sottises ; à l’heure des fraises, cep endant, le pot à crème courut de tels périls entre ses mains vigoureuses et résistantes, que Mme Brice, après deux ou trois sommations sans effet, jugea prudent de lever le siège. Richard, dans la porte, jeta un dernier coup d’œil sur l’héritier de son nom, et vi t que l’ordre allait renaître, grâce à l’imperturbable et irrésistible bonne humeur de Jaf fé. Les fraises, inondées de crème, disparaissaient par poignées dans la bouche du petit héros, mais le sucrier et l’assiette de fruits, aussi bien que le pot à crème, étaient r angés sur le dressoir, hors de portée. Sur ce tableau enchanteur la porte se referma. — Il est pourtant vraiment gâté ! dit Richard Brice avec une extrême douceur. — Gâté ? s’écria la grand’mère, je te conseille d’en parler ; je le gâte cent fois moins que tu ne le faisais toi-même ! Brice soupira. — Peut-être ! dit-il avec mélancolie ; mais quand on supporte ces choses-là soi-même, on ne s’en aperçoit pas. Et puis, chez nous, les derniers temps, on lui laissait faire un peu ce qu’il voulait... J’avais si peur de contrarier ma pauvre Madeleine... — Madeleine... ah ! oui, parlons-en ! fit Mme Brice en se tournant vers son fils avec un mouvement emporté. C’est donc vrai ? tu veux te remarier ? Elle attendit à peine la réponse, et repartit aussitôt : — C’est abominable ! tu es veuf à peine depuis dix-huit mois, et tu veux te remarier ! Je ne voulais pas en croire ta lettre... Je me disa is : C’est impossible, c’est quelque fantaisie absurde... Et c’est vrai ? C’est monstrueux ! Mais parle donc ! Elle se jeta dans un fauteuil d’un air exaspéré. Ri chard se tenait debout devant elle, appuyé d’une main au dossier d’une chaise ; sa haute taille semblait se hausser encore de toute la dignité de son attitude. Malgré son irr itation, sa mère ne put s’empêcher de convenir en elle-même qu’il était vraiment superbe : ses yeux profonds, gris de fer, semblaient se creuser ; ses lèvres éloquentes, qui tremblaient un peu, formulèrent enfin des paroles.  — Oui, ma mère, dit-il, je veux me remarier. Je co mprends que cela vous paraisse étrange, peut-être blâmable, mais celaest.un fait, et il faut traiter cela comme un C’est fait.
Elle voulut l’interrompre, un geste à la fois très respectueux et très ferme la contraignit au silence. Il parlait, appuyé d’une main, comme il l’eût fait au barreau, et, en effet, il plaidait, pour ses autels et ses foyers, de toute son âme, avec cette éloquente simplicité qui était sa force, car elle jaillissait de son intelligence et de son cœur.  — Ma mère, dit-il, écoutez-moi. Vous savez quelle a été ma jeunesse ; vous savez qu’élevé par vous, j’avais appris à me respecter moi-même autant qu’à respecter le nom de mon père ; vous savez par conséquent que j’ai banni de ma vie tout ce qui aurait pu sembler répréhensible. Vous m’aviez inspiré la gran de idée de la famille, avec ses devoirs et ses joies ; c’est pour ces devoirs et ce s joies que j’ai vécu. D’autres mères laissent à leurs fils le soin de se choisir une épouse, vous avez agi différemment. — M’en blâmes-tu ? interrompit vivement Mme Brice. — Loin de là ; je vous ai toujours remerciée, ma mère, répondit Richard avec un éclair de tendresse dans ses beaux yeux sombres. Mais il n’en est pas moins vrai que, lors de mon mariage, je n’ai pas eu toute la liberté de choix qu’ont la plupart des autres hommes.  — Le mariage que j’avais préparé pour toi était le plus beau qui se pût rêver, interrompit encore Mme Brice ; tout s’y trouvait : la fortune, les alliances, la beauté, l’esprit, la bonté...  — Tout s’y trouvait en effet, ma mère, reprit Rich ard gravement ; tout, excepté l’amour. Mme Brice, d’un brusque mouvement, tendit son visage incrédule vers son fils. — Excepté l’amour, répéta Richard de la même voix grave et mélancolique. Madeleine avait toutes les vertus, tous les dons... je n’ai jamais pu l’aimer. Ce n’est pas ma faute.  — Elle t’aimait ! jeta Mme Brice dans un sanglot, puis elle ensevelit son visage dans ses mains, au souvenir de la belle-fille qu’elle avait tant aimée. — Elle m’aimait, dit Richard, et c’est pour cela que jamais, — jamais, entendez-vous, ma mère ? — depuis le jour où vous avez demandé sa main pour moi, jusqu’au moment où je lui ai fermé les yeux, jamais la chère femme n’a pu soupçonner que je n’avais pas pour elle autant d’amour qu’elle en avait pour moi. Mme Brice attacha sur son fils un regard plein de questions muettes.  — Elle est morte heureuse, continua Richard, dans l’illusion du premier jour, et cependant, ma mère, nous avions été mariés dix ans ! Pendant ces dix années, vous me croirez sans que je vous en fasse le serment, je n’ ai permis à aucune tentation d’approcher de moi. Plus d’une fois, dans le monde ou hors du monde, j’ai rencontré des femmes moins parfaites que Madeleine, mais qui pour moi revêtaient un charme qu’elle n’avait pas... Je ne me suis jamais permis de pense r à elles, pas une minute, pas une seconde... Je savais que je n’aimerais jamais ma fe mme, mais je m’étais juré de n’en point aimer une autre. — Pourquoi ne l’aimais-tu pas ? fit Mme Brice avec une sorte de colère. — Sait-on pourquoi l’on aime ? Ce n’était ni sa faute ni la mienne. Peut-être parce que je l’avais connue enfant, parce que nous étions cou sins, bien que sans parenté très proche ; peut-être aussi, — il s’arrêta un instant, puis reprit à voix plus basse, — peut-être parce que l’amour qu’elle avait pour moi était trop discret, trop concentré, trop silencieux... — C’était de la dignité, dit Mme Brice.  — Sans doute... je suis seul coupable de n’avoir p as pu partager cette noble tendresse, et la mémoire de Madeleine me sera toujours chère. Il se tut et sembla revivre en lui-même les jours p assés, parfois amers, bien que lui seul eût connu leur amertume.  — Enfin, ma mère, reprit-il, lorsqu’elle est morte , vous savez si je l’ai sincèrement
pleurée ; elle avait été mon amie, et elle m’avait donné deux enfants... — N’est-ce pas assez pour ton bonheur ? fit Mme Brice avec quelque rudesse. Son fils la regarda bien en face. — J’avais juré de ne pas aimer une autre femme, répondit-il, mais la mort m’a délié de mon serment. J’ai trente-six ans, ma mère ; ma vie promet d’être longue, elle sera belle, je l’espère. J’aime, à présent, pour la première fo is de ma vie ; j’aime, et je veux être heureux ! Il s’était transfiguré en parlant. Une jeunesse nou velle semblait baigner ses tempes fraîches et ses belles boucles blondes. Si mécontente qu’elle fût, sa mère, en vraie mère qu’elle était, ne put s’empêcher d’admirer la beauté et l’éloquence de son fils. Mais elle revint sur-le-champ aux questions qui la préoccupaient. — Et tes enfants, dit-elle, tu veux leur donner une belle-mère ? — Une seconde mère, répliqua Richard ; c’est bien différent.  — Le nom ne fait rien à la chose, reprit vivement Mme Brice. C’est une belle-mère que tu veux leur donner ; tu n’as donc pas le sentiment de tes devoirs envers eux ?  — La femme que je veux épouser m’aime assez pour a imer mes enfants, dit Brice avec orgueil. — Tu le crois ! Mme Brice se leva et parcourut le salon pendant que lques instants, d’un air préoccupé ; puis elle ouvrit tout à coup la porte-fenêtre qui donnait sur le perron. — Regarde ton fils, dit-elle, tu aurais le cœur de le savoir malheureux ? Edme, en ce moment, promenait au bout d’une longe J affé, converti en poulain ; il faisait claquer son petit fouet avec une adresse pe u commune à son âge, et le bon serviteur ne manquait pas d’exécuter, à chaque fois , une ruade qui jetait l’enfant dans une joie folle. Brice ne put s’empêcher de rire. — Si vous voulez que je croie au malheur de mon pe tit garçon, dit-il, je vous en prie, ma mère, refermez cette porte... Mme Brice se retourna brusquement vers lui. — Raillez votre mère, à présent ! fit-elle d’une voix où la colère luttait avec les larmes ; n’est-il pas étonnant, en vérité, que j’aime votre enfant plus que vous ne l’aimez vous-même ? Elle fondit en pleurs et se jeta sur un canapé. Richard vint s’asseoir près d’elle, si près qu’il se trouva presque à genoux, et lui prit les d eux mains qu’il emprisonna dans les siennes. — Ma mère chérie, lui dit-il, vous êtes la plus adorable des grand’mères, comme vous avez été la meilleure des mères, et je vous aime de tout mon cœur, même quand vous êtes pour moi passablement dure et un peu injuste. Elle voulut retirer ses mains, mais il les tenait bien.  — Un peu injuste, répéta-t-il. Ne comprenez-vous p as que ma vie est très occupée, très austère, souvent triste ; que le barreau est u ne profession où l’on devient aisément misanthrope, à force de voir les mauvais côtés de la nature humaine ; que la politique est toujours pénible, souvent écœurante, et que j’ai besoin d’avoir dans ma maison une belle fleur épanouie, comme vous en avez sans cesse près de vous, dans un vase, pour reposer ma vue et mon cœur ? Voudriez-vous vraiment me condamner à rentrer toujours seul dans un logis toujours désert ? à ne jamais vo ir que des visages d’hommes autour de ma table, à vivre seul, ma mère aimée, et à mourir seul ?... — Tu as tes enfants ! répliqua opiniâtrément la grand’mère.  — Pardon, fit Brice en souriant, c’est Mme de la R ouveraye et vous qui les avez. Si vous voulez me les rendre...
— Pour cela non ! Tu n’y penses pas ! Un enfant de cinq ans, un bébé de vingt-deux mois ! Eh ! mon Dieu ! qu’en ferais-tu ? — Vous voyez bien ! reprit Brice en lui baisant alternativement les deux mains ; alors, laissez-moi épouser la charmante fille qui consent à s’embarrasser d’un veuf et de ses enfants !  — S’embarrasser de toi ? s’écria Mme Brice, je vou drais bien savoir quelle femme serait assez sotte popr ne pas s’estimer heureuse de t’épouser ! — M’épouser, moi... et mes deux enfants, insista Richard. — Et tes deux enfants, naturellement ! Faudrait-il pas les tuer ? D’ailleurs, continua-t-elle entre ses dents, j’ai idée que ces enfants-là ne la gêneront pas beaucoup ! — Vous dites, ma mère chérie ?  — Rien, monsieur mon fils, — rien qui vous regarde , pour le présent du moins. Et comment s’appelle-t-elle, cette jeune personne que vous prétendez qui vous aime ? Est-ce quelqu’un du monde, tout au moins ? — Vous n’en doutez pas, ma mère. C’est Mlle Odile Montaubray. — Montaubray de la Creuse ? — Précisément. — Ah ! Dans cette simple exclamation, Mme Brice fit entrer tout un monde de pensées. Il y avait de la surprise, du respect, un certain désapp ointement de sentir l’impossibilité de lutter davantage, mêlé à l’orgueil inévitable que devait inspirer une telle alliance. Épouser la fille du député de la Creuse, c’était faire un de ces mariages princiers comme on n’en rencontre ailleurs que chez les princes ; c’était s’unir à l’une des familles de France les plus noblement riches, les plus universellement considérées. Certes, les Brice étaient au haut de l’échelle, dans cette belle et bonne bourge oisie dont ils s’honoraient de faire partie ; mais au-dessus d’eux, il y avait les Monta ubray, et Mme Brice elle-même ne pouvait s’empêcher de le reconnaître. Richard gardait le silence, devinant et suivant les pensées de sa mère.  — Enfin, reprit-elle, s’arrachant à ses satisfacti ons vaniteuses, si flatteuse que soit cette alliance, le fait n’en reste pas moins le mêm e : tu veux te remarier, égoïstement, sans souci de tes enfants ?  — J’en ai grand souci, ma mère, et c’est préciséme nt parce qu’ils me sont si chers que je ne veux pas en vivre toujours séparé, comme cela ne manquerait pas si je restais veuf. Les yeux vifs et perçants de la grand’mère lancèrent une flamme ; elle ne dit rien, mais elle serra les lèvres, et son fils, qui la connaiss ait bien, comprit qu’elle lui répondait intérieurement : — Donner mon petit-fils à Mlle Montaubray ? Jamais !  — Il faudra bien qu’un jour Edme entre au lycée, r eprit Richard avec une douceur extrême, où Mme Brice lut une volonté aussi indomptable que la sienne : ce jour-là, il lui faudra un intérieur à Paris pour s’y reposer, pour s’y retremper dans la vie de famille...  — Alors, interrompit sèchement Mme Brice, j’habite rai Paris en hiver, et Mme de la Rouveraye fera de même pour Yveline. Richard se mordit les lèvres. Elles avaient arrangé leur vie, les deux grand’mères, d’accord ensemble pour lui prendre ses enfants ! Ch acune s’était adjugé celui que les circonstances semblaient lui accorder plus particulièrement, et lui, la veuf, le père, non seulement on lui refusait leur présence, mais encor e on ne lui permettait pas de se remarier ! Quel impitoyable égoïsme ! Il frémit tout entier d’indignation contenue.  — Il me semble, ma mère, dit-il, qu’en tout cela, on me compte pour bien peu de
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin