Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

La Vérité sur le cas de M. Champfleury

De
34 pages

Barcelonnette. 25 décembre 1856.

Voici une lettre, mon cher ami, qui vous sera directement remise par M. Hippolyte Babou. Le connaissez-vous un peu, ce sévère et hardi praticien ? Si vous le connaissez, tant mieux ! Dans votre situation, il n’est pas toujours bon d’avoir affaire à de nouveaux visages. Si vous ne le connaissez pas, résignez-vous à le rencontrer : il n’est pas trop tôt, croyez-moi. Votre cas est grave, très-grave, et lui seul, à mon avis.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Paris brûlé

de collection-xix

Ascension à l'Etna

de collection-xix

Récits américains

de collection-xix

À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Hippolyte Babou
La Vérité sur le cas de M. Champfleury
A M. CHAMPFLEURY Vous avez eu le singulier courage de me demander ce tte étude, déjà publiée dans la Revue Française,pour la placer en tête de vos OEuvres complètes. Je la réimprime aujourd’hui pour vous épargner la peine d’aller la chercher dans la collection de laRevue. Ma petite brochure vous rappellera le joli format d e votre Gazette :elle garde ainsi une petite chance de vous plaire, car elle a un trait d e ressemblance avec votre pauvre trépassée. HIPPOLYTE BABOU.
LE DOCTEUR GAP A SON AMI C...
Barcelonnette. 25 décembre 1856.
Voici une lettre, mon cher ami, qui vous sera direc tement remise par M. Hippolyte Babou. Le connaissez-vous un peu, ce sévère et hardi praticien ? Si vous le connaissez, tant mieux ! Dans votre situation, il n’est pas toujours bon d’avoir affaire à de nouveaux visages. Si vous ne le connaissez pas, résignez-vous à le rencontrer : il n’est pas trop tôt, croyez-moi. Votre cas est grave, très-grave, et lui seul, à mon avis. lui seul peut couper 1 court à un mal déjà invétéré . Durant le séjour qu’il a fait tout récemment en pro vince, j’ai eu l’occasion de m’entretenir souvent avec lui. Vous n’avez pas oubl ié sans doute qu’à Paris même, à l’époque où j’étais encore étudiant, j’avais pris u n goût assez vif pour l’étude des maladies littéraires. Presque tous les écrivains de ce temps me semblaient infirmes ou invalides, aliénés ou épuisés, gravement atteints d ans leurs organes essentiels ou légèrement atteints à l’épiderme. C’était ma manie, vous le savez ; je faisais, pour me divertir, de la critique littéraire au point de vue médical. Mon bonheur eût été de fonder une maison de santé où j’aurais mis le génie à la d iète et le talent au régime. J’avais inventé l’esthétique curative, vous en souvenez-vou s ? et je me croyais passé maître dans cette science nouvelle : mais je n’étais, héla s ! qu’un demi-Vespuce, et j’ai rencontré mon Christophe Colomb.
1 Nous protestons de toute notre force contre les éloges outrés du docteur Gap ; mais nous ne voulons rien changer à sa lettre, qui se co mprendrait difficilement si on la tronquait par des scrupules de modestie. H B.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin