La tête en arrière

De
Publié par

Elle est chanteuse lyrique. Sans travail, depuis des mois et des mois.Elle prépare une improbable audition pour jouer dans La Voix humaine de Poulenc, elle tourne en rond avec sa petite fille, dans sa grande maison, trop grande pour eux trois, une maison qui appartient à sa belle-famille, vous verrez, c’est la maison du bonheur, leur a-t-on dit en leur remettant les clés. Et aussi : il faudra penser à purger les radiateurs et tondre la pelouse et une maison pleine de phrases et de choses à faire, dans laquelle ils flottent, trop d’escaliers, trop de pièces mortes, elle se dissout dans le papier peint, elle s’égare dans les fissures du plafond, et les problèmes matériels prolifèrent comme les pucerons dans le jardin, quelle chance d’habiter là, les voix ne s’arrêtent jamais dans sa tête, et la panique grandit, de tout ce qu’il y a à faire, que les gens font, qu’elle n’arrive pas à faire, à commencer par trouver du travail. Mais plus elle s’acharne en vocalises, plus sa voix s’abîme, moins l’argent rentre et plus les tuyaux fuient, plus les rues sont venteuses dans l’hiver qui arrive, et plus elle a la tête qui part en arrière : le sol se dérobe sous ses pieds, le monde danse tout à coup, mais inspire, expire, elle se rattrape toujours, jusqu’à la fois d’après... Ce livre est le portrait d’une femme au pire d’elle-même, la radiographie d’un cerveau chauffé à blanc, rongé par la paranoïa, miné par le chômage, envahi d’herbes folles et de voix, mais qui cherche furieusement à sortir de la spirale et déploie une énergie démente pour rester debout. C’est le solo d’une imagination à fleur de nerfs, une partition minimaliste, obsessionnelle et trouée de silences, comme le texte lui-même, construit autour de ces points de butée où la pensée tombe dans le vide de la page blanche, mais repart aussitôt, toujours plus aiguisée, toujours plus vive, comme une machine à spéculer, lancée à toute vitesse, et plus le réel est pauvre, taiseux, plus il engendre un monde intérieur prolifique et ramifié, qui s’empare du moindre détail pour en faire un roman.
Publié le : jeudi 26 août 2010
Lecture(s) : 34
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818002995
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La tête en arrière
Violaine Schwartz
La tête en arrière
Roman
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
Les passages en italique et entre guillemets sont extraits deLa Voix humainede Jean Cocteau, mis en musique par Francis Poulenc.
© P.O.L éditeur, 2010 ISBN : 9782818002988 www.polediteur.com
Merci à P.B. et Q.S.
On trinque ?
Santé, à la tienne, à la vôtre, merci, à la tienne. Çanous fait tellement plaisir que ce soit vous, ça reste dans la famille.
Les verres s’entrechoquent, la terrasse baigne dans l’odeur des fleurs blanches, c’est pas du jasmin, ni du magnolia,?c’est pas de la glycine, c’est quoi déjà Le champagne pétille dans la bouche, légerléger, les flammes des bougies chancellent sous le vent d’été, les feuilles bruissent avec élégance, tout est légerfacileléger, dans l’odeur des fleurs enivrantes.
C’est pas compliqué, c’est la maison du bonheur, vous verrez, vous serez bien, n’estce pas chéri
9
qu’ils seront bien ? Nous, c’était bien, les plusbelles années. La maison du bonheur, on vous dit.
On trinque au bonheur, passé et à venir. Au pré sent poids plume.C’était il y a longtemps. Une éternité. Combien de temps ? Deux ans ? Trois ans ?Maintenant, la terrasse en contrebas est jonchée de feuilles de lierre racornies. Il faudrait balayer. À la fenêtre, tu te souviens qu’il faudrait balayer. En plus du reste.
Petit un : chanter.
Petit deux : faire les courses.
Petit trois : balayer.
Chaque chose en son temps.
Tu plaques sur ton piano un accord de quinte. Tu ouvres la bouche :
Va ve vi vo vu va ve vi Oh là là, chat.
Za ze zi zo zu za ze Chat dans la gorge.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les vagues enchaînées

de editions-amalthee

Amélie

de FloretteM

Si le noir existe encore

de editions-edilivre

suivant